Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Amérique latine et Caraïbes

Lutte contre la corruption : les enfants deviennent acteurs du changement en Amérique latine

Ledda Macera's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Dans les pays en développement, on considère en général les enfants uniquement comme des victimes impuissantes de la pauvreté, de la faim et des inégalités sociales. Or, les jeunes peuvent aussi être un puissant moteur de changement. Lorsque, à l'école ou par d’autres moyens de communication sociale, on sensibilise les enfants à la prévention des maladies et aux pratiques d'hygiène, ces informations sont ensuite relayées auprès des parents, des familles, voire des communautés, et on favorise ainsi des évolutions positives allant du bas vers le haut. Par chance, cette piste de réflexion devient populaire chez les spécialistes du développement…
 
 © Curt Carnemark / World Bank
Une élève de primaire au Mexique. Photo : © Curt Carnemark / Banque mondiale

5 raisons de s'orienter vers une carrière dans le secteur agricole

Andy Shuai Liu's picture
Cette page en : English | Español | العربية
Lorsqu’ils envisagent leur avenir, les jeunes des pays en développement ont généralement tendance à dédaigner ce secteur. Je dois avouer que les petits villages isolés et les rizières qui furent le cadre de mon enfance ne me faisaient pas rêver non plus. Dans l’imaginaire collectif, l’agriculture est synonyme d’un mode de vie archaïque et de débouchés limités. 
 
J’ai compris plus tard que j’avais tort. Car en réalité l’agriculture offre aux jeunes un vaste champ d'opportunités et des perspectives d’avenir solides. Je suis convaincu que les jeunes peuvent, et doivent, choisir l’agriculture.
 Arne Hoel / Banque mondiale

Comment le changement climatique vous affecte-t-il ?

Ravi Kumar's picture
Cette page en : English | العربية

Imaginez que vous vivez dans un pays d'Afrique subsaharienne en 2040. D'ici là, selon les projections de la Banque mondiale, 80 % des terres agricoles de cette région seront devenues stériles. Cela provoquera une augmentation des prix alimentaires et fera émerger un certain nombre d'autres difficultés dans la région.

Les problèmes provoqués par le changement climatique ne se manifesteront pas qu'en Afrique subsaharienne : d'autres parties du monde seront également affectées. Comme je l'ai écrit précédemment, le changement climatique va nous affecter de toutes les façons possibles, aussi bien pour se nourrir que pour trouver un emploi de qualité.

Comment créer des emplois pour les jeunes

Ravi Kumar's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية

Il y a plus de 1,2 milliard de jeunes de 15-24 ans dans le monde et la priorité, pour la grande majorité d'entre eux, c'est l'emploi. Selon un rapport récent de l'Organisation internationale du travail (OIT), ils sont plus de 75 millions à être sans emploi.

Pour que les jeunes puissent avancer sereinement vers l'âge adulte et contribuer à faire progresser la société, ils ont besoin de trouver du travail. La communauté internationale doit créer 5 millions d'emplois chaque mois au cours des 10 prochaines années afin d'assurer un avenir décent aux jeunes les plus pauvres.

À la Banque mondiale, nous savons que nous ne pourrons pas mettre fin à l'extrême pauvreté d'ici à 2030 sans aborder la question du chômage des jeunes. C'est pourquoi le 10 octobre, en partenariat avec le secteur public, la société civile et le secteur privé, le siège du Groupe de la Banque mondiale à Washington accueillera un débat global sur la création d'emplois pour les jeunes.

Cinq facettes méconnues de la Banque mondiale

Ravi Kumar's picture

1. La Banque mondiale est la première source de financement international pour l’éducation.

La Banque mondiale est la première source de financement international pour l’éducation.

L’éducation est l’une des principales ressources dont les jeunes ont besoin pour réussir à trouver un emploi de qualité. C’est pourquoi la Banque coopère avec les gouvernements, les agences des Nations unies, les organisations de la société civile et d’autres partenaires dans les pays en développement afin de permettre à chacun d’accéder à l’éducation.

Miser sur l’entrepreneuriat pour combattre le chômage des jeunes: Un appel à l’esprit d’innovation, à l’expression et à l’action de la jeunesse mondiale

Jing Guo's picture
Cette page en : English


À l’échelle des pays comme à celle du monde, l’emploi des jeunes a acquis une place majeure dans les priorités du développement. Et pour cause : quelque 70 millions de jeunes étaient sans travail en 2007, et ce chiffre s’est encore aggravé en 2011, pour atteindre 72,6 millions. En 2012, les jeunes représentaient plus de 40 % des chômeurs dans le monde.

