Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

L'expression artistique pour guérir les blessures de la guerre

Saadia Iqbal's picture

dessiner Vous écrivez souvent des histoires, des poèmes ? Vous dessinez ? Peut-être aimez-vous peindre, chanter ou danser ? Les moyens de l'expression artistique peuvent être différents pour chacun, mais nous sommes nombreux à ressentir l'envie ou même le besoin de créer des choses, avec des mots ou avec ce qui nous tombe sous la main et surtout avec de l'imagination.

La plupart des gens écrivent, peut-être parce que l'écriture est l'expression artistique la moins contraignante. En effet, on peut écrire n'importe où et sur n'importe quel support : parfois sur des feuilles volantes, sur des serviettes en papier dans un restaurant, sur un bout de carton ou de tissu, ou bien dans un carnet de notes qu'on transporte avec soi. On peut écrire presque instantanément, dès que l'inspiration nous vient.

Poser des mots sur une feuille de papier c'est un peu comme de donner vie à ses émotions et à ses rêves. En les exprimant, nous leur donnons une réalité qui peut être partagée avec ceux qui nous lisent. Mais le plus souvent on écrit pour soi-même, et cela suffit pour qu'on se sente libéré. L'art sous toutes ses formes – la littérature, la musique, la peinture, la danse, etc. – a un pouvoir thérapeutique. Notamment pour les personnes qui ont vécu des traumastismes, des émotions et des événements difficiles à exprimer. Pour des victimes de guerre, d'anciens soldats ou des personnes qui ont subi des agressions, l'art peut être la clé qui leur permet de se reconnecter au reste du monde.

Selon Boris Cyrulnik, un neuropsychiatre français connu pour avoir développé le concept derésilience – un phénomène psychologique qui permet à l'individu de « renaître de sa souffrance » – la peur est souvent un moteur qui permet d'avancer plus loin dans la vie, à condition qu'on apprenne à la surmonter. Par exemple, grâce à l'expression artistique, des « blessés de l'âme » qui se sont retrouvés isolés dans une douleur qu'ils ne pouvaient exprimer, parviennent à travers leurs créations à manifester leurs émotions, apaiser leur anxiété et leurs peurs, et à s'affirmer en tant qu'individu. En créant des œuvres originales, ils trouvent une opportunité de partager ce qu'ils ont enfoui au plus profond d'eux-mêmes.

Les Nations Unies ont d'ailleurs reconnu que les personnes à qui l'on offre la possibilité de s'exprimer par le biais d'une activité culturelle ou artistique, parviennent à mieux soigner leurs blessures psychologiques.

L'édition 2010 du rapport sur l'état de la population mondiale publié par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) révèle notamment que l'évolution, au cours des dix dernières années, du rôle des femmes dans les sociétés en développement, a eu un impact direct sur les négociations de paix et sur la reconstruction des pays. Ce rapport inclut également un supplément sur la culture et les arts (pdf) qui étudie le rôle que peut jouer l'expression artistique dans la reconstruction d'une vie après un conflit.

Qu'est-ce que vous évoque l'expression « conflits armés » ? La mort ? La destruction ? La violence des combats ? Vous pourriez avoir l'impression que c'est à cela que les conflits armés se résument, mais vous feriez erreur. Les dommages causés par les conflits armés ne cessent pas au moment où le traité de paix est signé, au contraire, tout reste à faire pour reconstruire un pays et instaurer un climat de paix. Les cicatrices laissées dans les esprits, les familles, les communautés, doivent être refermées, et cela prend du temps, beaucoup de temps.

Le supplément présente plusieurs exemples de pays qui ont été affectés par des conflits et dans lesquels l'expression artistique permet aux populations de s'exprimer et de maintenir les souvenirs en vie. Au Sri Lanka, par exemple, des jeunes ont créé une œuvre de fiction afin de stimuler une réflexion sur la guerre civile et le tsunami qui ont frappé le pays. En Bosnie-Herzégovine, plus d'une décennie s'était écoulée sans qu'il ait été accordé de réparation aux victimes des viols dans la violente guerre ethnique qui a marqué l'éclatement de la Yougoslavie. Puis en 2006, le film Grbavica(titre français : « Sarajevo, mon amour »), écrit et dirigé par Jasmila Žbanić, a eu un tel impact émotionnel sur le public qu'il a abouti à l'adoption d'une nouvelle loi accordant les réparations si longtemps refusées.

Selon le rapport : « Les enfants des camps de réfugiés dessinent des bonshommes armés de fusils et des maisons en feu. Dans des pays aussi différents que l'Ouganda et l'Afghanistan. Des troupes de théâtre, amateures ou professionnelles, offrent à leurs publics des occasions de rire ou de pleurer, ou de dire tout simplement : Oui, c'est bien ainsi qu'étaient les choses, ou, qu'elles le sont ».

Et vous ? Avez-vous connu un conflit ou un traumatisme ? Si oui, avez-vous ressenti le besoin d'exprimer vos émotions à travers le dessin, l'écriture, la musique... ? Voudriez-vous faire partager certaines de vos créations aux lecteurs de Youthink! et nous parler de votre expérience, nous expliquer comment l'expression artistique vous a aidé(e) à aller de l'avant ?