Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Les filles ont le pouvoir de changer le monde

Liviane Urquiza's picture

L'inclusion des filles dans les politiques de développement peut changer le monde

« J'ai douze ans et je peux permettre à ma communauté de sortir de la pauvreté. J'ai peut-être même le pouvoir de changer le monde ».

Ces mots pourraient sortir de la bouche de n'importe quelle petite fille vivant dans un pays en développement. Et pour cause, ces jeunes filles représentent un potentiel de progrès économique et social énorme pour beaucoup de pays qui ne savent pas les valoriser.

Eh oui ! Figurez-vous que la force qui pourrait bien permettre de vaincre à la fois la pauvreté, la famine et les maladies, ce n'est pas Internet, ce ne sont pas les gouvernements ou les ONG, ce n'est pas non plus l'argent...

... ce sont 50 millions de jeunes filles de 12 ans.

Le projet Girl Effect, réalisé conjointement par la Banque mondiale (dans le cadre de l'Initiative pour les adolescentes) et la Fondation Nike, consiste à aider les jeunes filles qui vivent dans les communautés les plus pauvres du monde à devenir des femmes éduquées, libres de penser et libres d'entreprendre. Vous voulez savoir quelles sont les raisons qui poussent les responsables de ce projet à penser que les adolescentes sont capables d'améliorer les conditions de vie de leur communauté et de stimuler la croissance économique de leur pays ?

Voici quelques faits observés par l'ONU, la Banque mondiale et d'autres organismes de recherche pour le développement :

On sait que...

  • Les enfants dont la mère n'est pas instruite courent deux fois plus de risques de ne pas aller à l'école que les enfants dont la mère a fait des études.
  • Lorsque les femmes et les jeunes filles ont un revenu, elles réinvestissent en moyenne 90 % de ce revenu dans leur famille, notamment pour permettre à leurs enfants d'aller à l'école, tandis que pour les hommes ce taux n'atteint pas plus de 40 %.
  • Quand une femme est en bonne santé, la santé de sa communauté s'améliore et on observe une chute des taux de mortalité maternelle, de malnutrition et de contamination par le VIH.
  • Le Kenya verrait ses revenus nationaux augmenter de 27 milliards de dollars si toutes les filles étaient scolarisées jusqu'à la fin du secondaire.

Et pourtant...

  • On recense 115 millions d'enfants non scolarisés, dont la majorité (62 millions) sont des filles.
  • Moins de 2 % des sommes investies dans le développement international sont consacrées aux adolescentes.

Alors ? Que fait-on ?

Le programme Girl Effect accompagne les adolescentes pour s'assurer qu'elles puissent achever leurs études et acquérir les compétences nécessaires à la réalisation de leurs projets.
(Pour activer les sous-titres, cliquez sur le bouton "CC" et choisissez votre langue)

Pour en savoir plus sur l'impact que l'éducation des filles peut avoir sur le développement, visitez le site Genre et développement et lisez ce blog sur le lancement de l'Initiative pour les adolescentes (AGI) en Haïti.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires