Youthink! The World Bank's blog for youth
Syndicate content

Lutte contre la corruption : les enfants deviennent acteurs du changement en Amérique latine

Ledda Macera's picture
Also available in: English | العربية | Español
Dans les pays en développement, on considère en général les enfants uniquement comme des victimes impuissantes de la pauvreté, de la faim et des inégalités sociales. Or, les jeunes peuvent aussi être un puissant moteur de changement. Lorsque, à l'école ou par d’autres moyens de communication sociale, on sensibilise les enfants à la prévention des maladies et aux pratiques d'hygiène, ces informations sont ensuite relayées auprès des parents, des familles, voire des communautés, et on favorise ainsi des évolutions positives allant du bas vers le haut. Par chance, cette piste de réflexion devient populaire chez les spécialistes du développement…
 
 © Curt Carnemark / World Bank
Une élève de primaire au Mexique. Photo : © Curt Carnemark / Banque mondiale

Et plus particulièrement dans le domaine de la promotion des valeurs sociales chez les jeunes, comme en témoigne un nouveau programme pilote supervisé par le conseiller en gouvernance de la Banque mondiale pour l'Amérique latine et les Caraïbes, et appuyé par le Fonds de partenariat pour la gouvernance. Ce projet a été mis en place pour promouvoir l'éthique et la lutte contre la corruption en milieu scolaire. Un guide pédagogique interactif contenant un programme d'enseignement et des conseils pour les enseignants est en cours de développement. Il intègre diverses méthodes didactiques (vidéos, jeux, chansons, outils multimédias et présentations) ainsi que des plans de cours portant sur différents sujets : respect des règles, obligations morales ou encore sensibilisation aux « mauvais comportements » relevant de la corruption. Associé à des ateliers pour les enseignants, ce manuel sera diffusé dans des écoles pilotes d'Amérique latine, avec pour objectif d'évaluer si le fait d'encourager les enfants à réfléchir au problème de la corruption et à lutter contre ces pratiques aura également un impact positif sur le comportement de leurs parents et de leur famille. L’enjeu est de créer un effet domino qui pourrait faire reculer la corruption dans les générations futures, voire même dans la génération d’aujourd’hui.
 
On assiste, dans le monde entier, à l’essor de ce type d’approches intergénérationnelles appliquées à la lutte contre la corruption, celles-ci s’inscrivant généralement dans le cadre de programmes d'éducation civique et morale. Par exemple, à Mumbai (Inde), certaines écoles ont commencé à organiser des « clubs d'intégrité » pour inculquer des valeurs morales aux enfants ainsi que pour les encourager à s'élever contre la corruption et à prévenir ce phénomène. Au Cameroun et en Espagne, des sites Web et des médias sociaux proposent des espaces où les enfants peuvent participer à des jeux et à des activités créatives centrés sur les moyens d’identifier la corruption et de lutter contre. Au Mexique, des programmes ont été mis en place pour leur inculquer les notions de responsabilité civique et de bonne gouvernance ; toutefois, ces initiatives ont tendance à être davantage orientées sur la compréhension des phénomènes de corruption par les enfants plutôt que sur la mise en avant des valeurs et des actions nécessaires pour mettre fin à de tels comportements. En Chine, la Commission indépendante de lutte contre la corruption a conçu des dessins humoristiques porteurs d'un message anticorruption destiné aux élèves de maternelle et de primaire.
 
Pourquoi cibler les enfants ? C’est entre 10 et 12 ans que les enfants apprennent réellement le respect des règles et qu'ils acquièrent la notion de « justice ». C'est également à ce stade très important du développement cognitif que les enfants commencent à ressentir des émotions intenses telles que la honte, la fierté, la culpabilité et le remord, lesquelles influent sur leur façon de penser et d'agir. De plus, les jeunes représentent 40 % de la population mondiale, et une proportion encore plus élevée dans les pays en développement. Ils portent en eux l'espoir d'un monde meilleur, moins corrompu, et constituent souvent une force de changement aussi puissante qu'inexploitée. En développant et en cultivant une conscience et un regard négatif sur la corruption dès le plus jeune âge, il est possible d'avoir une influence positive sur les générations futures en bâtissant une société qui valorise l'intégrité et identifie clairement la corruption comme quelque chose de dangereux.
 
Si vous souhaitez en savoir plus sur le rôle des jeunes dans la lutte contre la corruption et dans la promotion de gouvernements plus ouverts et réceptifs, découvrez l’édition 2014 du Sommet de la jeunesse du Groupe de la Banque mondiale(a).
 
Suivez cet événement EN DIRECT le mardi 7 octobre : la réunion matinale du Sommet de la jeunesse sera diffusée en direct sur la plateforme Banque mondiale Live. Inscrivez-vous dès maintenant pour recevoir un rappel avant le début de l'événement : http://live.worldbank.org/wbg-youth-summit-2014 (a)