Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

La bonne gouvernance est à la base de la lutte contre la pauvreté et la corruption

Sri Mulyani Indrawati's picture
Cette page en : English | Español | العربية

Une femme du district de Nyabithu, au Rwanda, interpelle Sri Mulyani Indrawati, directrice générale et directrice des opérations à la Banque mondiale. Photo © Simone D. McCourtie / Banque mondiale.

Pour la première fois, la pauvreté extrême est passée sous la barre des 10 %. Jamais le monde n’aura affiché autant d’ambitions pour le développement qu’aujourd’hui. Depuis l’adoption des Objectifs de développement durable et la signature de l’accord de Paris sur le climat, fin 2015, la communauté internationale recherche les solutions les plus efficaces pour concrétiser ces objectifs. Dans cette série de cinq billets, je reviendrai sur les mesures prises par le Groupe de la Banque mondiale en la matière et les initiatives qu’il envisage de lancer autour de certains axes clés pour mettre fin à la pauvreté d’ici 2030 : la bonne gouvernance, l’égalité hommes-femmes, le conflit et la fragilité, la création d’emplois ainsi que la prévention du changement climatique et l’adaptation à ses effets.


Voici 20 ans, la Banque mondiale inscrivait la lutte contre la corruption au cœur de ses actions pour réduire la pauvreté, la faim et la maladie. Décision pionnière à l’époque, elle n’a rien perdu de son actualité. En plus de décourager les investisseurs privés et de freiner la croissance économique, la corruption détourne les ressources des pauvres au profit des riches, entretient la culture du bakchich et fausse les dépenses publiques.

À certains égards pourtant, la corruption n’est qu’un symptôme. La lutte contre la corruption doit s’accompagner d’initiatives permettant aux gouvernements d’agir de manière transparente et équitable, de fournir des services à la population, de garantir sa sécurité et de créer un environnement propice à l’emploi et à la croissance.

Ce sont là les attributs même de la bonne gouvernance et d’institutions efficaces, au cœur des actions que mène la Banque mondiale auprès des pays à faible revenu du monde entier.

D’où ces trois grands axes d’intervention.

  1. Priorité au renforcement des institutions.
En général, qualité des institutions et prospérité vont de pair. Les pays dotés d’institutions bien gérées et responsables sont mieux à même d’assurer les services publics et d’installer un environnement propice à la création d’emplois et à la croissance.

La performance des institutions publiques est vitale pour les pauvres, qui dépendent de manière disproportionnée des services fournis par l’État. C’est pourquoi nous devons améliorer la prestation de services pour éradiquer la pauvreté.

Dans une centaine de pays, des experts de la Banque mondiale apportent leur expertise aux gouvernements et assurent des formations dans le but de renforcer l’administration et la gestion des finances publiques — deux facteurs essentiels pour garantir une utilisation efficace et responsable des ressources budgétaires.

Les résultats sont là : entre 2011 et 2015, 50 millions de personnes dans les pays les plus pauvres du monde ont pu accéder à des services d’approvisionnement en eau améliorés, tandis que 413 millions bénéficiaient de services médicaux essentiels. Parallèlement, 102 000 kilomètres de routes ont été construits ou réhabilités.

Aux Comores, la Banque mondiale a aidé les pouvoirs publics à améliorer la gestion économique de sorte que la population a désormais accès à davantage d’informations sur les finances de l’État.

En Côte d’Ivoire, ses interventions ont permis au gouvernement d’associer le secteur privé à l’élaboration de projets dans le domaine de l’énergie, des transports et des infrastructures portuaires. Les réformes attendues dans le secteur financier devraient favoriser les investissements dans l’agriculture, l’agroalimentaire et les industries manufacturières.

Pour cela, les données sont cruciales. L’une des priorités de la Banque mondiale vise à renforcer les capacités statistiques de ses clients. L’an dernier, 32 pays (dont 11 États fragiles) ont reçu une aide en ce sens. Dix-huit font désormais appel à l’outil statistique pour concevoir des politiques, assurer leur suivi et favoriser la responsabilité et la transparence. La Bolivie par exemple vient d’achever des recensements agricoles et du logement ainsi que trois vagues d’enquête auprès des ménages dans le but d’améliorer la planification et l’évaluation des programmes et des politiques publics.
 
