Syndicate content

En prélude aux Réunions de printemps 2012, le président Zoellick revient sur ses cinq années de mandat

Maureen Hoch's picture

Le président de la Banque mondiale Robert B. Zoellick a rencontré la presse le 19 avril en prélude aux Réunions de printemps 2012 de la Banque et du FMI. Il est revenu à cette occasion sur ses cinq années de mandat, et a notamment décrit les initiatives destinées à faire de la Banque une institution plus ouverte et transparente comme figurant parmi les plus importantes de sa présidence.

M. Zoellick a commencé par analyser son mandat comme comportant trois phases distinctes : une phase de redressement au sortir d’une période troublée ; une transition dans le sens d’un appui à grande échelle, plus rapide et plus souple pour les pays clients, dans le contexte des crises alimentaire, énergétique et financière ; et le début de la modernisation du Groupe de la Banque dans une perspective d’avenir.

Mais, a-t-il ajouté, « nos initiatives de libre accès à l’information, aux données et au savoir finiront peut-être par constituer l’héritage le plus important de ces cinq dernières années. Ces mesures sont essentielles au processus de démocratisation du développement. »

Selon lui, l’effort de modernisation de la Banque actuellement en cours sera un élément important de l’exposé qu’il doit faire devant le Comité du développement, lors de sa réunion du 21 avril.

« Notre programme de modernisation a pour élément moteur notre focalisation sur nos clients et l’attention que nous prêtons à leurs besoins prioritaires, par opposition à une approche surannée où tout est dicté d’en haut », a-t-il déclaré.

Cliquez ici pour lire dans leur intégralité les remarques préliminaires de M. Zoellick.

Le Président de la Banque a ensuite répondu à plusieurs questions des journalistes, sur des sujets allant de l’économie européenne au printemps arabe, en passant par le financement du commerce.

Les thèmes au centre de ces Réunions de printemps Banque mondiale–FMI reflètent un intérêt croissant pour les questions touchant aux filets de sécurité et à la protection sociale en général. Plusieurs événements au programme doivent se pencher sur les efforts entrepris pour réduire les disparités dans le domaine social et économique : accès à la nourriture, aux soins de santé, à l’éducation, à l’emploi ou aux services financiers, ou encore inégalités entre les sexes. Une nouvelle stratégie pour la protection sociale et l’emploi a été lancée le 18 avril, et le Comité du développement doit examiner une étude spécifiquement consacrée à l’efficacité des filets de protection sociale aussi bien en période de crise que de prospérité (« Safety Nets Work: During Crisis and Prosperity »).

Add new comment

Plain text

  • Allowed HTML tags: <br> <p>
  • Lines and paragraphs break automatically.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.