Syndicate content

L’accès aux services financiers peut stimuler la croissance et l’entreprenariat

Donna Barne's picture

 

Dans le monde, 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès aux services bancaires. En mettant à leur disposition des services financiers tels que les comptes d’épargne, les prêts, le crédit et l’assurance, il serait possible non seulement de les aider à se prémunir contre l’adversité et à échapper à la pauvreté, mais aussi d’encourager l’entreprenariat et de stimuler la croissance économique : c’est l’opinion exprimée par les participants à un débat organisé par la Banque mondiale sur le thème « Combler le fossé dans le domaine de l’accès aux services financiers » à la veille des Réunions de printemps du FMI et de la Banque.

Jose Antonio Meade, ministre mexicain des Finances a déclaré à cette occasion que l’accès aux services financiers — aussi appelé « inclusion financière » et consistant à permettre aux individus d’utiliser les ressources financières que la plupart d’entre nous tiennent pour acquises — est une condition essentielle pour « garantir une croissance » qui profite aussi aux populations pauvres. Le Mexique, qui assume la présidence du G-20, organise une réunion de haut niveau sur l’accès aux services financiers le 22 avril conjointement avec la Banque mondiale.

Le débat qui a eu lieu à la veille des Réunions de printemps a attiré l’attention sur une étude récente réalisée auprès de 150 000 personnes dans 148 pays, qui révèle que les trois quarts de la population pauvre du monde ne possèdent pas de compte bancaire et que les femmes sont particulièrement désavantagées en matière d’accès aux services bancaires. Un don de dix ans de la fondation Bill et Melinda Gates contribue au financement d’une nouvelle base de données sur l'accès aux services financiers (Global Findex) qui servira à évaluer l’utilisation de ces services et à identifier ceux qui sont les plus difficiles d’accès.

L’absence d’accès aux services bancaires impose aux femmes résidant en zone rurale de parcourir des centaines de kilomètres pour atteindre la banque la plus proche et recevoir en toute sécurité l’argent envoyé par des membres de leur famille installés à l’étranger. Le manque d’inclusion financière signifie aussi que les agriculteurs se trouvent dépourvus d’assurance sur les récoltes lorsque les inondations et les sécheresses les privent de tout revenu. Les personnes qui ne possèdent pas de compte d’épargne et ne bénéficient ni de prêts ni d’envois de fonds peinent à gérer leurs finances et les risques, à faire face aux catastrophes et à améliorer leur situation économique.

L’offre de services financiers aux populations qui en sont dépourvues pourrait stimuler la croissance économique et la création d’opportunités pour les populations pauvres de la planète, déclare le Président du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick, dans un communiqué de presse consacré au lancement de Global Findex. « L’exploitation des possibilités offertes par les services financiers peut véritablement aider les pauvres à financer les frais de scolarité, à économiser en vue d’acquérir un logement ou à créer de petites entreprises qui offriront des emplois à d’autres », a-t-il ajouté.

Les participants au débat sur l’accès aux services financiers — M. Meade, Peter Sands, directeur général de Standard Chartered, et Betty Mwangi (Safaricom), considérée comme l’une des pionnières des services bancaires basés sur la téléphonie mobile — ont examiné les initiatives qui ont permis d’élargir l’accès aux services financiers. Au Mexique, l’inclusion financière et les connaissances financières de base de la population ont augmenté lorsque les participants au programme national de protection sociale ont commencé à utiliser des cartes bancaires pour toucher leurs prestations. D’après Jose Antonio Meade, les gens s’habituent maintenant à utiliser les services du secteur financier pour réaliser des opérations de la vie courante.

Au Kenya, selon Betty Mwangi, les services bancaires basés sur le téléphone mobile permettent à davantage de personnes d’utiliser des comptes d’épargne et d’autres services. Safaricom s’est associé à 25 banques commerciales. D’après Mme Mwangi, environ 15,7 millions de personnes utilisent maintenant les services bancaires mobiles pour payer leurs factures et effectuer d’autres transactions financières sans avoir à se déplacer.

Peter Sands a fait remarquer que l’inclusion financière ne se résumait pas aux services bancaires personnels et qu’elle consistait aussi à permettre aux très petites entreprises d’investir et de se développer. L’inclusion peut aider aussi les petites sociétés qui ont recours à des services bancaires de mauvaise qualité caractérisés par des taux d’intérêt élevés, des rendements faibles et des services d’assurance peu élaborés. Selon M. Sands, la technologie peut contribuer à mettre des services sophistiqués et peu coûteux à la disposition des populations.

« La finance est l’oxygène du reste de l’économie », déclare-t-il. « Elle permet aux entreprises de se développer et aux individus de gérer les risques. Sans la finance, la vie est beaucoup plus difficile ».

Revivez le webcast et le blog en direct.

Commentaires

Bonjour, Je m'appel Monsieur Ismaila Ba, je suis un jeune entrepreneur qui évolue dans le milieux de la culture particulièrement dans l’évènementiel. Je voulais avoir un peux plus des informations concerna les contes d'épargne et les financements des petites entreprises. Cordialement Monsieur Ba

Soumis par Cyril Njokep le
L'accès aux services financiers n'est pas seulement une situation difficile pour les populations des zones rurales. Il s'avère également que même en zone rurale les femmes commerçantes ne maîtrisent pas vraiment les services financiers. Je participe comme formateur CGAP au programme de micro finance et femmes au Cameroun porté par l'ONG PlaNet Finance dans le renforcement des capacités de 200 femmes membres des IMF et 40 jeunes du programme de promotion de l'autoentrepreunariat des jeunes diplômés de l'enseignement technique de la ville de Yaoundé. Il est donc question de les encourager à se rapprocher des services des IMF (Institutions de Micro Finances), en présentant les avantages qu'elles peuvent bénéficié pour leurs activités économiques, au travers de l'épargne, l'octroie de crédits pour le renforcement de leurs activités et l'ouverture de compte qui leur permettront de se comporter comme de véritables opérateurs économiques. La difficulté se situe actuellement au niveau de la fiabilité de ces IMF qui ouvrent et ferment du jour au lendemain.

Soumis par Paul le
Je suis d'accord que l'accès aux services financiers peut propulser le développement. Le problème se pose de façon criante en Afrique de l'Ouest et particulièrement au Burkina Faso. Mais, là, en plus du manque de financement, il y a le besoin d'accompagnement à la conception et à la réalisation d'un projet. Remarquez bien que les femmes ici, évoluent plus dans le secteur informel. Elles ont par exemples des projets qu'elles voudraient mettre en place. C'est vrai qu'il y a des associations fiminines dont les membres bénéficient de crédits auprès de caisse populaire. Mais leurs projets ne sont pas viables et le soutenir, c'est le faire à perte. Voilà pourquoi je dis que le financement est le poumon de l'économie, mais ce sont des projets à long terme, générateurs de révenus qui ont plus besoin de financement.

Soumis par Anonymous le
c'est pas la finance qui provoque le développement mais plutôt c est la finance islamique

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires