Syndicate content

Robert Zoellick ouvre les Réunions de printemps en répondant à la presse

Angie Gentile's picture

Lors de la conférence de presse qui a ouvert les Réunions de printemps, le président de la Banque mondiale Robert Zoellick s’est exprimé sur la volatilité et le niveau élevé des prix alimentaires, « plus grande menace à laquelle sont confrontés les pauvres du monde entier ».

Depuis juin dernier, 44 millions d’êtres humains sont en effet tombés dans la pauvreté. « Selon nos estimations, une hausse de 10 % de l’indice des prix alimentaires risquerait de précipiter 10 millions de personnes supplémentaires sous le seuil d’extrême pauvreté, c’est-à-dire 1,25 dollar par jour », a indiqué M. Zoellick. « Nous pouvons remédier à cette situation. »

Phénomènes météorologiques extrêmes dans de grands pays exportateurs de céréales, restrictions sur les exportations, utilisation accrue de produits agricoles dans la fabrication de biocarburants et faible niveau des stocks mondiaux : tels sont les facteurs qui ont provoqué l’envolée des prix alimentaires. Une flambée qui est aussi liée à celle des prix des combustibles : les cours du pétrole brut ont augmenté de 21 % au premier trimestre 2011 à la suite des troubles survenus au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

M. Zoellick a rappelé que la Banque mondiale poursuit une approche pluridimensionnelle pour promouvoir l’agriculture et la sécurité alimentaire, notamment dans le cadre du Programme d’intervention en réponse à la crise alimentaire mondiale et de son fonds de 1,5 milliard de dollars, dont bénéficient 40 millions de personnes démunies. Sur le plus long terme, le Groupe de la Banque mondiale s’emploie à augmenter ses dépenses dans le domaine de l’agriculture pour les porter à quelque 7 milliards de dollars par an, contre 4,1 milliards en 2008.

Pour en savoir plus, consultez la déclaration de presse du président Zoellick. 

Sur un autre front, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont salué dans une déclaration conjointe la fin des hostilités en Côte d’Ivoire, après les quatre mois de crise ayant suivi les élections de novembre 2010.

M. Zoellick a indiqué que la Banque allait « fournir un appui rapide, en tirant les leçons pratiques du Rapport sur le développement dans le monde, qui vient tout juste d’être publié, pour aider à remettre les populations au travail, et pour intégrer l’amélioration de la sécurité aux avancées en matière de justice et de gouvernance ». 

Pour en savoir plus, consultez le communiqué de presse.

Commentaires

Soumis par ossadzifo le
vu les multitudes incertitudes et les ménaces sur l'EURO, quel est alors l'avenir du CFA pour les pays de l'UEMOA.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.