Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

L’intégration des Roms, une question toujours d’actualité

Ede Ijjasz-Vasquez's picture

Disponible également en : English

Roumanie. Nicoleta Alecu rit avec une amie tandis qu'elles font la lessive devant leur maison dans une communauté de Roms, dans le village de Frumusani. © Dominic Chavez / Banque mondiale
Roumanie. Une femme rit en faisant la lessive devant sa maison située dans le village de Frumusani, dans une communauté de Roms. © Dominic Chavez / Banque mondiale

Les Roms sont la plus importante minorité ethnique d’Europe et sans doute la plus fortement discriminée. Bien que les institutions européennes, les gouvernements, les organisations de développement et la société civile agissent depuis de nombreuses années pour favoriser l’intégration des Roms, une grande part de cette population vit dans la pauvreté et n’a pas accès à des services de base. 

Cette situation n’est pas liée à des inégalités géographiques : le taux de pauvreté et d’exclusion des Roms est considérablement plus élevé que celui des populations non Roms avoisinantes. Alors que la Journée internationale des Roms a eu lieu la semaine dernière, il est donc utile de rappeler certaines données :
  • En Europe centrale et orientale, un Rom adulte sur trois est sans emploi et le taux de chômage de cette population est de deux à cinq fois plus élevé que chez les non-Roms.
  • Seuls 15 % des jeunes adultes Roms ont achevé le deuxième cycle d’enseignement secondaire, contre environ 70 % des non-Roms.
  • En Grèce, en Roumanie et en Bulgarie, 45 % environ des Roms déclarent bénéficier d’une couverture médicale, contre 85 % du reste de la population.
  • Approximativement 45 % des logements occupés par des Roms n’ont pas d’électricité et sont dépourvus de cuisine, de toilettes et de salle de bain.
 
Ce sont là des éléments tangibles de précarité auxquels la Banque mondiale s’est engagée à remédier (a) grâce à un travail d’analyse et la fourniture d’une assistance technique, ainsi qu’à sa collaboration avec des organisations partenaires. Mais, parallèlement, les discussions avec les partenaires de développement, les gouvernements et l’ensemble des parties prenantes portent de plus en plus souvent sur les éléments intangibles qui caractérisent les inégalités dont souffrent les Roms, à savoir les discriminations, la dignité et les possibilités d’expression et de réalisation des aspirations.
Pour les Roms, la dignité et le respect sont aussi importants que l’égalité d’accès à l’emploi et aux services. C’est ce qui ressort de groupes de discussion récemment mis en place par la Banque mondiale avec des Roms ayant émigré de Bulgarie et qui vivent aujourd’hui en Belgique. Les Roms subissent des discriminations, une stigmatisation et des préjugés de toute sorte qui se cumulent et se perpétuent d’une génération à l’autre. Cela peut avoir des effets désastreux dans la vie quotidienne des Roms, qu’ils soient ou non matériellement démunis.
Comme le souligne un rapport phare de la Banque mondiale intitulé Inclusion Matters (a), le manque de respect et de reconnaissance des groupes défavorisés en raison de leur identité, ce qui est lié à la notion de dignité, « peut rendre certains individus ou même des groupes entiers “invisibles“ dans les statistiques officielles ».
Il y a tout de même une bonne nouvelle : si des politiques adaptées sont mises en œuvre, l’intégration des Roms peut être grandement améliorée et nous avons enregistré des progrès encourageants en la matière, dans le domaine de l’éducation notamment (a). Par ailleurs, la Banque mondiale élabore et teste de nouvelles méthodes pour résoudre les problèmes structurels auxquels les Roms sont confrontés :
  1. Au niveau stratégique, des efforts doivent être faits pour « traduire » les données existantes sur l’intégration sociale des Roms en messages clairs et convaincants, politiquement viables. Ainsi, en partenariat avec le gouvernement bulgare, la Banque mondiale définit et teste actuellement des méthodes plus simples et moins technocratiques pour communiquer sur le programme d’intégration des Roms auprès d’un public plus large.
  2. Pour la conduite des projets, la Banque mondiale a mis au point un outil qui permet aux équipes qui travaillent sur la Roumanie d’évaluer rapidement les impacts d’un projet ­(ou l’absence d’impact) sur la population Rom. Il s’agit d’une liste de contrôle qui facilite la discussion et accroît la sensibilisation des différentes parties prenantes à un projet, tout en améliorant la responsabilisation des équipes vis-à-vis des Roms.
  3. Enfin, la Banque mondiale a établi une communauté d’experts sur les peuples autochtones et les minorités ethniques qui a joué un rôle déterminant pour que la situation des Roms soit prise en compte dans des débats plus larges au sein de la Banque mondiale. Cette plateforme offre en outre un espace pour les échanges entre pairs et pour tirer des enseignements de l’expérience des équipes de toutes les régions qui travaillent sur les problèmes des minorités ethniques.
 
Ces initiatives ne sont que quelques exemples parmi d’autres de ce qui est fait pour réduire les inégalités économiques et sociales dont sont victimes les Roms en Europe et en Asie centrale. Ensemble, les parties prenantes, les responsables politiques, la société civile et la Banque mondiale œuvrent pour atteindre un objectif commun : trouver des solutions pour l’intégration des Roms.
 
Cliquez ici (a) pour en savoir plus sur notre action en faveur de l’intégration des Roms.
 

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.