Syndicate content

Genre et commerce

Otaviano Canuto's picture

Les inégalités entre les sexes et la discrimination touchent de nombreux pans de la vie d’une femme, de l’accès aux services de santé de base à ses chances d’éducation et ses perspectives lucratives. Pour remédier à ces disparités, les praticiens du développement commencent à collecter des données ventilées par sexe et à intégrer des dimensions sexospécifiques dans les phases de conception et de mise en œuvre des programmes d’aide.

Avec cette prise en compte de la dimension du genre dans les projets, il s’agit pour les institutions de développement comme la Banque mondiale de mieux lutter contre les discriminations, éviter d’aggraver les inégalités existantes et renforcer le capital humain indispensable pour l’avenir.

Des emplois verts pour l’Afrique

Par Daniel Kammen

Lors d’une réunion du Forum de partenariat des Fonds d’investissement climatiques (FIC), au Cap, j’ai présidé une séance consacrée à la science du changement climatique au cours de laquelle un représentant du ministère de l’Énergie de l’Éthiopie s’est levé pour faire un commentaire éloquent : « Je me réjouis que nous parlions du développement sobre en carbone et des instruments de planification communautaire disponibles, mais, dans les zones rurales d’Afrique de l’Est, tout le monde voit bien que le climat change. À chaque nouvelle saison, ma mère me dit que les pluies et les températures n’étaient pas les mêmes du temps de sa jeunesse ».

L'économie du développement voit grand et devient pragmatique : Souvenirs de Paris

Justin Yifu Lin's picture

Le développement implique des changements systémiques majeurs, des arbitrages complexes et des choix politiques. Il concerne le partage des fruits de la croissance : comment faire en sorte qu’ils puissent bénéficier au plus grand nombre ? Il s’agit aussi d'élargir le champ des possibles et, comme le montrent les événements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, on voit ce qu’il peut en coûter de négliger ce dernier aspect, avec la montée des frustrations sociales et des soulèvements.

Équité et développement : cinq ans après

Francisco Ferreira's picture

Tandis que je préparais mes bagages pour me rendre à la conférence ABCDE à Paris [conférence annuelle de la Banque mondiale sur l’économie du développement], axée cette année sur « L’élargissement des opportunités pour le développement », j’ai reçu un appel d’une amie de longue date : elle me demandait d’écrire un billet sur ma vision de l’« impact », cinq ans après sa parution, de l’édition 2006 du Rapport sur le développement dans le monde [WDR] consacrée au thème « Équité et développement ». Puisque cette amie me payait le voyage pour Paris, je ne pouvais guère le lui refuser… Je lui ai toutefois précisé une chose : ayant eu connaissance de la présence d’Esther Duflo à la conférence, je serais bien avisé de ne pas prétendre que quiconque soit à même d’évaluer l’« impact » réel de ce rapport sur l’économie du développement…

Repenser l’économie du développement : du nouveau du côté de l’édition 2011 de la conférence ABCDE

Justin Yifu Lin's picture

 Il est important de pouvoir disposer d’un forum international réunissant les grands noms de la pensée économique autour de la lutte contre la pauvreté et de la promotion de la croissance dans les pays à faible revenu. Je constate avec satisfaction que, depuis son lancement il y a 22 ans, la Conférence annuelle de la Banque sur l’économie du développement (ABCDE) répond à cet objectif en mettant en relation théoriciens, intervenants de terrain et étudiants.

Bilan des Réunions de printemps à la Banque mondiale : les solutions aux crises alimentaires et aux conflits au premier plan

Julia Ross's picture

Alors que la Banque mondiale et le FMI ont clôturé leurs Réunions de printemps dimanche dernier, c’est le moment de faire le point. Ces Réunions auront été l’occasion de revenir en profondeur sur un certain nombre de questions brûlantes, et notamment les conséquences de la crise alimentaire, les défis des pays touchés par un conflit et les progrès vers les objectifs de développement pour le Millénaire.

Que faudrait-il faire pour transformer le secteur énergétique en Afrique ?

Jamal Saghir's picture

Vidéo en anglais

Que faudrait-il faire pour transformer le secteur énergétique en Afrique ? C’est la question à laquelle nous nous sommes attelés vendredi lors d’une discussion avec les ministres de l’Énergie et des Finances d’Afrique. La discussion s’inscrivait dans un événement organisé à l’occasion des Réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI. Elle a attiré de nombreux participants et aurait pu durer au delà des deux heures prévues, tant la situation de l’énergie en Afrique tient au cœur de nombre d’entre nous.

Mettre l’agriculture au service de l’emploi

Obiageli Ezekwesili's picture

 

Il y a aujourd’hui en Afrique une mine d’emplois qui attend d’être exploitée. Cette mine, c’est l’agriculture et l’agro-industrie.

 

La situation actuelle de l’agriculture africaine ressemble de manière frappante à ce qu’était le secteur des télécommunications à la fin des années 90. Une décennie plus tard, des politiques judicieuses, conjuguées au renforcement des cadres réglementaires, ont ouvert le secteur à la libre entreprise, attirant quelque 60 milliards de dollars d’investissements privés et donnant lieu au boom que connaît le secteur des TIC aujourd’hui : 450 millions de téléphones portables en Afrique, plus que le Canada, le Mexique et les États-Unis réunis.

Que les vrais leaders de l’Afrique veuillent bien se lever ! Un appel aux innovateurs des TIC sur le continent

Nicole Amarteifio's picture

Vidéo en anglais.

 

En parcourant les propositions venues d’Afrique pour le concours « Développeurs au service du développement », j’ai réalisé que ce n’est pas dans des documents d’orientation bavards et théoriques qu’il fallait chercher les solutions aux défis de développement auquel est confronté mon continent. Mais qu’il existe, au contraire, des solutions bien vivantes et qu’elles se trouvent dans les innovations en provenance du secteur des TIC en Afrique.

À l’Open Forum de la Banque mondiale, les experts cherchent des solutions face à la crise alimentaire

Donna Barne's picture

 

Alors que la hausse et la volatilité des prix alimentaires ont précipité 44 millions de personnes dans la pauvreté, ce sujet brûlant a été débattu dans le cadre d’un Open Forum organisé par la Banque mondiale. Pendant deux heures, lors d’un débat retransmis sur le web, les experts ont réagi aux interventions des 3 000 internautes ayant participé au chat de 24 heures et aux quelques 500 suggestions et commentaires envoyés des quatre coins du monde avant l’événement (l’ensemble des envois couvre 91 pays).

Pages