Youthink! le blog de la Banque mondiale dédié aux jeunes qui s'engagent pour le développement
Syndicate content

L'émergence des jeunes entrepreneurs en Côte d'Ivoire

Jamie Lee's picture
Cette page en : English | العربية

Kone Gninlnagnon

Koné Gninlnagnon rêve d'exporter le riz ivoirien dans le monde entier.

Pour cela, il n’ignore pas que la qualité du riz du pays doit d’abord être améliorée et le produit testé sur le marché intérieur. C'est ainsi qu’a germé en lui l'idée de ce « business » : renforcer la compétitivité du riz cultivé localement. « Nous ne gagnerons pas la confiance des consommateurs avec du riz de mauvaise qualité », explique-t-il. Baptisé « Riz Ivoire », son projet a pour ambition de promouvoir le riz local et de mettre sur les tables ivoiriennes une denrée de qualité supérieure. Le jeune entrepreneur veut également encourager d’autres jeunes Ivoiriens à investir dans la riziculture.

Des jeunes passionnés par les questions politiques ? Ils sont plus nombreux que vous ne le croyez...

Liviane Urquiza's picture

« Faire de la politique », ça n'est pas seulement s'asseoir derrière un bureau, écrire des rapports et discuter avec des bureaucrates. Il s'agit avant tout d'essayer de faire progresser les choses, de générer des changements positifs et concrets pour l’ensemble de la société.

Le mois dernier, la Banque mondiale a invité sept jeunes professionnels d'Afrique et d'Amérique latine (des leaders dans leurs secteurs d'activité respectifs) à participer à l'édition 2014 du Sommet des jeunes professionnels (YPS) à Bruxelles. Cet événement, organisé par le German Marshall Fund of the United States (GMF), a pour objectif de donner une opportunité à la « nouvelle génération de leaders » de rencontrer des personnalités influentes et des décideurs de premier plan afin d'apprendre de leur expérience.

Sommet des jeunes professionnels 2014 - Organisé à Bruxelles par le German Marshall Fund of the United States
Les 7 invités de la Banque mondiale en compagnie des membres de l'équipe de Bruxelles.

Cinq choses à savoir en matière de gouvernance transparente

Ravi Kumar's picture
Encourager une gouvernance transparente pour favoriser une prospérité partagée

Internet regorge d'articles et de commentaires qui expliquent comment renforcer la transparence de la gouvernance. Une gouvernance transparente est bénéfique pour tous. Elle conduit à des pouvoirs publics plus efficaces et plus réactifs, ce qui améliore en définitive la vie des citoyens. Voici des réponses simples à un certain nombre de questions sur la notion de gouvernance transparente. Bien entendu, une telle liste ne saurait se passer d'un avertissement : cet article n'a pas vocation à expliquer de façon exhaustive ce qu'est la gouvernance transparente. Il constitue néanmoins une introduction sur le sujet.

Si vous pouviez mettre fin à l’extrême pauvreté, vous le feriez ? Nous en avons le pouvoir. Alors, agissons.

Ravi Kumar's picture
Cette page en : English | Español | العربية



Les gens pensent en général que le talent est la chose du monde la mieux partagée mais que tout le monde n’a pas les moyens de l’exprimer. Or, aujourd’hui, après avoir entendu le témoignage de jeunes gens étonnants lors de l’événement « End Poverty » organisé ce jeudi à la Banque mondiale, j’ai acquis la conviction qu’en fait, tout le monde a les moyens…

Ces jeunes ont un point commun : ils veulent mettre fin la pauvreté et nous convaincre de les rejoindre dans ce combat. Pour la première fois de son histoire, l’humanité peut mettre fin à l’extrême pauvreté et ce, d’ici 2030. Alors qu'attendons-nous ?

Un jeune entrepreneur burkinabé mise sur la chenille de karité pour lutter contre la malnutrition

Anne Senges's picture
Plat de chenilles de karité

Si l’arbre de karité est connu pour ses noix qui servent à fabriquer un beurre auquel on attribue mille vertus (notamment capillaires et nutritionnelles), on connait bien moins les chenilles qui se nourrissent de ses feuilles. Et c’est précisément ce qu’un jeune burkinabé a entrepris de changer. 

Quel est le lien entre la jeunesse, l'ouverture des gouvernements et le développement ?

Felipe Estefan's picture
Cette page en : English | Español | العربية

Pourcentage de jeunes exprimant le souhait que leur gouvernement soit plus ouvert. 
Source :  Global Opening Government Survey


La période de l’Histoire que nous traversons ne ressemble à aucune autre auparavant.
 
Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’échanger des connaissances et des compétences d’un bout à l’autre de la Terre. Et chaque échange ne nécessite pas plus de quelques secondes grâce à des outils qui sont, d’un jour à l’autre, à la fois plus sophistiqués et plus accessibles à tous.
 
Maillon clé de cette nouvelle ère, les jeunes n’ont jamais été aussi nombreux : avec 1,2 milliard d’individus âgés entre 15 et 24 ans.
 
Les chiffres à travers le monde sont impressionnants. La proportion de jeunes au Moyen-Orient est aujourd’hui plus importante que jamais, avec presque 100 millions de personnes entre 15 et 29 ans, soit environ 30 % de la population. On estime que le Nigeria, un pays où les jeunes représentent plus de la moitié de la population, comptera près de 1 milliard de jeunes d’ici 2100.
 
C’est bien pour cette raison que, lorsqu'on parle de mettre fin à la pauvreté extrême dans le monde, il est indispensable d’inclure les jeunes dans le débat. On estime que 90 % des jeunes  vivent aujourd’hui dans les pays en développement, parmi lesquels 225 millions sont inactifs – sans formation, sans éducation et sans travail.
 
En matière de développement, les jeunes ont un rôle fondamental à jouer avec des conséquences sur notre avenir à tous. Heureusement, avec l’accès aux technologies de l’information et de la communication, les jeunes sont mieux équipés que jamais pour prendre leur destin en main.

Grâce à l’éducation, les jeunes Afghans peuvent reconstruire leur pays déchiré par les guerres

Bassam Sebti's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文
Grâce à l’éducation, les jeunes Afghans peuvent reconstruire leur pays déchiré par les guerres

À Kaboul, on la surnommait « l'école brûlée » et les élèves avaient dû la déserter. Comme pour tant d’autres destructions infligées par des années de guerre, l’école Nahid Shahid a souffert des violences qui ont dévasté l’Afghanistan sur de nombreux plans.

Et puis, finalement, la situation s’est améliorée. Aujourd'hui, l'école est non seulement reconstruite et opérationnelle, mais elle s'efforce de satisfaire l’essor de la demande : l’établissement accueille chaque jour 6 200 élèves, répartis en quatre plages horaires.

Ouganda : comment des jeunes ont réussi à sauver les bananiers du pays

Ravi Kumar's picture
Bananas

Les Ougandais sont les plus gros consommateurs de bananes au monde : plus de 14 millions d’entre eux mangent des bananes quasi quotidiennement, soit en moyenne 700 grammes par jour. Dans ce pays enclavé d’Afrique de l’Est, la banane est donc une denrée précieuse.

Imaginez qu’un jour, brusquement, votre nourriture de base est menacée. Dans certaines plantations, 90 % des arbres ont déjà péri, victimes du flétrissement bactérien du bananier (FBB). L’épidémie se propage rapidement, à travers le sol et d’autres plantes et peut, en moins d’un an, entraîner une perte totale des récoltes.

7 milliards de points de vue à partager

Liviane Urquiza's picture
Cette page en : English | 中文

Quels enseignements vos parents vous ont-ils transmis ? Quels sont ceux que vous souhaiteriez transmettre à vos enfants ? À quelles épreuves avez-vous été confronté ?

Sauriez-vous répondre à ces questions en quelques mots ?

En posant à des milliers de personnes à travers le monde des questions sur des sujets simples mais fondamentaux, une initiative de la fondation GoodPlanet a collecté autant de preuves que nous – les 7 milliards d'individus vivant actuellement sur Terre – avons beaucoup plus en commun que nous pourrions le penser.

Comment le changement climatique vous affecte-t-il ?

Ravi Kumar's picture
Cette page en : English | العربية

Imaginez que vous vivez dans un pays d'Afrique subsaharienne en 2040. D'ici là, selon les projections de la Banque mondiale, 80 % des terres agricoles de cette région seront devenues stériles. Cela provoquera une augmentation des prix alimentaires et fera émerger un certain nombre d'autres difficultés dans la région.

Les problèmes provoqués par le changement climatique ne se manifesteront pas qu'en Afrique subsaharienne : d'autres parties du monde seront également affectées. Comme je l'ai écrit précédemment, le changement climatique va nous affecter de toutes les façons possibles, aussi bien pour se nourrir que pour trouver un emploi de qualité.

Pages