Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

La GICA œuvre à la connectivité mondiale des infrastructures

Kara Watkins's picture
Cette page en: English | Español 
© DevelopmentSeed, Cartography Lab de l’université de Wisconsin-Madison, Parag Khanna.


Nous connaissons presque tous le terme « connectivité », même si nous n’y réfléchissons pas beaucoup. Lorsque nous nous plaignons de la qualité du réseau mobile ou que nous félicitons le serveur pour la rapidité et la gratuité de la connexion wifi dans notre café préféré, nous reconnaissons la place qu’occupe la connectivité dans notre vie.
 
Mais la connectivité joue également un rôle mondial, plus large : elle crée des liens entre les populations, les économies et les pays via les réseaux de transport, d’échanges commerciaux, de communication, d’énergie et d’eau. C’est ce que l’on appelle la connectivité mondiale des infrastructures. Elle possède un « superpouvoir » : celui de catalyser le développement de l’infrastructure.

Des infrastructures bien planifiées et interconnectées peuvent améliorer la productivité, augmenter l’efficacité des services et accroître les investissements. L’interconnectivité permet aussi de dynamiser le secteur commercial, grâce à une logistique des transports qui optimise des technologies sources d’efficience.

Les avantages liés au renforcement de la connectivité des infrastructures intéressent les autorités nationales, les organisations internationales et les autres acteurs internationaux, dont le G20 (a). Depuis une vingtaine d’années, la communauté mondiale a pris conscience du rôle que joue la connectivité des infrastructures dans le développement durable et la prospérité partagée. Par conséquent, sur l’ensemble de la planète, les responsables politiques et les professionnels du développement considèrent désormais cet enjeu comme une grande priorité.

Le G20 : des mesures pour renforcer la connectivité
 
L’intérêt croissant que suscite la connectivité des infrastructures a généré une demande de couloirs économiques, de programmes d’investissements transfrontières, d’observatoires des échanges et de la logistique, ainsi que d’organes régionaux de promotion de la connectivité et de l’intégration régionale. Néanmoins, les progrès sont moins rapides qu’espéré.

Centre d’appel de Souq.com à Dubaï. © Dominic Chavez/Société financière internationale

Pourquoi ? Dans les secteurs en lien avec l’infrastructure, les spécialistes produisent en permanence un abondant flux de ressources centrées sur la connectivité, mais ce savoir n’est bien souvent partagé qu’à un niveau régional ou thématique, et se prête peu aux comparaisons régionales ou sectorielles. Et l’absence de plateforme Internet facile d’accès permettant de recueillir et de transmettre les connaissances les plus pertinentes constitue un obstacle supplémentaire pour les décideurs et ceux qui souhaitent élaborer des projets destinés à accroître la connectivité des infrastructures.
 
Le G20 a proposé une solution, en lançant en juillet 2016 l’Alliance pour la connectivité mondiale des infrastructures (a) (ou « GICA » selon son acronyme en anglais), dont le secrétariat est assuré par le Groupe de la Banque mondiale.

La GICA œuvre dans l’ensemble des régions, des disciplines et des pôles mondiaux d’expertise de la Banque pour promouvoir la coopération, l’échange de savoir et des progrès réels dans l’interconnectivité planétaire.
Situé dans les locaux du Centre de la Banque mondiale pour l’infrastructure et le développement urbain à Singapour, le secrétariat de la GICA travaille en étroite collaboration avec ses membres, dont font partie le Global Infrastructure Hub (a), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), des banques multilatérales de développement, des organisations internationales, des organismes des Nations Unies et les pays intéressés.
 
À l’appui du mandat du G20 portant sur l’amélioration de l’accessibilité du savoir en matière de connectivité, la GICA a créé un centre de ressources (a) en ligne.  Ce guichet unique propose des ressources essentielles sur la connectivité des infrastructures. Les responsables politiques et les professionnels du développement (entre autres) peuvent y faire des recherches et accéder aux informations, aux outils et aux meilleures pratiques qui sont indispensables pour élaborer et mettre en œuvre des projets.
 
Lancement de gica.global
 
Vous pouvez vous rendre sur le tout nouveau site web (a) de la GICA pour en savoir plus sur cette initiative, consulter le centre de ressources (a) et explorer les diverses possibilités de participer à ses activités (a).
 

Rejoignez-nous sur LinkedIn 
 
Outre son nouveau site web, la GICA est présente sur LinkedIn, où ses membres et d’autres professionnels intéressés peuvent s’inscrire et partager du savoir. Rejoignez notre groupe LinkedIn (a) pour entrer en relation avec des personnes travaillant à la connectivité des infrastructures et pour participer à des discussions en ligne.
 
Une réunion pour tisser des liens
 
à la fin du mois, la GICA tiendra sa première réunion annuelle à Paris, qu’elle organise conjointement avec la Banque mondiale et l’OCDE. Ce sera l’occasion pour ses membres de présenter leurs dernières recherches et conclusions et de définir de nouveaux domaines de coopération en fonction des lacunes identifiées. Cet événement sur invitation (a) rassemblera des responsables de l’action publique et des spécialistes qui dresseront l’état des lieux de la connectivité dans le monde, en mettant en lumière ses pratiques innovantes et ses perspectives.
 
Nous invitons toutes celles et ceux qui souhaitent participer à cet événement à remplir le formulaire d’inscription (a).

Lisez d’autres blogs de la Banque mondiale.
 
 

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.

Réagissez aux discussions du moment