Syndicate content

Une initiative public-privé en faveur des infrastructures, socle d’une croissance inclusive

Donna Barne's picture
Cette page en : English | العربية

Swiss Re Group Chief Investment Officer Guido Fürer, European Investment Bank President Werner Hoyer, World Bank Group President Jim Yong Kim, and Australian Treasurer and Chair of the G20 Finance Track Joe Hockey at the signing ceremony for the Global Infrastructure Facility. © Simone D. McCourtie/World BankÀ l’heure actuelle, 1,2 milliard d’êtres humains environ sont privés d’électricité et 2,5 milliards n’ont pas de toilettes, sans oublier les quelque 748 millions de personnes sans accès à l’eau potable. Le Mécanisme mondial de financement des infrastructures (ou GIF, selon son acronyme en anglais), annoncé cette semaine par le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim, veut améliorer la situation à travers la préparation de projets d’infrastructures viables, durables et financièrement attrayants.

Comment aider les plus démunis ? Jim Yong Kim et Kaushik Basu répondent aux questions de Yang Lan

Donna Barne's picture
Présentatrice de l'émission « Yan Lan 101 » et personnalité connue de tous les foyers chinois, Yang Lan a questionné les deux dirigeants du Groupe sur le double objectif que s’est fixé leur institution : ramener à 3 % l'extrême pauvreté dans le monde à l'horizon 2030 et promouvoir une prospérité partagée au profit des 40 % les plus pauvres de la population mondiale.

« Pour ceux qui vivent dans la pauvreté, la ‘Banque mondiale’ représente quelque chose d’énorme et de très éloigné d’eux », a souligné la journaliste, en demandant à ses interlocuteurs « d'expliquer à ces personnes en quoi le double objectif de la Banque mondiale les concerne au quotidien ».
Joseph Jeune avant et après avoir suivi un traitement pour le VIH-Sida et la tuberculose
 

Sommet de la jeunesse 2014 : la nécessité de se doter de gouvernements ouverts et réceptifs

Mario Marcel's picture
Cette page en : العربية | Español




Hier, le temps d’une journée, j’ai renoué avec ce qui est le propre de la jeunesse : des visages enthousiastes, un idéalisme inaltéré et une énergie sans bornes. Ils étaient plus de 300 jeunes à avoir investi l’auditorium de l’IFC : représentants issus des pouvoirs publics, de la société civile, du monde du développement ou du milieu universitaire, tous étaient réunis pour discuter de la nécessité de se doter de gouvernements ouverts et réceptifs, thème choisi pour l’édition 2014 du Sommet de la jeunesse du Groupe de la Banque mondiale.

La lutte contre le virus Ebola est une lutte contre les inégalités

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : العربية | English | Español | 中文
A woman walks by an Ebola awareness sign in Freetown, Liberia. © Tanya Bindra/UNICEF

La riposte mondiale a été insuffisante à ce jour, et il est affligeant de constater que nous avons reproduit les mêmes errements que par le passé.

Si nous n’arrêtons pas Ebola maintenant, l’infection continuera à se propager à d’autres pays, voire à d’autres continents, comme le laisse déjà présager le premier cas d’Ebola diagnostiqué la semaine dernière aux États-Unis. Cette pandémie révèle le coût mortel de l’inégalité d’accès aux services essentiels et les conséquences de notre incapacité à régler ce problème.

Assemblées annuelles 2014 : le guide des événements en streaming

Donna Barne's picture
Comment faire en sorte que la croissance économique profite à un plus grand nombre ? Comment parvenir à doubler la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial ? La planète sera-t-elle en mesure de nourrir toute la population mondiale en 2050 ? Vous pourrez connaître l’avis des experts sur ces sujets et bien d’autres grâce à la diffusion en ligne et en direct d’une vingtaine d’événements organisés à l’occasion des Assemblées annuelles 2014 de la Banque mondiale et du FMI.

Du 7 au 11 octobre, participez vous aussi à ce rendez-vous qui réunira à Washington plusieurs milliers de responsables du monde du développement, en faisant part de vos questions et de votre point de vue. Un certain nombre de manifestations feront en outre l’objet d’une couverture multilingue par tweet et par tchat. Vous pouvez aussi suivre les discussions sur Twitter en utilisant le hashtag général #wblive ou les hashtags correspondant aux événements. Vous trouverez dans ce billet une sélection des principaux événements et hashtags. Nous vous invitons à consulter le programme complet des manifestations ou à télécharger l’appli des Assemblées annuelles pour appareils Apple et téléphones Android.

