Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

Un maire pour le web ivoirien

Anne Senges's picture

Emmanuel Assouan, un maire pour le web ivoirienÀ 22 ans, Emmanuel Assouan a été élu maire du Web de son pays, la Côte d’Ivoire. Un titre pas simplement honorifique. Son ambition ? Faire de la Toile un Eldorado pour les jeunes et propulser la Côte d’Ivoire sur la voie de l’économie numérique.

L’initiative vous paraîtra peut être insolite. La Côte d’Ivoire a organisé fin avril les premières municipales du web. Emmanuel Assouan, graphiste et chercheur en sécurité informatique, qui faisait campagne pour un « web sûr, sain et riche en contenu » a remporté ces élections avec 25% des voix et le titre (convoité par douze autres candidats) de premier maire du web.

L’idée d’organiser les municipales du Web est venue de deux start-up ivoiriennes  Inpulsion et Caric-Actu. « Il s’agissait de donner la parole aux utilisateurs du web en Côte d’Ivoire afin qu’ils désignent un porte-parole comme si la Toile était une ville réelle », explique le site conçu pour promouvoir cette initiative. Une opération médiatique destinée à créer du buzz ? Certes, mais pas seulement.

Pour Edith Brou, blogueuse de 29 ans, cofondatrice d’un webzine féminin influent, et candidate arrivée à la deuxième place du scrutin, ces élections ont donné une leçon de civisme aux hommes politiques du pays  dans le contexte des élections municipales qui se déroulaient à la même époque à Abidjan, la capitale.

« En nous unissant derrière Emmanuel, lorsqu’il a remporté l’élection, nous voulions véhiculer un message destiné aux politiciens de tous bords qui ont tendance à se bagarrer et à se comporter comme des enfants, message émanant d’une catégorie de personnes qui a vécu la guerre civile (ndlr : La Côte d’Ivoire sort de plus d’une décennie de crise politique et sociale), les jeunes en particulier », assure Edith Brou. Les quatre candidats qui ont remporté le plus de suffrages (dont Edith) après  Emmanuel Assouan ont ainsi été nommés conseillers du nouveau maire.

Redorer l’image du web

Emmanuel Assouan, le maire du web, n’a qu’un mandat d’un an et ni salaire, ni budget pour concrétiser ses projets. Cependant, le jeune homme a l’ambition de redorer l’image du web ivoirien, qui souffre de sa réputation de paradis de la cybercriminalité et convaincre ses compatriotes que les nouveaux métiers du web représentent l’avenir. « Encourager le partage de connaissances » est un élément clé de son programme.  « La Toile est une plateforme d’écoute et le maire du web doit être la voix des internautes », assure-t-il. L’une de ses missions sera de dialoguer avec les fournisseurs d’accès à Internet afin qu’ils offrent des forfaits à moindre coût.

« Les hommes politiques ne prennent pas de mesures véritables pour favoriser l’accès à l’Internet par exemple en investissant massivement dans les câbles sous-marins », juge quant à elle Edith Brou. « En Côte d’Ivoire, on met beaucoup l’accent sur l’agriculture, mais un pays comme le Japon, pauvre en ressources naturelles, a prouvé que miser sur les compétences technologiques  était une stratégie rentable », estime la jeune femme. « Il faut développer des formations adéquates pour les jeunes », martèle-t-elle car « les métiers de l’Internet sont une solution au chômage. Du moins à court terme ».  Même s’il s’agit d’un mandat virtuel, les objectifs n’en demeurent pas moins ancrés dans le monde réel…

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires