Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

La hausse des prix des matières premières se poursuivra en 2018

John Baffes's picture
Les prix des matières premières industrielles devraient se tasser en 2018, après les fortes hausses enregistrées cette année, annonce l’édition d’octobre du Commodity Markets Outlook.
Selon la publication périodique de la Banque mondiale consacrée aux marchés des matières premières, le baril de pétrole devrait atteindre un prix moyen de 56 dollars l’année prochaine, contre 53 dollars en 2017. Une hausse imputable à l’augmentation constante de la demande, à la réduction des volumes de production chez les exportateurs d’or noir et à la stabilisation de l’extraction d’huile de schiste aux États-Unis.

Ces prévisions sont légèrement revues à la baisse par rapport au mois d’avril, et sont tributaires d’un certain nombre de risques. Des incertitudes entourent notamment la production de la Libye, du Nigéria et du Venezuela, tandis que les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d’autres producteurs pourraient décider de reconduire leur accord de l’année passée et s’entendre pour continuer à limiter l’extraction, ce qui maintiendrait les pressions à la hausse sur les prix. Les prix pourraient toutefois reculer si cet accord n’est pas reconduit ou si les États-Unis augmentent leur production d’huile de schiste en tirant parti des coûts réduits d’exploitation.

Plus globalement, les prix des produits énergétiques, qui, outre le pétrole, comprennent aussi le gaz naturel et le charbon, devraient progresser de 4 % en 2018, après une envolée de 28 % cette année. Les cours du gaz naturel devraient augmenter de 3 % en 2018, tandis que le charbon coûtera probablement moins cher après avoir grimpé de près de 30 % en 2017. La politique environnementale de la Chine devrait constituer l’un des principaux déterminants des tendances à venir sur les marchés du charbon.

Les prix des métaux devraient quant à eux globalement se stabiliser, une correction du prix du minerai de fer venant compenser le renchérissement des autres métaux communs. Là aussi, la Chine jouera un rôle essentiel dans l’évolution des cours, sachant qu’elle représente plus de la moitié de la consommation mondiale totale de métaux.

Les prix du minerai de fer devraient chuter de 10 % en 2018, alors que le resserrement de l’offre tirera probablement vers le haut ceux des métaux de base (plomb, nickel et zinc). Cette prévision pourrait être revue à la baisse si, notamment, la demande de la Chine se révèle plus faible qu’anticipé, ou si les restrictions sur la production des industries lourdes de ce pays sont assouplies.
Du côté des métaux précieux, le rapport table sur un repli de l’or l’année prochaine, étant donné le relèvement attendu des taux d’intérêt aux États-Unis.

Enfin, les prix agricoles devraient se redresser en 2018 à la suite de la baisse des surfaces cultivées, avec une légère appréciation des céréales, huiles et tourteaux. Les marchés des matières premières agricoles sont globalement bien approvisionnés ; pour certaines céréales, les ratios stocks/utilisation (un indicateur du degré d’approvisionnement) ont atteint leur plus haut niveau depuis plusieurs années.

Néanmoins, une météorologie favorable, des marchés bien approvisionnés et des prix relativement bas à travers le monde ne signifient pas pour autant que les produits alimentaires sont largement disponibles partout. La sécheresse, l’une des pires des 60 dernières années d’après certains observateurs, entraîne de mauvaises récoltes dans une partie de l’Éthiopie, de la Somalie et du Kenya, ainsi que de graves pénuries alimentaires. En outre, à cause des conflits armés au Soudan du Sud, au Yémen et au Nigéria, des millions de personnes ont dû fuir et des millions d’autres ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence.
 
 

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.