Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Un jeune Népalais illustre les inégalités et remporte un concours de photos

Ravi Kumar's picture

Disponible en English, Español

Jeunes népalais- Pictures Inequality

Parmi les photos poignantes récompensées lors du concours « Picture Inequality » organisé récemment par la Banque mondiale, l’une m’a particulièrement ému.

Elle représente un adolescent chétif en train de casser des cailloux pour fabriquer du gravier qui servira à la construction de routes au Népal. Cette photographie traduit bien le désarroi que ressentent de nombreux jeunes au Népal, ce pays enclavé d’Asie du Sud qui a toutes les difficultés à se remettre d’une décennie de guerre civile. Et elle confirme qu’une bonne photographie vaut mieux qu’un long discours.

Le photographe, le Népalais Niraj Prasad Koirala, âgé de 24 ans, est l'un des dix lauréats dont les photographies et les textes décrivent le mieux les inégalités et la façon dont ils voudraient rendre le monde meilleur. La photographie de N. P. Koirala figure parmi les onze clichés qui ont été sélectionnés par un jury d’experts sur les 756 photos reçues entre le 25 octobre et le 16 décembre 2012.

« J'ai été très heureux de lire le message de la Banque mondiale m'apprenant que j'avais gagné. C'était l'un des plus beaux moments de ma vie », se souvient N. P. Koirala.

N. P. Koirala, qui a aussi posté des billets de blog pour YouThink! dans le passé, est un étudiant de deuxième cycle à l’institut agronomique et vétérinaire de la Tribhuvan University, à Chitwan, un district connu pour abriter le premier parc national du pays, le Chitwan National Park. Il étudie l'économie et la sociologie rurale. « J'ai choisi l'agronomie parce que l'agriculture constitue le secteur le plus important de l'économie népalaise et qu'il faut améliorer l'agriculture népalaise si l'on veut faire avancer cette république », déclare-t-il.

N. P. Koirala considère qu'il a de la chance de pouvoir faire des études supérieures au Népal, où le taux d'alphabétisation ne dépasse pas les 60 %, selon la Banque mondiale. Il explique qu'il ne faut pas que les enfants, qui sont le pilier de toute nation, en soient réduits à casser des cailloux. En présentant cette photo, il espérait sensibiliser le public au besoin criant d'investir dans l'éducation au Népal, où le revenu national brut par habitant s'établit à 540 dollars seulement. En tant que Népalais, je suis moi-même très conscient des besoins d'investissement durable dans le secteur de l'éducation au Népal.

N. P. Koirala s’emploie à titre personnel à améliorer l’accès des enfants pauvres à l’éducation. Il espère lever des fonds et mobiliser la jeunesse pour aider les enfants défavorisés à aller à l’école.

C’est un bel objectif. L’État n’est pas le seul à pouvoir intervenir. Chacun, y compris les jeunes, peut agir en fonction de ses moyens pour contribuer à renforcer l’accès à l’éducation.

Youthink! félicite N. P. Koirala pour sa réussite et lui souhaite tout le succès possible dans ses efforts pour faciliter la scolarisation des enfants pauvres au Népal.

Commentaires

Soumis par ALAO Brandao Hyacinthe le

la pauvreté est en ce moment en train de prendre de l'envergure. Seule l'éducation à tous les niveaux pourra nous aider à nous en sortir. Nous c'est le monde. La pauvreté intellectuelle, la pauvreté dans la gestion de la terre notre foyer à tous, pauvreté dans la recherche de la paix.

Nous perdons la tete. Un focus doit etre mis dans Eduquer autrement!

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires