Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Sécurité routière : comment mobiliser les jeunes

Maria Cristina Gallegos's picture

YouThink! Road Safety

Sheila Atieno est enseignante au Kenya. Elle répète inlassablement à ses élèves de « regarder des deux côtés avant de traverser ».

Elle est bien placée pour savoir qu’il faut être prudent sur la route : un de ses amis a été fauché sur le chemin de l’école par un camion lancé à vive allure. Sheila avait 11 ans à l’époque. Elle en a 26 à présent et a décidé de passer à l’action. Elle est devenue coordonnatrice pour l’Afrique de l’organisation YOURS (a), un mouvement de jeunes qui se consacre à la promotion de la sécurité routière, et figure parmi les responsables de l’ONG kenyane YOURS-K (a), dont la mission est de « recourir à tous les moyens possibles pour faire en sorte que tous les usagers de la route parviennent à destination en toute sécurité ».

Le 18 novembre, Journée mondiale du souvenir des victimes de la route est l'occasion de rappeler que les accidents de la circulation sont la première cause de décès chez les jeunes dans le monde, selon la Campagne des Nations Unies pour la sécurité routière. La route tue davantage que le paludisme et 90 % des victimes vivent dans des pays en développement, où le coût économique de ce fléau sous-estimé s’établit au bas mot à 100 milliards de dollars par an. Ces faits, conjugués au nombre impressionnant d’accidents de la route chaque année, font partie des dix grandes raisons qui ont amené les Nations Unies à appeler à la mobilisation et à proclamer la période 2011-2020 « Décennie d’action pour la sécurité routière ».

Car, et c’est une bonne nouvelle, il est possible de prévenir et réduire le nombre de décès liés à des accidents de la circulation. Pour cela, « tous les secteurs de la société doivent être mobilisés : autorités publiques, secteur privé et population », indique Marc Sanford Shotten, spécialiste senior des transports à la Banque mondiale. « Les jeunes peuvent prendre leurs responsabilités en adoptant des comportements exemplaires ».

Sheila Atieno fait partie de ces jeunes qui jouent un rôle de modèle auprès de leur génération : elle organise dans son pays des ateliers de sensibilisation à la sécurité routière. En décembre 2011, elle a mis sur pied une puissante évocation des conséquences des accidents de la route, sous la forme d’un défilé (a) le long d’une route bordée de chaussures symbolisant les 3 000 Kenyans victimes chaque année de la circulation.

« Le plus dur, c’est d’arriver à faire changer le comportement [des jeunes] par rapport à la sécurité routière », estime Nellie Ghusayni, responsable de programme pour YOURS au Liban. « Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, les jeunes ne circulent pas en voiture. La plupart vont à pied à l’école et au travail. La sécurité des piétons y est donc un enjeu de taille ».

Cette question est précisément le thème choisi pour la deuxième édition de la Semaine mondiale de la sécurité routière qui se tiendra sous l’égide des Nations Unies du 6 au 12 mai 2013. Tous ceux qui se sentent concernés par cette thématique — associations, gouvernements, etc. — sont encouragés à organiser des événements au niveau local ou national afin d’accroître l’attention consacrée à la sécurité des piétons et d’impulser des actions autour de cet enjeu.

Concrètement, que pouvez-vous faire à votre niveau pour renforcer votre propre sécurité ? Vous pouvez par exemple commencer par consulter le kit d’information et de sensibilisation (a) à la sécurité routière publié par l’organisation YOURS à l’intention des jeunes du monde entier. Les illustrations qui suivent montrent comment les jeunes peuvent se rendre plus visibles sur la route et éviter ainsi des accidents.

YouThink! Road Safety

Source : YOURS (a)

Sheila Atieno est convaincue que si la communauté internationale, les gouvernements locaux et la société civile se rassemblaient et agissaient avec les jeunes, on pourrait faire nettement reculer le nombre de morts sur les routes. « Les jeunes défendent très bien cette cause : ils doivent ‘réclamer’ des lois qui leur permettent de se rendre à l’école en toute sécurité. Ils peuvent faire pression sur les décideurs, les éduquer et exiger des routes sûres », affirme la jeune femme.

Et vous, comment pouvez-vous agir dans votre communauté pour sensibiliser vos semblables à la sécurité routière ? Est-ce que vous vous retrouvez dans l’exemple de Sheila Atieno ? Nous aimerions connaître vos idées, votre vécu et les difficultés que vous rencontrez sur cette question. Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous.

--------
Liens utiles sur la sécurité routière :

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires