Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Des espaces de coworking qui donnent aux femmes le pouvoir d’agir

Zubedah Robinson's picture
Cette page en : English | Español 
© Estelle Claire Ebitty-Doro/Banque mondiale

Il ne devrait pas être question pour une femme de devoir choisir entre enfant et vie professionnelle.
 
Pourtant, nombre de femmes diplômées, occupant des postes à responsabilité et par ailleurs mères d’un ou plusieurs enfants, décident un jour ou l’autre de quitter le monde du travail. Pourquoi ? Au-delà du manque de structures de garde, je m’interroge sur le rôle que pourrait jouer l’absence, au sein des entreprises, d’espaces de travail propices au bien-être des femmes.
 
Mais il semblerait qu’une nouvelle tendance puisse modifier la façon dont celles-ci envisagent d’exploiter leur potentiel et de réaliser leurs rêves…

Le boom des espaces de coworking
 
Les espaces de travail partagés sont une forme d’organisation permettant de concilier une activité indépendante avec l’usage d’un local commun, en général un bureau. Mais, à la différence d’un bureau classique, ceux qui s’y trouvent n’ont pas le même employeur. Travailleurs à domicile, free-lances, chercheurs indépendants, ou encore grands voyageurs un peu isolés une fois descendus de l’avion utilisent volontiers ces nouveaux espaces de travail.
 
Si l’on en croit le Washington Post (a), le secteur du coworking s’adapte aujourd’hui aux besoins des femmes en mettant à leur disposition des espaces qui les aident à développer leur réseau de relations et leur proposent des séminaires sur la gestion des carrières. En outre, à l’instar des espaces consacrés aux parents qui travaillent, ces structures proposent de plus en plus une prestation de garde d’enfants, un service qui reste absent de la majorité des lieux de travail traditionnels (a).
 
 
Comme au spa…
 
Situé à Washington, Hera Hub DC (a) est un espace de coworking permettant aux femmes de se rencontrer pour créer et collaborer dans une ambiance professionnelle et propice au travail, le tout dans un cadre inspiré des spas (oui, vous avez bien lu !).
 

© Estelle Claire Ebitty-Doro/Banque mondiale
Dans ce lieu, des femmes chefs d’entreprise se consacrent au lancement et au développement de leur société, se soutiennent mutuellement au travers de programmes de mentoring, ou encore participent à des ateliers d’accélération de projets et autres rencontres.

« En général, les femmes trouvent que le fait de travailler auprès d’autres femmes les rend plus efficaces. En outre, l’étendue du réseau et des ressources à leur disposition leur permet de développer leur entreprise bien plus rapidement que si elles étaient isolées, sans le soutien d’un groupe solidaire », explique Julia Westfall, PDG de Hera Hub.
 
Deborah Owens fait justement partie de cette communauté de soutien. Sa spécialité : les finances. Sa mission : travailler avec les femmes pour les aider à mieux identifier leurs forces et leurs compétences en cohérence avec leurs valeurs profondes. Des compétences, elles n’en manquent pas, « elles qui sont déjà les directrices financières du ménage ! ».
 

Dépasser les freins
 
© Play Work Dash
Comme le souligne une récente étude de la Société financière internationale (IFC), les femmes étant le plus souvent responsables de la garde des enfants, le manque de structures d’accueil s’avère être un handicap majeur à leur pleine participation au travail salarié.
 
Mais, pour Nicole Dash, fondatrice de Play Work Dash (a), « emploi et maternité ne sont en rien antinomiques ». La structure de coworking qu’elle a créée à Washington permet ainsi à des parents de disposer, sur le même site, d’un espace de travail et d’un système de garde d’enfant modulable et à temps partiel.

« Les jeunes mères ne doivent pas être contraintes de freiner ou de mettre un terme à leur carrière sous prétexte qu’elles ont choisi d’avoir des enfants et de s’en occuper », déclare-t-elle.

C’est en partant de cette idée qu’elle a mis en place une organisation permettant aux femmes de trouver un équilibre entre éducation des enfants et maintien d’une activité professionnelle contribuant à procurer un revenu pour elles-mêmes et leurs familles.
 
Rachel Kraft est l’illustration parfaite de cet état d’esprit. Venue dans un premier temps uniquement pour rompre la monotonie de sa vie de mère au foyer, elle s’est sentie inspirée par le travail aux côtés d’autres femmes au point de lancer son propre projet de secrétariat virtuel. La base de clientèle s’étoffant, son affaire s’est développée et elle rapporte aujourd’hui un revenu substantiel à sa famille.

L’heure d’agir
 
Faisant moi-même partie de ces mères qui travaillent, je veux unir ma voix aux millions de personnes qui rappellent que, partout dans le monde, l’heure est venue de donner aux femmes la capacité d’agir. Et l’heure est venue, aussi, de rendre hommage à celles qui se battent pour le respect de leurs droits et pour pouvoir exploiter pleinement leur potentiel.


Voir plus de billets en français

 

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.