Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

HappyLife et les Social Games : la solidarité devient virale !

Liviane Urquiza's picture
Cette page en : English | Español

Happy Life - un jeu viral pour sensibiliser aux défis mondiauxGrâce au jeu HappyLife lancé il y a tout juste un an, les utilisateurs de Facebook peuvent aider à financer les projets de petits entrepreneurs un peu partout dans le monde.

Le principe : chaque joueur développe sa propre micro-entreprise dans le monde virtuel de HappyLife, puis réinvestit ses gains pour aider un entrepreneur à lancer son affaire dans le monde réel.

« Un projet de solidarité à l’échelle mondiale »

La semaine dernière, j’ai eu la chance de discuter avec Stéphane Buthaud, le fondateur de HumanoGames, un studio de jeux vidéo qui s’est fixé pour but de « changer des vies ».

A priori, rien ne prédestinait Stéphane à l'univers des jeux en ligne. Après des études d’ingénieur et un Master en Affaires internationales, il s’est forgé une solide expérience dans des projets de microfinance pour le compte de plusieurs ONG, d’abord en Bosnie, puis au Rwanda, en Chine, en Argentine, etc. Jusqu’au jour où il a décidé de monter sa propre entreprise sociale.

Pourquoi avoir décidé de créer un jeu sur Facebook ? Stéphane explique : « C’était le meilleur de moyen de réunir une communauté solidaire et sans frontière autour d’un même objectif. Je voulais créer un projet de solidarité à l’échelle mondiale afin d’aider les créateurs de projets qui manquent de moyen pour se lancer ».

Vraiment ? Une application de jeu sur Facebook qui pourrait contribuer à la lutte contre la pauvreté… Serait-ce trop beau pour être vrai ?

J’étais moi-même un peu sceptique la première fois que j’ai joué à HappyLife. Comment un simple jeu de réseau social pourrait-il changer le destin d’entrepreneurs issus des populations les plus vulnérables de la planète ? Pourtant, le projet de Stéphane m’a convaincue de son utilité. Je réalise que ce type de jeux a le pouvoir de faire émerger une nouvelle culture de la solidarité, entre individus, à l’échelle globale.

Des jeux pour changer le monde 

Avec les G4C (Games for Change, « jeux pour le changement »), les développeurs de jeux vidéo ont cherché à investir le joueur dans une action qui aurait un impact réel et positif sur le monde, tout en lui permettant de se divertir.

Parmi les G4C les plus connus, il y a ceux qui proposent de se glisser dans la peau d’un réfugié fuyant la crise alimentaire (Food Force) ou le conflit (Darfur is Dying), d’empêcher des catastrophes de se produire (Halte aux Catastrophes), de faire face à l’extrême pauvreté en Haïti (Ayiti : The Cost of Life) ou de développer des solutions innovantes dans des communautés africaines (Evoke), etc. Sans oublier HappyLife.

L’originalité du G4C HappyLife, c’est sa simplicité et le fait qu’il se joue sur Facebook. Le caractère viral du réseau social permet au jeu d’atteindre un public toujours plus large. Chaque joueur fait connaitre le jeu à ses contacts en autorisant l’application à publier des messages sur son mur.

HappyLife transforme des gains virtuels en argent réel

Stéphane Buthaud et sa société HumanoGames ont réussi à créer un modèle économique révolutionnaire permettant de proposer un jeu à la fois rentable (en grande partie financé par la publicité) et solidaire grâce à un partenariat avec deux plateformes de microprêts : Babyloan.org et Kiva. Ces plateformes connectent des particuliers qui veulent envoyer de petites sommes d’argent à des entrepreneurs pour les aider à se lancer. C’est le principe du P2P, le prêt entre particuliers.

En deux mots, comment ça marche :

« Concrètement », explique Stéphane, « lorsque des joueurs accumulent 250 000 HappyCash (monnaie virtuelle) et décide de les utiliser pour soutenir un projet, leur don virtuel se transforme en un prêt réel de 250 € qui sera versé à un entrepreneur pour l’aider à lancer son affaire. Les HappyCash sont convertis en argent réel grâce à une somme d’argent que nous – HumanoGames – avançons mais qui nous sera retournée une fois que la microentreprise sera sur de bons rails. »

À ce jour, les 700 000 joueurs de HappyLife ont déjà généré plus de 50 000 dollars de prêts pour des microentrepreneurs dans le monde entier.

Y a-t-il de futurs entrepreneurs sociaux parmi vous ?

Le concept de HappyLife vous donne-t-il des idées ?

On attend vos réactions dans les commentaires !

Commentaires

Soumis par HOKOU le
Belle initiative qui inspire forcément... Pour l'heure félicitations.

Soumis par Mathilde le
J'avais entendu parler des "Serious Games" qui permettent d'apprendre des choses complexes en jouant, mais ce type de jeux sur Facebook pourrait sensibiliser les gens à des causes plus spécifiques, comme l'environnement. A quand un jeu qui récompenserait les joueurs en fonction de l'évolution de leur consommation d'énergie ?

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires