Syndicate content

La campagne qui a déclenché un débat mondial sur l’égalité hommes-femmes, par Amy Adkins

Blog disponible en : English

 

Le message est simple mais percutant : il faut « penser égalité ».

En anglais cela donne « Think Equal », et c’est le message qui avait été choisi pour une campagne de sensibilisation mondiale destinée à l’origine à promouvoir la parution du Rapport sur le développement dans le monde 2012 – Égalité des genres et développement. Mais cette initiative a depuis lors investi les médias sociaux avec force, et le hashtag #thinkEQUAL, créé par la Banque mondiale sur Twitter pour appeler à l’action au nom des femmes et des fillettes du monde entier, s’est rapidement propagé à la vitesse d’un virus.

Lancée au printemps 2011, la campagne Think Equal de la Banque mondiale a pour objectif de mieux faire comprendre l’importance de l’égalité hommes-femmes en tant que priorité de développement. Selon le Rapport sur le développement dans le monde 2012, les pays qui s’efforcent d’améliorer la condition féminine obtiennent en effet de meilleurs résultats sur le plan du développement. En mettant en avant les témoignages de femmes et de fillettes à travers le monde et leur réalité des inégalités vécues ou surmontées, la Banque espère accroître la demande en faveur de politiques et de données orientées sur les problématiques du genre.

« Avec cette campagne, il ne s’agit pas seulement de penser mais d’agir, indique Caroline Anstey, directrice générale de la Banque mondiale. ‘Penser l’égalité’, ce n’est qu’un début, il faudra ensuite passer à l’action pour faire vivre cette égalité à tous les niveaux de la communauté du développement : institutions internationales, gouvernements, secteur privé, société civile ».

Le mot clé #thinkEQUAL a été rapidement adopté par les utilisateurs des médias sociaux, avec un nombre d’apparitions sur Twitter atteignant 43,9 millions à ce jour (en anglais, français, espagnol et arabe). Il a par ailleurs été mentionné près de 16 000 fois et il s’agit du hashtag le plus répandu en matière de genre. On l’utilise partout dans le monde dans des posts se rapportant à la campagne et pour répondre à la question : « L’égalité, vous la voyez comment ? ».

Sur Facebook, aussi bien les « amis » de la Banque mondiale que ses détracteurs diffusent le message Think Equal auprès de leurs réseaux en ajoutant le mot clé dans leurs publications.

Jeni Klugman entrait justement à la Banque mondiale au poste de directeur du groupe chargé des questions de genre quand la campagne a été lancée. Selon elle, « une telle initiative est vraiment précieuse car elle permet au Groupe de la Banque mondiale d’atteindre des publics au-delà de sa sphère d’audience et de se doter d’une plateforme formidable pour surmonter les difficultés et faire avancer les résultats sur le terrain ».

Afin, précisément, d’ancrer ce projet sur le terrain, l’équipe Diffusion et multimédia de la Banque mondiale a réalisé une série de vidéos exposant le combat exceptionnel de femmes ordinaires face aux inégalités auxquelles elles sont confrontées dans le monde entier. Mises en ligne sur la chaîne YouTube de la Banque mondiale ainsi que sur Facebook et Twitter, ces vidéos (disponibles en anglais, en français, en espagnol et en arabe) en ont été vues et partagées plus de 104 000 fois.

La conquête du public sur le web

Le débat mondial autour de l’enjeu de l’égalité hommes-femmes a redoublé d’intensité à l’occasion de l’Open Forum consacré à ce sujet lors des Assemblées annuelles 2011 de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. L’Open Forum, qui a donné lieu à un chat mondial de 24 heures et à un débat diffusé sur le web en direct, a permis aux internautes de débattre avec des défenseurs de l’égalité, des experts et des entrepreneurs des pistes de progrès possibles et de partager leurs propres suggestions. Plus de 30 000 personnes originaires de 185 pays ont participé en ligne à cet événement et fait part de quelque 300 propositions pour lutter contre les inégalités hommes-femmes. Le débat continue de grandir via les médias sociaux et a suscité, par rapport à l’année précédente, une hausse de 43 % du trafic sur les pages web de la Banque mondiale consacrées au genre.

La campagne Think Equal repose aussi sur d’autres contenus interactifs. En plus des galeries de photos et des blogs, un sondage a été diffusé en plusieurs langues sur la plateforme en ligne de l’initiative http://thinkequal.banquemondiale.org/ ; 8 600 personnes dispersées à travers le monde — hommes et femmes confondus — y ont répondu, donnant ainsi leur point de vue sur des aspects clés de l’égalité — et des inégalités — entre les sexes.

Par ailleurs, la problématique du genre se fraye également un chemin via les tablettes et la téléphonie mobile grâce à la sortie de deux nouvelles applications. La première, pour iPad, reprend le contenu du Rapport sur le développement dans le monde 2012 et permet à ses utilisateurs d’accéder au rapport phare de la Banque mondiale et à ses recommandations dans le champ des politiques publiques. La deuxième, disponible pour iPhone et pour iPad, s’appelle Femmes du monde et, fruit d’une collaboration avec Fotopedia, s’empare de la photographie pour illustrer la condition féminine dans le monde.

Les deux applications affichent le hashtag #thinkEQUAL. Treize jours seulement après son lancement, l’appli Femmes du monde avait été téléchargée 268 000 fois. À partir des données et des statistiques du Rapport sur le développement dans le monde 2012, la Banque a également fait réaliser des éléments d’infographie qu’elle a publiés sur Facebook et qui ont contribué à attirer encore davantage l’attention sur la question de l’égalité des genres en l’éclairant sous un nouveau jour.

La poursuite du dialogue

La campagne Think Equal s’est aussi déroulée hors du web et touché un public plus local. À Washington, d’abord, au et autour du siège de la Banque mondiale, avec l’affichage de toute une série d’images percutantes, l’installation d’un écran géant extérieur diffusant notamment l’Open Forum ou encore des affiches de promotion dans les abribus. À New York aussi, où les vidéos de la campagne étaient diffusées dans les taxis de la ville.

Melinda Gates, pour la Fondation Gates, a ainsi commenté sur Twitter cette campagne visuelle :

La Banque mondiale et la Fondation Nike ont organisé une manifestation extérieure sur l’égalité des genres lors des Assemblées annuelles. Des centaines d’employés de la Banque portaient des t-shirts Think Equal.

Tandis que la campagne pour l’égalité hommes-femmes suit son cours sur les médias sociaux, la Banque mondiale continue d’appuyer la prise en compte de cette question dans les politiques de développement. Alors que l’on vient de célébrer la Journée internationale des femmes (8 mars), rappelons-nous qu’il reste encore beaucoup à faire sur ce front.

Commentaires

Soumis par Arborus le
Il parait que la lutte pour l'élimination de disparités est un travail à longue haleine et qu'on parlera encore et longuement de cette dichotomie homme-femme.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.