Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Brésil : donner leur chance aux musiciennes en herbe

Maria Cristina Gallegos's picture

L'apprentissage de la musique contre la violence et en faveur de la participation sociale des jeunes filles

Dans la région pauvre du Nordeste au Brésil, l'État de Rio Grande do Norte possède un véritable trésor  l'Orchestre philharmonique de São Tomé, qui vibre au rythme d'une jeunesse pleine de talent.

Basé dans un petit centre culturel de São Tomé, l'orchestre offre des cours de musique et des instruments gratuits aux jeunes défavorisés de la ville et de ses environs. Parmi ceux qui en bénéficient, beaucoup sont des filles.

« C'est très important, c'est un apprentissage permanent », raconte Eulanicleia Marylylyane. Eula a 14 ans et apprend le cor d'harmonie. Elle joue désormais dans l'orchestre plusieurs fois par semaine, et ses quatre sœurs en font aussi partie.  « Nous formons tous un véritable groupe et c'est très important dans ma vie », souligne Eula.

À sa tête, l'orchestre de São Tomé n'a pas un maestro, mais une maestra  Paula Francinete. Il s'agit de la seule femme chef d'orchestre de tout l'État. Pour ce motif, et en raison aussi du machisme ambiant dans la région, elle a eu beaucoup de mal à faire venir des jeunes filles à l'école de musique  « Jusqu'à ce que je prenne la direction de l'orchestre, c'était un milieu vraiment très masculin, tout du moins ici, dans le Rio Grande do Norte ». Diplômée de musique et mère célibataire, Paula fait quatre heures de voyage trois fois par semaine pour enseigner et diriger l'orchestre. Elle se sent investie « d'une grande responsabilité ».

La moitié des 42 musiciens de l'orchestre sont des filles, et près de la moitié de celles-ci aimeraient faire de la musique leur métier pour gagner leur vie grâce à leur art.

Comme Raquel Silva, 22 ans  « Je voudrais devenir musicienne professionnelle et j'ai postulé cette année pour m'inscrire au département de musique de l'université ». Raquel, qui a appris à jouer de la clarinette dans l'orchestre de São Tomé, joue désormais aux côtés des membres masculins de la formation.

Parmi eux, il y a Magnus Acariz De Sousa. Il a 21 ans et ce que l'orchestre lui a apporté va au-delà de la musique  « Je me suis fait une nouvelle famille et de nouvelles relations, et c'est une source de motivation pour moi ».

Les habitants de São Tomé ont pu créer l'orchestre à l'aide d'un don alloué par un projet de lutte contre la pauvreté soutenu par la Banque mondiale. Ce projet vise à développer des perspectives économiques et sociales dans le Rio Grande do Norte.

Josefa Maria De Oliveira habite à São Tomé. Elle confirme que la ville n'avait pas grand-chose à proposer à ses lycéens avant l'établissement de l'orchestre philarmonique.

Josefa est bien placée pour le savoir, puisque sa fille Luisa apprend désormais la trompette et espère étudier la musique à l'université  « Elle a fait beaucoup de progrès car elle peut finalement se passionner pour quelque chose qu'elle adore pratiquer ».

D'autres projets de musique pour les jeunes en Amérique du Sud

  • au Brésil, à São Tomé, dans la région Nordeste où les niveaux de pauvreté et d'exclusion sociale battent de tristes records, un projet innovant a permis de réduire la pauvreté et de retenir de jeunes agriculteurs qui étaient sur le point d'abandonner les régions rurales. Le projet a aidé ces jeunes à se faire une place au sein de la communauté et leur a enseigné de nouvelles compétences. Plus de 100 jeunes musiciens ont bénéficié de ce projet, parmi lesquels 65 % ont poursuivi leur apprentissage musical à l'université lorsque le projet est arrivé à son terme. 46 nouveaux groupes de musique ont reçu le soutien de la Banque mondiale dans le cadre du programme de réduction de la pauvreté dans le Nord-Est du Brésil, ce qui a eu un impact positif sur la vie de plus de 7 000 jeunes dans plusieurs villes.
     
  • au Vénézuela, El Sistema est un programme de musique bien connu car il a eu un impact positif sur la vie de plus de 300 000 jeunes en état de détresse. Plus de 60 orchestres d'enfants et 200 orchestres de jeunes ont été créés dans le cadre du programme.
    Le Dr José Antonio Abreu, fondateur du programme El Sistema et lauréat du prix TED, a récemment émis un souhait à l'échelle internationale pour que le monde continue de créer des programmes d'apprentissage de la musique afin d'aider les jeunes à s'investir davantage dans l'art, la justice sociale et le développement.
     
  • au Salvador, l'apprentissage de la musique classique aide les étudiants du lycée Don Bosco (ville de San Salvador), à sortir de la violence de la rue. Lancé en août 2011, le programme « Orquesta Sinfonica Juvenil de Don Bosco » (l'Orchestre symphonique des jeunes de Don Bosco), financé par la Banque mondiale, offre des bourses et des aides matérielles pour le développement local et la réduction de la pauvreté afin d'aider les groupes les plus marginaux d'une population à devenir plus autonomes. L'Orquesta Sinfónica Juvenil a travaillé avec plus de 100 jeunes de l'école. Afin d'étendre le programme au plus grand nombre, l'orchestre prend son minibus, rebaptisé « Sinfomovil », et part à la rencontre des élèves d'autres établissements scolaires du quartier.

« Pour apprendre la musique, il faut être discipliné, concentré et savoir persévérer. Si je peux faire ça avec la musique, je peux le faire pour tous les aspects de ma vie » explique Jorge Daniel, flûtiste de l'orchestre de Don Bosco.