Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Face à la famine, rapprocher les interventions humanitaires et de développement

Franck Bousquet's picture
Disponible également en: English | Español
 UNICEF
Jeudi 2 mars 2017 – Des déplacés du camp Muna Dalti de Maiduguri, dans l’État de Borno, au Nigéria, font la queue pour remplir leurs bidons d’eau au puits de forage installé par l’UNICEF.
Crédit photo : UNICEF


La semaine dernière, j’ai représenté le Groupe de la Banque mondiale lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies (a) consacrée à la riposte à la famine au Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen. Dans ces quatre pays, plus de 20 millions d’habitants sont victimes de la famine ou sous la menace de ce fléau dans les six prochains mois. D’où la nécessité d’agir d’urgence pour éviter que la situation ne se dégrade un peu plus.
 
Le Conseil de sécurité n’est a priori pas l’endroit où l’on s’attend à retrouver une institution de développement comme la Banque mondiale, surtout pour évoquer une crise humanitaire de ce type.
Concrètement cependant, la famine peut ralentir le développement par les atteintes durables qu’elle provoque sur le plan de la santé, des capacités d’apprentissage et des perspectives de gains des personnes touchées, surtout s’il s’agit d’enfants.
 
En outre, la prévention des conflits violents — l’une des causes directes de la famine dans ces pays — et la prise en compte des facteurs de fragilité sont au cœur des chantiers communs de l’ONU et de la Banque mondiale.
 
La réunion du Conseil de sécurité a permis d’approfondir notre engagement et de rechercher le soutien des pays membres afin de démultiplier nos interventions d’aide. Elle s’inscrivait dans la lignée de la réunion de haut-niveau sur la réponse à la famine (a) organisée pendant les Réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale, en avril dernier, et coprésidée par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. Les deux organisations étaient alors convenues de mesures à prendre pour stopper la crise actuelle, affichant une tolérance zéro face à la réapparition des famines.
 
Dans ses remarques liminaires, la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, a rappelé le nombre alarmant de personnes menacées par la famine. Dans certains pays, la situation s’aggrave et touche particulièrement les femmes et les enfants. L’aide humanitaire et l’aide au développement continuent certes de faire la différence sur le terrain, mais 60 % des besoins humanitaires ne sont toujours pas financés.

 
J’ai eu l’occasion de rappeler que le Groupe de la Banque mondiale mobilise 1,8 milliard de dollars en faveur de projets qui viennent compléter les initiatives des gouvernements des pays touchés et des partenaires humanitaires, y compris à travers le développement des filets de protection sociale, le soutien à la fourniture de services aux plus vulnérables et le renforcement de la résilience des communautés.
 
J’ai aussi évoqué les nouvelles modalités de collaboration adoptées sur le terrain dans le but de fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin, via notamment les agences de l’ONU et les organisations non gouvernementales internationales.
 

Jeudi 19 janvier 2017 — La représentante de l’UNICEF au Yémen, Meritxell Relano, prend des nouvelles d’un petit garçon souffrant de malnutrition à l’hôpital Al-Sabeen de Sanaa, au Yémen.
Jeudi 19 janvier 2017 — La représentante de l’UNICEF au Yémen, Meritxell Relano, prend des nouvelles d’un petit garçon souffrant de malnutrition à l’hôpital Al-Sabeen de Sanaa, au Yémen.

Au Soudan du Sud, la Banque mondiale intervient en partenariat avec l’UNICEF, le PAM et la FAO pour mettre en œuvre un projet d’urgence doté de 50 millions de dollars dont l’objectif est de satisfaire les besoins immédiats de 580 000 personnes en matière d’alimentation et de nutrition, et d’aider la population à reprendre une activité agricole et d’élevage.
 
En Somalie, un pays qui n’est pas éligible à un financement normal de la Banque mondiale du fait d’arriérés de remboursement, l’institution met sur pied un partenariat unique en son genre avec le CICR pour déployer un projet d’urgence pour la lutte contre la sécheresse et le redressement. Son enveloppe de 50 millions de dollars permettra d’acheminer rapidement des vivres, de l’eau, de l’argent liquide et des produits de première nécessité aux 500 000 personnes concernées mais également de vacciner ou soigner le bétail de 200 000 éleveurs.
 
Au Yémen, la Banque mondiale met en place, par l’intermédiaire de l’OMS et de l’UNICEF, un projet de santé et de nutrition d’urgence de 283 millions de dollars ainsi que, via le PNUD, un projet de 500 millions de dollars pour assurer des emplois à court terme et des services de base. C’est la première fois que l’institution accorde une aide de l’IDA à un pays théâtre d’une guerre en cours.
 
Enfin, au Nigéria, six projets totalisant 650 millions de dollars ont été rapidement approuvés pour apporter une aide vitale aux six États ravagés par la famine et les exactions du groupe Boko Haram. Au titre du financement additionnel de 50 millions de dollars destiné au troisième Projet national de développement des fadamas (a), 44 millions de dollars ont déjà été décaissés pour soutenir les revenus des populations et renforcer ainsi la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des ménages ruraux et touchés par le conflit dans le Nord-Est du pays. La situation sécuritaire y étant explosive, les équipes de la Banque mondiale font appel au système des Nations Unies, y compris sur le plan de la sécurité, afin de pouvoir acheminer l’aide.
 
Les membres du Conseil de sécurité — et notamment les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni — se sont montrés extrêmement favorables à cette « nouvelle méthode de travail » et aux efforts déployés par la Banque mondiale pour rapprocher l’aide humanitaire de l’aide au développement et faire ainsi la différence sur le terrain.
 
Conscients du rôle central des conflits dans la famine actuelle, facteur à la fois déclenchant et aggravant, les membres du Conseil de sécurité ont également souligné la nécessité de trouver des solutions politiques pour mettre un terme aux combats ou, à tout le moins, obtenir des combattants qu’ils permettent un accès sans risque à l’aide humanitaire. Bien que la Banque mondiale n’ait pas de mandat politique, j’ai néanmoins plaidé pour un apaisement rapide des conflits afin d’atténuer la menace de famine.
 
Pratiquement tous nos partenaires sont convaincus que les famines sont de nos jours causées par l’homme et, à ce titre, évitables. À nous — ONU, Banque mondiale, ONG, gouvernements et société civile — de faire de notre ambition « zéro famine » une réalité. À cet égard, la recherche de nouveaux modes de collaboration sur le terrain est le seul moyen de s’assurer que jamais plus personne ne souffrira du fléau de la faim.
 

Commentaires

Soumis par ABDOURAHAMANE KOULIBALY le

Merci la banque mondiale
Le code zéro peut nous aide a résoudre
Ceux problème de famine
Le bonheur ne pourrait se trouvé que dans l'innocence
Des activités agricole ou pastoral
ONU ,BANQUE MONDIALE,ONG,gouvernements et société civile
Peut nous aide dans quelques années a mettre fin a la famille
Aujourd'hui on mange en Afrique juste pour se sauver a la mort
La famine et la misère sont la base de banditisme et terrorisme
Ensembles on peut mettre fin a la misère dans le monde entier

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.