Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

L’investissement public-privé pour combler le déficit d’infrastructures

Joaquim Levy's picture

Des autobus du système TransMilenio près de la station Simon Bolivar à Bogotá, Colombie. © Dominic Chavez/Banque mondiale

Dans un contexte de croissance faible et de taux d’intérêt très bas, il est de plus en plus pertinent de développer les infrastructures. La construction d’infrastructures de qualité peut avoir un effet positif sur l’activité économique ainsi que sur l’emploi à court terme, et peut renforcer les capacités des pays ainsi que leur croissance potentielle à moyen terme. Elle contribue également à accroître les niveaux de confiance, un élément essentiel pour la stabilité macroéconomique.

Le secteur privé ne représente encore qu’une petite part de l’investissement total dans les infrastructures des marchés émergents, et ce malgré l’importance des opérateurs privés dans de nombreux pays, en particulier ceux où l’investissement public est limité par de fortes restrictions budgétaires.


C’est surtout du côté des investisseurs à la recherche d’un revenu fixe que ce potentiel reste insuffisamment exploité. Cela tient, d’une part, à un manque d’informations et, d’autre part, à l’écart apparent entre risques et rendements. De bons projets et des solutions novatrices pour atténuer les risques sont susceptibles de lever ce dernier obstacle et de débloquer de nouvelles sources de financement des infrastructures.

Instabilité politique, contraintes réglementaires, volatilité du marché, fluctuations des taux de change, asymétrie d’information : autant de facteurs qui préoccupent le plus souvent les investisseurs institutionnels dans les pays en développement. De nombreux moyens permettent de réduire ces risques, tels qu’une politique publique d’investissement globale comprenant des mesures standard qui abaissent les coûts liés à la collecte et au traitement des informations pour les investisseurs. C’est ce qu’a fait la Colombie (a), avec l’aide du Groupe de la Banque mondiale et d’institutions financières privées.

Soutenir la réussite de cette stratégie est l’un des objectifs du Mécanisme mondial de financement des infrastructures (GIF) (a), dont la troisième réunion du Conseil consultatif a eu lieu le 6 juin à Changsha (Chine).

Le GIF rassemble des institutions financières, des constructeurs et des opérateurs d’infrastructures, ainsi que des représentants des pouvoirs publics et des banques de développement multilatérales, dans le but d’améliorer la préparation des projets, le dossier d’appel d’offres et d’autres éléments essentiels pour financer les infrastructures. Des fonds d’amorçage, pour un total de 100 millions de dollars, sont utilisés à cette fin au cours de la phase pilote de trois ans.

L’année dernière, le GIF est monté en puissance. De l’aide programmatique pour un projet d’infrastructure logistique au Brésil (a), au soutien pour achever la construction d’une centrale hydroélectrique aux Îles Solomon (a) afin de couvrir plus des deux tiers des besoins en énergie du pays, il contribue à résorber le déficit d’infrastructures sur la planète.

De fait, le GIF confirme son immense potentiel (a) en instaurant de bonnes pratiques pour l’élaboration et la réalisation de projets d’infrastructures, ainsi qu’en mettant à profit la participation de son Conseil consultatif, composé de bailleurs de fonds privés, institutionnels, bilatéraux et multilatéraux. Le GIF gère ainsi plus de 12 000 milliards de dollars d’actifs.

Afin de mobiliser les milliards de dollars requis pour combler le manque d’infrastructures, il faut non seulement améliorer la qualité des projets, mais également y adjoindre des mesures portant sur d’autres segments de la chaîne de valeur de l’investissement. En discutant avec les acteurs, on comprend ce qu’il faudrait faire en aval, en amont et dans la partie médiane de cette chaîne.

Commentaires

Soumis par Camara NFa Ousmane le

Parfaitement d'accord avec et constat et cette approche qui, si elle est adoptée, pourrait promouvoir les PPP dans les pays en développement.

Soumis par FOANA ISSOUF le

Nous sommes d'avis avec la démarche. Seulement, il reste important d'approfondir la réflexion sur les procédures de passation des marchés des états en développement, sur les mécanismes de facilitations d'accès à l'information réel ainsi que la mise en place d'un dispositif performant incitatif et sectoriel avec à l'appui des canevas de présentation des projets aux acteurs (entreprises, partenaires au développement)assortis de critères claires d'éligibilité.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.

Réagissez aux discussions du moment