  1. Soutien à la mobilisation des ressources pour assurer les services.
La moitié des pays à faible revenu lèvent moins de 15 % de leur produit intérieur brut en impôts, contre une moyenne d’environ 34 % dans les pays de l’OCDE.

Cet écart tient à la multitude de problèmes que les pays pauvres doivent gérer, des entreprises, nationales et étrangères, qui se soustraient à leurs obligations fiscales à la défiance de la population en passant par le nombre de structures informelles non enregistrées, la faiblesse des services fiscaux, le manque de gouvernance et l’absence de coopération internationale en matière fiscale.

Le problème ne se résume pas au recouvrement des impôts : il s’agit aussi de concevoir des systèmes justes et responsables mais non confiscatoires. Pendant des années, la Banque mondiale a plaidé pour des réformes fiscales et l’amélioration des services concernés auprès des gouvernements nationaux comme dans les enceintes internationales (le G20 par exemple). Elle vient d’ailleurs de créer une équipe internationale pour la fiscalité afin de développer ce travail.

Entre 2012 et 2014, la Mauritanie a augmenté de pratiquement 50 % son niveau de recouvrement, grâce à des réformes de la gestion des ressources publiques.

Au Pakistan, le taux de recouvrement dans la province du Sindh a progressé de 24 % en un an.

Critique pour lutter contre la pauvreté, l’aide au développement ne suffira pourtant pas pour réaliser les objectifs ambitieux que le monde s’est fixés. Nous devons aider les pays à mobiliser leurs ressources intérieures — encore largement inexploitées — pour qu’ils puissent devenir autonomes et fournir des services de qualité à leurs ressortissants.
 
  1. Promotion de la transparence et de la responsabilité.
La confiance entre les citoyens et leurs gouvernants repose sur une utilisation transparente des ressources publiques. C’est aussi un moyen de mieux cibler les dépenses de l’État et de les rendre plus efficaces. C’est pourquoi la Banque mondiale œuvre aux côtés des pays pour améliorer la transparence des budgets et des dépenses — d’autant que cela permet de réduire les fraudes et la corruption et de faire entendre la voix des citoyens.
La Tunisie fait partie des 40 pays qui utilisent la base de données sur les dépenses publiques (a) conçue par la Banque mondiale pour assurer un accès plus aisé à des informations détaillées en la matière.
Toujours en Tunisie, les recherches menées par la Banque mondiale pour quantifier la valeur du commerce illicite et caractériser l’étendue et le coût de la captation de l’État (a) ont contribué à améliorer la transparence et la capacité des Tunisiens à exiger des comptes de leurs dirigeants.

En Moldova, plus de 2 200 fonctionnaires et autres employés ont été formés à l’administration électronique, ce qui permet à la population de consulter plus de 880 bases de données publiques et d’accéder à 131 services informatisés.
Au Nigéria, la part des contrats publics attribués à la suite d’appels d’offres a atteint 85 % en 2015, contre 20 % en 2009.
S’il y a, en matière de développement, une formule que l’on peut appliquer partout et en toutes circonstances, c’est bien celle-ci, qui conjugue amélioration des institutions, augmentation des ressources domestiques et mobilisation des citoyens. Car une gabegie et une corruption chroniques démoralisent les citoyens et minent leur confiance dans l’État ; la corruption aggrave la pauvreté, expose les pauvres à toutes formes d’exploitation et les oblige à verser des pots-de-vin pour obtenir des services essentiels (santé et éducation par exemple) ; et les citoyens ne peuvent déployer leur potentiel s’ils ne sont pas impliqués dans la gestion de leur pays. Tout cela explique pourquoi la Banque mondiale fait de la bonne gouvernance et de l’efficacité des institutions deux piliers essentiels de son action pour placer les pays les pauvres sur la voie de l’autosuffisance.

Ce billet a d'abord été publié sur le site web du Huffington Post (a).

Commentaires

Soumis par Mamady Fakè SYLLA le

Je suis tout à fait d'accord avec tous ce qui vient d'être dit ici plus haut. Et je pense même que au dela de l'amelioration de nos méthodes de gouvernances, qu'il faille bannir les dons dans le volet recettes de nos lois des finances car ils crées une mentalité d'assistr chez nous les africains.

Soumis par Ilyas M Dawaleh le

Je trouve l'article très pertinent. A Djibouti également, nous sommes en train de suivre le même processus avec les institutions partenaires dont la Banque Mondiale.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.

Réagissez aux discussions du moment