Syndicate content

Mindanao, Philippines : Former celles et ceux qui bâtiront la nation

Hana Kabagani's picture
Cette page en : Español | العربية
Cette page en : English


Noranna en plein travail. C’est une vraie Moro. Elle fait partie des nombreux témoins de la lutte dans cette région. Lorsqu’elle était enfant, elle a vu comment le conflit affectait la vie des membres de sa communauté à Maguindanao : absence de services sociaux, lenteur du développement et familles déplacées.

Sur l’île de Mindanao, dans le sud des Philippines, la quête d’une paix durable est entravée, depuis des décennies, par de nombreux obstacles auxquels s’ajoute le fléau des catastrophes naturelles. Pour les jeunes actifs de cette région, il s’agit donc de se former à un type de développement qui traite des effets de divers conflits.  

La Bangsamoro Development Agency (BDA) n’offre pas seulement des opportunités d’emploi aux habitants de Mindanao. Bangsamoro signifie littéralement « la patrie moro ». Ce terme est actuellement employé pour désigner les zones à majorité musulmane de Mindanao, leur population, leur culture et leurs groupes ethniques.  

Travailler avec la BDA, c’est accomplir ce dont j’ai toujours rêvé. Je suis diplômée en communication, et j’adore écrire et réaliser des travaux graphiques, y compris des supports audiovisuels. En tant que jeune cadre membre du peuple moro, je veux être utile tout en développant mes compétences en communication pour le Bangsamoro.

La BDA est la branche développement du Front de libération islamique Moro (MILF), qui mène des pourparlers de paix avec les autorités philippines depuis 17 ans. Le 25 janvier 2014, la quatrième et dernière annexe à l’accord-cadre sur le Bangsamoro, adopté il y a 15 mois, a été signée par les négociateurs du gouvernement et du MILF, preuve que l’accord d’ensemble est en passe de voir le jour.

L’agence, dont la mission est d’organiser l'aide d'urgence, la remise en état et le développement des zones de conflit, aide à bâtir les capacités des communautés. Elle investit pour ce faire dans des activités d'apprentissage par l'expérience via une approche communautaire. Pour y parvenir, elle mobilise et forme de jeunes Moros afin qu’ils deviennent de véritables agents du changement et de futurs leaders.
Son ambition est de « former celles et ceux qui bâtiront la nation ».

Ma collègue Noranna, assistante administrative, partage mon désir de paix et de développement pour Mindanao. Elle a commencé à travailler pour la BDA en tant que bénévole. Alors qu’elle travaille pour l’agence depuis trois ans maintenant, elle est devenue à ses yeux un membre productif de la société. 

Elle se souvient combien ses proches ont craint pour leur vie quand résonnait le bruit des tirs à proximité, connu l’inconfort et l’insalubrité des camps de réfugiés et souffert du manque de nourriture pendant les périodes où ils étaient déplacés.

« Lorsque j’ai rejoint la BDA, tout ce qui m’importait, c’était d’avoir un travail, de gagner de l’argent et d’aider ma famille », se souvient Noranna. Aujourd’hui, elle se considère comme quelqu’un de plus responsable et d’utile non seulement pour sa famille, mais aussi pour les autres. Elle a aussi gagné en confiance et en patience dans ses relations avec les autres.

« J’ai donné un autre sens à ma vie. Avant je ne réfléchissais et n’agissais que pour moi seule », confie Noranna.

L’agence favorise également l’épanouissement spirituel de son personnel, qui repose sur les enseignements de l’islam. Noranna respecte et observe les pratiques religieuses dans sa vie quotidienne, et prie cinq fois par jour, par exemple. Elle confie qu’elle a acquis une connaissance plus approfondie de la religion grâce à son travail à la BDA, ce qui l’aide à être plus efficace. 
« Je suis convaincue qu’en travaillant pour cette agence, je vais renforcer mes compétences professionnelles. Dans le même temps, cela me permet d’aider et de contribuer, avec les autres Moros, à l’objectif de justice et de paix durable », explique-t-elle.

Mes autres collègues estiment que le fait de travailler pour l’agence est gratifiant et que cela a véritablement changé leur vie. « Travailler à la BDA m’a ouvert les yeux et le cœur sur le sort des moins chanceux et m’a fait comprendre que les difficultés que je rencontre dans ma vie ne sont rien comparées aux difficultés de ceux qui vivent dans les zones de conflit à Mindanao », témoigne ainsi Norhaini A. Manongkarang, qui a quitté son emploi dans le secteur informatique à Manille pour rejoindre la BDA.

J’approuve également mon collègue Antara Alfonso, qui a laissé son emploi dans une organisation internationale pour entrer à la BDA : « C’est une expérience formidable que je pourrai partager avec les jeunes de la prochaine génération : j’ai, jadis, participé à des initiatives de développement pour le Bangsamoro et pour l’humanité tout entière. »

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.