Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Grâce à l’éducation, les jeunes Afghans peuvent reconstruire leur pays déchiré par les guerres

Bassam Sebti's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文
Grâce à l’éducation, les jeunes Afghans peuvent reconstruire leur pays déchiré par les guerres

À Kaboul, on la surnommait « l'école brûlée » et les élèves avaient dû la déserter. Comme pour tant d’autres destructions infligées par des années de guerre, l’école Nahid Shahid a souffert des violences qui ont dévasté l’Afghanistan sur de nombreux plans.

Et puis, finalement, la situation s’est améliorée. Aujourd'hui, l'école est non seulement reconstruite et opérationnelle, mais elle s'efforce de satisfaire l’essor de la demande : l’établissement accueille chaque jour 6 200 élèves, répartis en quatre plages horaires.

Cette renaissance doit beaucoup au Programme d’amélioration de la qualité de l’éducation, l'un des projets que la Banque mondiale et le Fonds fiduciaire pour la reconstruction en Afghanistan (ARTF) (a) ont financés dans ce pays meurtri par les guerres.

Parmi tous les objectifs du Millénaire pour le développement, l'éducation des enfants, et en particulier des filles, est celui qui a le plus d'impact sur la réduction de la pauvreté. C'est la raison pour laquelle, depuis 1962, la Banque mondiale place l'éducation au cœur de sa mission de lutte contre la pauvreté, et qu'elle est, dans ce secteur, la première source de financement extérieur pour les pays en développement.

La Banque mondiale et l’ARTF ont également appuyé le Programme de renforcement de l’enseignement supérieur, qui a eu pour objectif de rétablir progressivement le fonctionnement de plusieurs universités clés dans le pays.

Grâce à ce projet, des bâtiments flambants neufs ont remplacé le champ de ruines qui occupait l'emplacement de la faculté des sciences de l'université de Kaboul, détruite pendant la guerre civile au début des années 1990. Aujourd'hui, quelque 1 500 étudiants y sont inscrits. Et ils ne représentent qu'une fraction des 20 000 jeunes qui ont postulé l'an dernier.

Parallèlement, pour former la prochaine génération de fonctionnaires et de cadres dont le pays a besoin, la Banque mondiale et l’ARTF ont soutenu le Projet de développement des compétences en Afghanistan. Son objectif est d'aider les jeunes à acquérir des compétences de pointe dans les domaines de l'informatique et de la comptabilité, entre autres.

Grâce à ce projet, environ 52 % des quelque 1 000 diplômés de la première promotion ont trouvé un poste dès la fin de leur cursus ; les autres ont choisi de poursuivre leurs études.
« L'Afghanistan a connu trente années de guerre, et rien n’a été épargné », confie Humaira Mohmand, 19 ans, bénéficiaire du projet. « Ce programme nous apprend à devenir des cadres compétents, dans l’objectif de remettre sur pied notre pays. »

Pour n’importe quel pays qui sort d’un conflit, la reconstruction passe avant tout par là. C'est la raison pour laquelle la Banque mondiale met tout en œuvre pour lutter contre la pauvreté et y mettre fin, non seulement en Afghanistan mais aussi dans le reste du monde.

Commentaires

Soumis par Raphaelle le
Un bon signe!
C'est très encourageant de voir que les Afghans ne sont pas les seuls à penser au bien être de leur pays. Quoi de plus soulageant que de reprendre le chemin de l'école, signe de stabilité après une crise. Vive l'éducation pour la réduction de la pauvreté

Soumis par Jason Mui le

Magnifique!

L'éducation devrait être la première priorité pour les jeunes, n'importe où ou comment on habite. Que ce soit dans les pays où la guerre a détruit les vies de beaucoup ou dans un pays riche... l'education, c'est un droit de l'homme. Je dis à la Banque Mondiale, félicitations pour aider lutter contre la pauvreté et préconiser l'importance d'apprentissage!

Soumis par franzie le

Très bon article. C'est la clé de la réussite l'éducation, merci d'avoir partager ce sujet.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires