Syndicate content

Mettre l’agriculture au service de l’emploi

Obiageli Ezekwesili's picture

 

Il y a aujourd’hui en Afrique une mine d’emplois qui attend d’être exploitée. Cette mine, c’est l’agriculture et l’agro-industrie.

 

La situation actuelle de l’agriculture africaine ressemble de manière frappante à ce qu’était le secteur des télécommunications à la fin des années 90. Une décennie plus tard, des politiques judicieuses, conjuguées au renforcement des cadres réglementaires, ont ouvert le secteur à la libre entreprise, attirant quelque 60 milliards de dollars d’investissements privés et donnant lieu au boom que connaît le secteur des TIC aujourd’hui : 450 millions de téléphones portables en Afrique, plus que le Canada, le Mexique et les États-Unis réunis.

Que les vrais leaders de l’Afrique veuillent bien se lever ! Un appel aux innovateurs des TIC sur le continent

Nicole Amarteifio's picture

Vidéo en anglais.

 

En parcourant les propositions venues d’Afrique pour le concours « Développeurs au service du développement », j’ai réalisé que ce n’est pas dans des documents d’orientation bavards et théoriques qu’il fallait chercher les solutions aux défis de développement auquel est confronté mon continent. Mais qu’il existe, au contraire, des solutions bien vivantes et qu’elles se trouvent dans les innovations en provenance du secteur des TIC en Afrique.

À l’Open Forum de la Banque mondiale, les experts cherchent des solutions face à la crise alimentaire

Donna Barne's picture

 

Alors que la hausse et la volatilité des prix alimentaires ont précipité 44 millions de personnes dans la pauvreté, ce sujet brûlant a été débattu dans le cadre d’un Open Forum organisé par la Banque mondiale. Pendant deux heures, lors d’un débat retransmis sur le web, les experts ont réagi aux interventions des 3 000 internautes ayant participé au chat de 24 heures et aux quelques 500 suggestions et commentaires envoyés des quatre coins du monde avant l’événement (l’ensemble des envois couvre 91 pays).

Les pauvres toujours sous la menace des prix alimentaires

Otaviano Canuto's picture

La liste des éléments qui tirent les prix alimentaires à la hausse ne fait que s’allonger. Les aléas météorologiques survenus dans certains grands pays exportateurs de céréales, l’utilisation accrue de produits agricoles dans la fabrication de biocarburants, les restrictions sur les exportations et le faible niveau des stocks mondiaux sont autant de facteurs qui ont contribué à faire monter les prix.

La lutte contre la corruption : une condition du développement

Leonard McCarthy's picture

 

La vision de la Banque mondiale est claire : c’est un monde sans pauvreté.  Là où il y a de l’intégrité, les projets produisent des résultats et les pauvres en bénéficient. En cas d’échec, le développement est retardé et les pauvres en pâtissent. C’est pourquoi, à la Banque mondiale, nous partons du principe qu’il n’y a pas de développement sans primauté du droit. Dans le souci de résultat, d’ouverture et de responsabilité qui habite la Banque mondiale, nous veillons à préserver l'intégrité dans nos opérations. Il y a, au cœur de notre stratégie, la volonté de supprimer les conditions qui entament la sécurité internationale et font prospérer la corruption.

Sécurité alimentaire : témoignages, expériences et solutions

Sarah Holmberg's picture

 

Afin de promouvoir la lutte contre la faim, la Banque mondiale a invité les internautes à faire part de leurs suggestions pour trouver des solutions aux crises alimentaires. Cinq de ces suggestions ont fait l’objet d’un sondage sur Facebook destiné à sélectionner celle qui serait présentée aux experts réunis lors de notre Open Forum du 15 avril. 

Sur les 851 suffrages recueillis, 331 voix sont allées à la recommandation suivante : 

Pour la Banque, la gouvernance et la participation citoyenne s’imposent au Moyen-Orient

Angie Gentile's picture

La crise qui embrase actuellement le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord montre à quel point une plus grande participation citoyenne et une meilleure gouvernance sont essentielles au développement économique : c’est ce que vient de déclarer le président de la Banque mondiale dans un discours prononcé à l’approche des Réunions de printemps de la Banque et du FMI, en indiquant que son institution se donnait d’agir davantage pour mettre l’accent sur ces deux impératifs.

L’accès à la nourriture est un besoin de l’être humain

Ngozi Okonjo-Iweala's picture

Je sais ce qu’est la faim : j’étais adolescente pendant les terribles années de la guerre du Biafra au  Nigeria.

Comme tant d’autres en temps de guerre, ma famille a tout perdu. Aurions-nous de quoi manger ? Cette question, nous nous la posions tous les jours. J’ai vu beaucoup d’enfants mourir du kwashiorkor ou d’autres maladies parce qu’ils n’avaient pas assez à manger. 

Pages