Face à la crise mondiale de l’emploi des jeunes, le citoyen tend à s’en remettre aux gouvernants et aux experts, en oubliant que les jeunes eux-mêmes peuvent jouer un rôle crucial en ce qu’ils constituent une force puissante de changement et d’innovation. Le chômage s’installe et frappe durement les jeunes générations, c'est pourquoi il est plus que jamais important de faire participer la jeunesse pour sortir de cette situation.

Les jeunes doivent inventer leur avenir

Ravi Kumar's picture
Cette page en : English | Español
#youthday 2013À Nukua'lofa (Tonga), des étudiantes du Tailulu College se réjouissent d'avoir accès à une connexion Internet en haut-débit. Photo: Tom Perry / Banque mondiale
 

Kelvin Doe voulait construire un groupe électrogène pour éclairer sa maison et alimenter une radio FM qu’il avait bricolée. Mais les batteries étaient trop chères. Alors ce jeune Sierra-léonais de 13 ans (c’était en 2009) a fabriqué les siennes, à partir de soude, d’acide et de bouts de métal dénichés dans les poubelles de son quartier. Depuis, il emploie ses copains pour animer sa station.

Le dialogue entre la Banque mondiale et la jeunesse

Ravi Kumar's picture
Élèves d’un programme d’enseignement technique soutenu par la Banque mondiale à Antioquia, en Colombie.

 

Élèves d’un programme d’enseignement technique soutenu par la Banque mondiale à Antioquia, en Colombie.

 

Hier, c ’était les « YouthTalks », grande manifestation annuelle de la communauté Youth to Youth (Y2Y) (a). Ce réseau rassemble, au sein du Groupe de la Banque mondiale, de jeunes employés désireux d’insuffler des idées neuves dans le travail de l’institution et de favoriser la participation de la jeunesse au développement.

Je suis intervenu pour évoquer la manière dont la Banque mondiale s’engage auprès des jeunes, sachant que ces derniers forment actuellement la part la plus importante de la population mondiale. Le public réuni dans un auditorium au siège de l’institution, à Washington — jeunes professionnels ou diplômés, étudiants… — était avide de découvrir comment nous aidons les jeunes et comment nous collaborons avec eux. Moi-même originaire d’un pays en développement, je me retrouve dans leurs problèmes et leurs frustrations.

Le Groupe de la Banque mondiale a un grand objectif : mettre fin à la pauvreté d’ici 2030. Pour y parvenir, il faudra s’appuyer sur les jeunes en les aidant à exprimer leur potentiel.

Les filles et les nouvelles technologies, un tandem de choc pour le développement

Liviane Urquiza's picture
Cette page en : English | العربية | Español

Une jeune femme travaille sur un ordinateur à Tunis
Une jeune femme travaille sur un ordinateur à Tunis. 
Photo: Arne Hoel / Banque mondiale

« Les filles qui programment ne sont pas seulement des geeks au féminin, ce sont des pionnières. Grâce à elle, les chances de créer des outils innovants pour bâtir un monde meilleur sont multipliées par deux ! » Ces mots sont ceux de mon amie Julie, elle-même développeuse web, féministe convaincue et militante à ses heures. Elle compte plusieurs expériences de bénévolat en Afrique où elle a travaillé comme formatrice en informatique, essentiellement avec des publics féminins.

Si vous lisez ce blog, cela veut dire que vous savez utiliser un ordinateur ou tout autre appareil connecté à Internet (peut-être un smartphone ?). Et ce qui est fascinant, c’est que vous pourriez être n’importe qui : garçon/fille, riche/pauvre... le Web est chaque jour accessible à des milliers de nouveaux utilisateurs, et pas seulement dans les populations les plus aisées.

Pourquoi faut-il créer les coopératives agricoles en Haïti

Fritz-Gerald Louis's picture

Disponible en : english
Développer les coopératives agricoles en Haïti

Dans mon pays, Haïti, le secteur agricole représente 25 % du PIB national et plus de 50 % des emplois en dépendent. Mais il faut savoir que les métiers de l’agriculture sont d’une grande précarité et ne permettent pas aux paysans et à leurs familles de vivre dignement. Plus de deux tiers des habitants des régions rurales sont pauvres et l’agriculture est leur principale source de revenu. (Source : Institut haïtien de statistique et d'informatique)

L’agriculture est une profession difficile et particulièrement vulnérable aux aléas climatiques. Les exploitants sont confrontés à des risques importants liés aux catastrophes naturelles, au manque de mécanisation et de savoirs faires, et à la difficulté d’accéder aux marchés pour y vendre leurs produits.

Si rien ne change, les revenus des populations rurales resteront faibles et instables et les problèmes liés à la pauvreté ne feront que s’aggraver.

Pages