Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Moyen-Orient, version 2.0

Bassam Sebti's picture
Cette page en : English | العربية | Español


Regardons la réalité en face. La région Moyen-Orient et Afrique du Nord connait une actualité brûlante, parfois au sens propre du terme. Autrefois berceau de civilisation, cette région qui a vu naître tant d’inventions devenues indispensables a fini par perdre son aura sous la pression des conflits et d'autres sources de fragilité. Pourtant, aujourd’hui, une lueur d'espoir et de changement ranime le feu sous les cendres, un changement qui, peu à peu, transforme la sinistre réalité en un avenir rayonnant.
 
Quand j’ai fui la guerre et l’Iraq en 2006, la région me semblait promise à des jours bien sombres. De fait, au fil des années, les États se sont effondrés les uns après les autres, tels des dominos, transformant les territoires et leurs habitants. Onze ans plus tard, me voici, contre toute attente, le témoin de ce que jamais je n’aurais pensé voir de mon vivant : une renaissance du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.
 
J’ai récemment participé au Forum économique mondial du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (a), au bord de la mer Morte, en Jordanie. Cette année, le comité organisateur du Forum et la Société financière internationale (IFC) — l’institution du Groupe de la Banque mondiale chargée des opérations avec le secteur privé — se sont associés pour réunir 100 start-up arabes à la pointe de la quatrième révolution industrielle.
 
L'atmosphère était chargée d'ondes positives. Aucune négativité, aucun défaitisme. Mais, au contraire, une nouvelle sensation d’optimisme, d’enthousiasme, de soif de changement. Et surtout, un désir de conduire la région vers un avenir régénéré, délesté des conflits et du pessimisme habituels.

De la jeunesse et de l’opiniâtreté
 
Tout au long de ces conférences, j’ai rencontré des femmes et des hommes à l’origine de projets révolutionnaires. C’est en échangeant avec ces jeunes que j’ai compris qu’ils étaient les porte-drapeaux de la pensée positive dans la région et que le changement passerait par eux.
 
Charlie El Khouri (a), un Libanais de 24 ans, a conçu son entreprise à la suite d’un incendie. En 2014, les flammes faisaient rage dans une forêt des environs de Beyrouth, quand Charlie s’est demandé si un drone aurait pu aider les pompiers à localiser le foyer, prévoir sa progression et l’enrayer plus rapidement. L’idée a fait son chemin et, avec l’aide de son associé, Nicolas Zaatar, un ancien camarade de l’université américaine de Beyrouth, il lançait NAR (a) (« le feu » en arabe).
 
De l’autre côté de la frontière, dans une Syrie dévastée par la guerre, Sana Hawasly est, elle, la cofondatrice de Daraty (a). Cette start-up a développé une boîte à outils connectée à une application mobile qui permet aux enfants de comprendre les principes de l’électronique, sans l’aide d’un expert. La jeune femme et son associé, AlHasan Muhammad Ali, ont su contourner les nombreux obstacles rencontrés dans leur pays pour concrétiser un projet qui fait de l’électronique un jeu d’enfants.

Non loin de là, Iris Solutions (a) a été lancée à Ramallah, en Palestine, par Ayman Arandi. Spécialisée dans les technologies interactives, la start-up conçoit et installe des salles multisensorielles, espaces de relaxation qui favorisent la sensation de bien-être et diminuent le stress au travers d’effets lumineux, de jeux de couleurs ou de musique. À ce jour, 50 salles ont d’ores et déjà été aménagées selon ce concept dans des écoles et des hôpitaux de Cisjordanie, au bénéfice de 10 000 adultes et enfants. Parmi eux, on trouve de jeunes patients souffrant d’autisme, de stress post-traumatique, de troubles du déficit de l’attention, ou encore d’autres handicaps. Dernière opération à mettre à l’actif d’Iris Solutions : équiper un hôpital public palestinien afin d’y accueillir des enfants grièvement brûlés.
 
À des centaines de kilomètres de là, au bord du golfe Persique, une jeune libanaise de 35 ans s’est fixé pour objectif d’aider les travailleurs free-lance de la région à trouver des missions en adéquation avec leurs compétences et leurs passions. Loulou Khazen Baz (a) a ainsi créé, à Dubaï, Nabbesh.com (a), une plateforme aujourd’hui fréquentée par 100 000 personnes à la recherche de collaborations avec IBM, General Electric ou nombre d’autres grandes entreprises.
 
 
Les moteurs de la création d’emplois
 
Selon la Banque mondiale (a), les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord devront créer, d’ici 2020, près de 100 millions d’emplois pour pouvoir absorber leur nombre élevé de chômeurs en plus de l’afflux de nouveaux entrants sur le marché du travail.
 
Certes, ces pays peinent depuis des années à créer suffisamment d’emplois qualifiés pour des populations actives importantes et de plus en plus instruites, mais il n’y a pas de fatalité. Dans un autre rapport, la Banque pointe en effet le rôle déterminant que pourraient jouer des politiques destinées à stimuler la concurrence dans le secteur privé. Par ailleurs, elle indique que les entreprises jeunes et efficientes génèrent des emplois dans les économies de la région. 
 
« L’esprit d’entreprendre est fondamental pour instaurer l’économie dynamique que nous voulons pour le 21e siècle », souligne Fadi Ghandour, président du fonds Wamda Capital. « L’État ne peut agir seul et les entreprises traditionnelles connaissent des difficultés. Pour créer des emplois dans les pays arabes et pour innover, ce sont d’entrepreneurs dont nous avons besoin. » Et d’ajouter : « C’est la clé de notre avenir ».

Nous sommes le Moyen-Orient, mais…

Quand, à l’issue des conférences, j’ai repris la route de l’aéroport d’Amman, j’ai saisi mon smartphone pour appeler un Uber ! Jamais je n’aurais cru possible de commander en ligne, à Amman (a), un taxi sur l’application dont je me sers chez moi, à Washington. J’ai alors compris que ce n’était pas seulement Amman, ou Uber, mais bien toute la région qui se métamorphosait.  
 
De Bagdad avec Ujra (a), aux Émirats arabes unis avec Careem (a), la quatrième révolution industrielle bouleverse la vision que les habitants du Moyen-Orient ont du présent et de l’avenir . Une vision qui leur permet de surmonter la multitude de défis que doit affronter la région, en proclamant : « Nous sommes le Moyen-Orient, mais version 2.0 ! ».

 

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.