Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Étudiants internationaux : de quels pays partent-ils et pour quelle destination ?

Ravi Kumar's picture

Le saviez-vous : la France est l’une des destinations préférées des étudiants qui souhaitent entamer des études supérieures. La carte interactive (en anglais) établie par l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) permet de retracer la mobilité des étudiants à l’échelle de la planète.

YouThink! Road Safety

Selon des données récentes de l’ISU, en dix ans, le taux d’inscription dans l’enseignement supérieur a progressé de 78 % dans le monde. Cette rapide progression explique l’augmentation de 80 % du nombre d’individus partant faire leurs études à l’étranger entre 2000 et 2010.

En fonction du pays d’origine, les flux internationaux d’étudiants en 2010 se répartissent comme suit pour un échantillon de 100 étudiants :

  • 28 étaient originaires d’Asie de l’Est et du Pacifique (dont plus de la moitié de Chine) ;
  • 15 d’Amérique du Nord et d’Europe occidentale ;
  • 7 d’États arabes ;
  • 50 d’Europe centrale et orientale, d’Asie centrale, d’Amérique latine et des Caraïbes, d’Asie du Sud et de l’Ouest ou d’Afrique subsaharienne.

En termes relatifs, les étudiants d’Asie centrale et d’Afrique subsaharienne sont les plus mobiles du monde.  Dans ces régions, le pourcentage d’individus qui partent étudier à l’étranger par rapport à la totalité des effectifs de l’enseignement supérieur est le suivant :

  • 6 % pour l’Asie centrale ;
  • 5 % pour l’Afrique subsaharienne.

Pour les étudiants originaires d’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Sud fait figure de pôle de plus en plus attractif même si la France reste la destination préférée de la région, qui accueille 19 % des étudiants subsahariens (contre 17 % pour l’Afrique du Sud).

Ces résultats vous étonnent ? Faites-nous part de vos commentaires.

Source : uis.unesco.org

Commentaires

Soumis par AMBIMBISOA le
Tout cela est vrai. Surtout pour l'Afrique subsaharienne. Ceci explique que la qualité de l'enseignement dans le pays est encore moindre. De plus la plupart des organismes travaillant dans le pays cherchent des sortant des universités occidentaux.

Soumis par Mohamed Djigo le

Je suis mauritanien et je suis inscrit à l'université de Paris 13. Ces chiffres comme nous le voyons résultent de l'insuffisance de la qualité des études dans les pays d'origines de ses étudiants.

Mais il serait intéressant également d'analyser le taux de réussite de ses étudiants et le taux des étudiants qui retournent au pays une fois que leur cursus est terminé.

Nous constatons que beaucoup d'entre eux commencent à opter pour l'insertion dans le marché du travail en Europe ou plus précisément en France. A mon avis ces phénomènes contribue aux fuites des cerveaux dont est victime l'Afrique subsaharienne.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires