Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Un an après l'adoption des ODD, l’espoir est bien là

Paula Caballero's picture
Cette page en : English | Español | العربية

Un an après l'adoption des ODD, l’espoir est bien là

Avec l’adoption d’un programme de développement universel et l’engagement d’un nombre croissant de pays à lutter contre le changement climatique, l’année 2015 aura marqué un tournant dans la coopération internationale. Les violences et le nationalisme qui dominent l’actualité depuis pratiquement douze mois auraient de quoi nourrir le pessimisme mais la dynamique sous-tendant le déploiement des objectifs de développement durable (ODD) me donne des raisons d’espérer.

Jamais l’esprit d’ouverture et de concertation n’aura été aussi présent que pour l’adoption de ces objectifs par les Nations Unies, qui témoignent d’un changement radical de perspective face aux défis du développement, avec le souci d’assurer un avenir durable pour notre planète et ses habitants. Chacun perçoit de plus en plus le lien indissociable entre les deux.

Face aux enjeux du 21e siècle — migrations, changement climatique, épuisement des eaux souterraines, violences ou malnutrition — nous sommes désormais bien mieux armés que si nous nous étions limités aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) définis à la fin des années 1990 par les Nations Unies.


Pour commencer, les ODD sont universels : les OMD étaient certes généreux et bien intentionnés mais ils ne concernaient que les pays en développement. Nous savons aujourd’hui que le développement est lié à un ensemble de facteurs et non à un état particulier : des poches de richesse peuvent exister dans les pays pauvres comme des poches de pauvreté peuvent persister dans les pays riches. Ce n’est pas un hasard si, depuis quelques années, les inégalités de revenu sont au cœur des débats politiques et des initiatives engagées dans de nombreux pays. Pour la Banque mondiale, mettre fin à la pauvreté rime désormais avec équité (ou « prospérité partagée ») — une évolution bienvenue qui prend acte des limites des statistiques sur le PIB par habitant  quand il s’agit de dresser un tableau exhaustif de la situation d’un pays.

Les ODD considèrent que la planète toute entière est un bien public à gérer de manière stratégique et concertée en s’appuyant sur une vision de long terme. Des océans aux forêts en passant par les pandémies ou l’inflation, tout événement touchant un pays peut avoir des conséquences dramatiques sur le bien-être de ses voisins et les pauvres de demain. Il est donc encourageant de voir que tous les pays, de Bangkok à Bamako, Londres ou Lima, ont accepté de prendre ces défis à bras le corps.

Deuxième supériorité des ODD : leur prise en compte de la complexité. Les défis contemporains doivent être relevés concomitamment. Ce qui passe par des arbitrages et des synergies entre secteurs, espaces urbains et zones rurales, et par des approches intégrées et adaptées aux enjeux transversaux que sont notamment l’égalité hommes-femmes, le changement climatique ou la création d’emplois.

Prenons le problème de la faim dans le monde : les OMD voulaient réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim sans aborder la question de la nutrition ou des systèmes de santé. J’ai beaucoup utilisé cet exemple quand j’ai commencé à sensibiliser mes interlocuteurs au concept d’ODD. Ces objectifs offrent nettement plus de points d’entrée pour s’attaquer à la malnutrition et comprendre les liens entre une offre alimentaire adaptée et la santé, le développement de la petite enfance, la compétitivité d’un pays et la croissance durable. La reconnaissance des interconnexions entre ces problèmes, dont la résolution passe par des approches multisectorielles, gagne progressivement du terrain au sein de la Banque mondiale.

C’est le cas également pour la protection des forêts : de plus en plus, on réalise que, pour ralentir le changement climatique (ODD #13), garantir une eau propre et adaptée à de multiples usages (ODD #6) et préserver la diversité biologique (ODD #15), il faut planifier le développement des infrastructures de transport ou de l’agriculture de manière à ne pas détruire ces écosystèmes. Des arbitrages devront être opérés pour permettre une croissance pérenne n’obérant pas l’avenir. Tel est le programme que la Banque mondiale s’est efforcée de suivre cette année de manière encore plus explicite, avec l’adoption d’un plan d’action pour la forêt (a), conçu pour contribuer aux efforts des pays engageant des investissements transversaux respectueux de cet environnement.

Troisième constat : les ODD offrent un prisme bien plus large pour penser le développement. Quel que soit le domaine d’expertise ou l’activité considérés, ils proposent une feuille de route durable, visible et tangible pour agir sur tous les fronts et dans tous les domaines susceptibles de contribuer à un développement durable. Ces 17 cibles emblématiques redéfinissent déjà la manière dont chaque individu, où qu’il vive, comprend et appréhende le développement. La nature du dialogue autour de ces questions évolue — un phénomène palpable dans les couloirs du siège des Nations Unies, à New York, pendant le Forum politique de haut niveau pour le développement durable (a). Nous ne pouvons plus faire marche arrière.

