Syndicate content

Add new comment

En Ouganda, un film aide des lycéens à réussir leurs examens

David Evans's picture
Cette page: English
Phiona Mutesa, la vraie Queen of Katwe.


Tout le monde aime passer son dimanche après-midi au cinéma pour se détendre. Mais parfois, le grand écran dépasse son simple rôle de divertissement. Une étude réalisée dans un lycée en Ouganda révèle que les films qui incarnent des personnages charismatiques auxquels les élèves peuvent s’identifier les aident à réussir leurs examens de maths. 

Que ce soit à l’école, au travail ou dans sa vie privée, il est utile d’avoir des modèles à qui l’on peut s’identifier et qui poussent à s’épanouir et se dépasser. Une expérience menée dans des écoles à Madagascar (a) a par exemple montré que le témoignage d’une figure inspirante — une personne instruite, ayant des revenus élevés et originaire du même quartier que les élèves — améliorait sensiblement leurs résultats aux examens (cet effet ne s’est toutefois matérialisé que lorsqu’il s’agissait d’une personne issue d’un milieu pauvre et non d’une personne originaire d’une famille aisée). Dans une autre étude conduite en Ouganda (a), les femmes qui travaillent dans des secteurs essentiellement masculins et qui, de ce fait, gagnent beaucoup plus d’argent, soulignent le rôle clé qu’ont joué des figures modèles dans leur réussite, en leur montrant la voie à suivre.

Parfois, cette influence peut même être exercée par un personnage de cinéma. L’an dernier, près de 1 600 lycéens ougandais ont assisté à une projection spéciale d’un film entre une semaine et un mois avant leurs examens de fin d’année.

La moitié d’entre eux, sélectionnés au hasard, ont ainsi découvert avec Queen of Katwe l’histoire de Phiona, une jeune fille pauvre et déscolarisée qui finit, grâce à l’apprentissage des échecs, par mener une vie meilleure. Comme le précise Emma Riley, à l’origine de cette expérience (a), « au début, Phiona n’a rien. Elle vit dans un bidonville et vend du maïs à la sauvette le long d’une route. À la fin, elle intègre le lycée le plus réputé de Kampala, grâce aux échecs, et peut réaliser ses rêves. Le film raconte comment elle surmonte d’innombrables difficultés avant de s’en sortir à force de travail et de persévérance. » Autrement dit, Phiona incarne un modèle idéal.


L’autre moitié des élèves a assisté à la projection de la comédie fantastique Miss Peregrine et les enfants particuliers, où aucun personnage n’est susceptible de vous inspirer, à moins d’avoir envie de se battre contre des monstres...

Que s’est-il passé le jour des examens ? Et bien, 84 % des lycéens ayant vu Queen of Katwe ont réussi, contre 73 % pour l’autre groupe. L’effet du film a été encore supérieur pour les filles et pour les élèves dont les résultats précédents étaient plutôt médiocres. Autrement dit, les lycéens qui se sont le plus identifiés à Phiona (une jeune fille peu instruite) sont ceux qui ont le mieux intégré le message véhiculé par ce personnage modèle.

L’expérience aura coûté environ 5 dollars par élève. Mais, à condition de projeter le film dans les écoles et non plus au cinéma, ce qui entraîne des frais, elle pourrait être reproduite à plus grande échelle pour bien moins cher. N’allez surtout pas imaginer qu’il suffit d’emmener les enfants au cinéma pour qu’ils réussissent leurs examens, décrochent un travail de qualité et gagnent de quoi fréquenter les salles obscures plus tard ! L’expérience, rappelons-le, a été réalisée avec deux groupes d’élèves, les uns découvrant la vie de Phiona et y puisant une forme d’inspiration, tandis que les autres ont juste vu un gamin anglais se battre contre des monstres…

Pour celles et ceux que l’économétrie intéresse, l’auteur a construit un plan pré-analytique où elle teste toute une série d’hypothèses.

Combien de temps peut durer l’influence d’un personnage charismatique ? Nous l’ignorons. Même si les effets sont de courte durée, cela vaut probablement le coût d’investir dans une séance de cinéma juste avant un examen important...

En savoir plus