TEDxWBG : Mettre fin à la pauvreté

Maya Brahmam's picture
Cette page en : English | Español
La première conférence TEDxWBG (a) se déroulera à Washington le 9 octobre prochain. Constituée d’un panel de personnalités aux profils variés — du champ de la réflexion à celui de l’action en passant par la création artistique —, elle permettra d’envisager sous différents angles les moyens de mettre fin à la pauvreté.

Pourquoi parler encore des prix alimentaires, alors qu’ils baissent ?

José Cuesta's picture
Cette page en : English | Español | العربية
Quelques bonnes nouvelles
 
L’édition du rapport Food Price Watch (a) de septembre 2014 constate le recul des prix alimentaires sur les marchés internationaux, à leur plus bas depuis quatre ans, sachant que les baisses de ces quatre derniers mois ont annulé complètement les augmentations observées entre janvier et avril 2014. Les risques d’un durcissement de la demande d’importations et des tensions géopolitiques, qui suscitaient des inquiétudes voici quelques mois, se sont atténués. Même le phénomène El Niño pourrait n’avoir qu’un impact minime sur la production et les prix, étant donné l’état actuel des cultures dans les grands pays producteurs. Enfin, un article récent du Financial Times (a) annonce le tassement de l’inflation des prix alimentaires dans les pays riches comme dans les pays pauvres.

Dans ces conditions, pourquoi parler encore du prix des denrées et des crises alimentaires ? Et quelle sera la mission du nouvel Observatoire des crises alimentaires ?

 
Observatoire des crises des prix alimentaires

Ensemble, élargissons le champ de négociation pour trouver un accord politique sur l’action climatique

Rachel Kyte's picture
Cette page en : Español | 中文

La Banque mondiale et le Sommet sur le climat 2014

À la veille du coup d’envoi de la Semaine pour le climat et à deux jours de l’ouverture du Sommet sur le climat, la « marche du peuple » qui se déroule aujourd’hui à New York traduit la montée des attentes qui se sont exprimées ces dernières semaines à la suite de l’appel à l’action climatique lancé par le secrétaire général des Nations unies.

Comment s’engager dans les diverses initiatives climatiques qui convergent aujourd’hui depuis tous les secteurs de l’économie ? Les clients du Groupe de la Banque mondiale, du côté des États comme de celui du monde de l’entreprise, sollicitent notre aide sur cette question et nous sommes là pour y répondre. 

Agir pour le climat n'implique pas de sacrifices économiques

Sri Mulyani Indrawati's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية | Español
Nouveau rapport sur l'économie du climat

Il est urgent de mettre en place des actions pour lutter contre le changement climatique, mais cela ne doit pas forcément se faire au détriment de la croissance économique. Voici le message central de la Commission mondiale sur l'économie et le climat (a) dont j'ai l'honneur de faire partie.

Le rapport The New Climate Economy (a) qui a été publié récemment par la Commission renforce l'idée selon laquelle les changements structurels et technologiques majeurs qui sont intervenus au sein de l'économie mondiale rendent désormais possible d'atteindre simultanément les deux objectifs suivants : un développement plus sobre en carbone et une croissance économique plus solide

Ce qui compte, ce n’est pas le comment mais le pourquoi

Shanta Devarajan's picture
Cette page en : Español | العربية | English

Pourquoi réformer les politiques ?Il ne se passe guère de semaine sans que j’entende quelqu’un affirmer que ce qui importe, ce n’est pas ce qu’on fait mais la manière dont on le fait. Prenez la réforme des subventions énergétiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le débat porte non pas sur le principe de la réforme (chacun convenant qu’elle est utile) mais sur ses modalités. On entend d’ailleurs les mêmes arguments quand il s’agit de la réglementation des activités commerciales, de l’éducation, de l’agriculture ou de la santé. Et, je l’admets, j’ai alimenté moi aussi cette tendance, comme d’autres d’ailleurs sur ce blog

Les réformes s’imposent dès lors que les dispositions politiques ou institutionnelles en place deviennent contreproductives. Mais avant de s’intéresser à la manière de procéder, nous devrions nous demander pourquoi une politique a vu le jour, pourquoi elle a perduré si longtemps et pourquoi elle n’a jamais été réformée auparavant. Car une politique ne tombe pas du ciel. Sa longévité ne s’explique pas par un simple oubli. Et ce n’est pas non plus parce qu’il lit un jour un livre, un article ou un billet consacré à l’art de réformer qu’un décideur choisira de tout remettre à plat.

Pages