D’où cette dernière réflexion : je tiens à réfuter l’idée selon laquelle les ODD seraient une conception des Nations Unies déconnectée de la réalité et des contraintes de prises de décision. Ces objectifs ont été élaborés et adoptés par tous les pays du monde et l’on peut voir comment, depuis, chacun s’efforce d’aligner ses politiques, ses plans et ses budgets pour garantir leur réalisation. Pour la première fois dans leur histoire, pays développés et pays en développement poursuivent le même programme de développement. Car nous appartenons bien tous à la même espèce et partageons la même planète...

Commentaires

Soumis par Liliana Diaz le

Bonjour, je suis contente de vous lire et de pouvoir communiquer avec vous. Je tiens à vous féliciter en tant que conceptrice des ODD pour cette brillante initiative. Travaillant dans le développement durable depuis plus de 20 ans et colombienne d'origine, je suis fière de rappeler que cette initiative vient d'une femme de mon pays. Je travaille actuellement dans une université au Québec dans laquelle j'ai organisé plusieurs formations pour faire connaître les ODD du plus grand nombre, dont un cours en ligne ouvert qui a rejoint près de dix mille personnes dans plusieurs pays de l'Afrique francophone.

Je partage entièrement la conviction que les ODD constituent une importante opportunité pour créer des synergies permettant une transition vers une société plus viable. Il s'agit bien d'un cadre qui reflète la complexité des enjeux mieux que tout engagement international préalable, et il est également soutenu par un consensus sans précédents. Or, si ces deux réussites constituent des touts majeurs dans le monde des négociations internationales, la bataille actuelle, qui est celle de la mise en oeuvre, se joue sur un autre terrain. On parle beaucoup de l'insuffisance des ressources disponibles pour réaliser l'ensemble des objectifs, et c'est bien un aspect crucial pour la concrétisation des objectifs. Mais cette préoccupation ne devrait pas retarder les actions qui peuvent être menées avec les ressources existantes. Autrement dit, les ODD ne doit pas se limiter aux ressources qui proviennent de l'aide au développement, mais constitue un cadre pour l'ensemble des actions de tous les acteurs de la société. Le fait qu'elle soit universelle en est bien la preuve. Mais il s'agit là d'un projet tellement ambitieux qu'il semble que peu de gens ont saisi encore la portée. En effet, on ne peut pas dire que l'ensemble des acteurs concernés connaissent même l'existence de ce cadre. De plus, l'exercice de la mise en oeuvre ne conduit pas nécessairement à un partage de l'information et de la prise de décision sur la priorisation des actions publiques et des investissements, mais risque de se limiter à un autre exercice de conformité aux exigences internationales. Je me questionne donc sur comment transférer le succès du terrain des négociations internationales au terrain de la concrétisation de la démocratie et de la justice sociale, avec les enjeux qu'elles comportent. Voilà pourquoi je fais ici un appel à des efforts majeurs de diffusion pour que TOUT LE MONDE S'APPROPRIE LES ODD. Merci de partager des outils pour nous aider à le faire.

Soumis par KAMGA TCHWAKET Ignace le

Bonjour à tous
Effectivement cela fait un an que les ODD ont été adoptés.
Mais j’ai l’impression que les uns et les autres croient que les ODD seront comme les OMD.
Comme vous l’avez souligné, les ODD concernent effectivement tous les pays.
Mais il faudrait davantage que les pays africains puissent prendre rapidement conscience des atouts que peuvent procurer la mise en place de ces politiques économiques liées aux ODD.
J’ai proposé depuis mars 2016 des indicateurs robustes pour chacun des 17 ODD et qui concernent les pays de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale et qui regroupe six pays).
Je connais bien ces pays car étant Professeur d’économie à l’ISSEA/CEMAC et mes travaux portent essentiellement sur l’analyse de la pauvreté et la croissance économique.
Mais j’ai l’impression que l’attentisme va encore caractériser ces pays par rapport à la mise en œuvre des mécanismes devant conduire à la réalisation des ODD.
Est-ce que les partenaires techniques et financiers ne peuvent pas déjà conditionner leurs appuis à ces pays par la proposition des éléments fiables montrant l’intérêt de chaque pays pour l’atteinte des ODD.
Merci.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.

Réagissez aux discussions du moment