Syndicate content

Iraq

De la COP21 à la COP22 : il n’y a que la Méditerranée à traverser

Jonathan Walters's picture
Cette page en : English | العربية
Rabat, Morocco - Arne Hoel l World Bank

La France vient d’accueillir la COP21 et de mener à bien les négociations pour une issue qui a été qualifiée de franc succès : l’Accord de Paris de 2015. Ce texte a obtenu l’adhésion de 196 pays sur un des sujets les plus complexes de notre temps—le changement climatique. Il a réconcilié les intérêts divergents des pays en développement et des pays développés et effacé le clivage Nord-Sud qui est responsable de la difficulté à obtenir un accord sur le climat au cours des vingt dernières années. En comparaison, les négociations sur le commerce international ont l’air facile. La France être fière de ses talents en diplomatie. Chapeau !

La microfinance, plus que jamais nécessaire en Iraq

Nadine Chehade's picture
Cette page en : English | العربية
Najaf, Iraq - Shutterstock l photo story

Comment promouvoir le développement économique dans les régions du monde arabe qui sont fragiles et aux prises avec un conflit ? Le Groupe consultatif d'aide aux populations pauvres (CGAP) présente différentes solutions dans une récente série de billets sur l’inclusion financière en situation de crise (a). Ces éclairages soulignent que, malgré les conflits, la violence et l’incertitude qui font obstacle au développement, une infrastructure financière solide peut aider les petits emprunteurs à surmonter une crise, c’est-à-dire à améliorer leur résilience économique.

Les données sont-elles passées à côté du Printemps arabe ?

Mohamed Younis's picture
Cette page en : English | العربية
Cairo's Tahrir Square, Egypt. Hang Dinh / Shutterstock.com

Dans la période qui a précédé le Printemps arabe, les données ont trompé tous ceux qui suivent cette région de près. Le cas de l’Égypte et de la Tunisie est emblématique à cet égard : les deux pays ont inauguré la première décennie du XXIe siècle en introduisant les réformes économiques classiques souvent préconisées par les organisations multilatérales et internationales occidentales. Après avoir analysé ces réformes, les trajectoires du PIB et d’autres mesures habituelles (comme la mortalité infantile, le recul de la pauvreté, etc.), des experts reconnus, intelligents et bien intentionnés en ont conclu que si la situation n’était pas parfaite, tous les indicateurs pointaient vers une amélioration sensible et soutenue. Quelques semaines plus tard, les deux nations connaissaient des bouleversements politiques sans précédent.

Thomas Friedman à propos de l’éducation dans « un monde qui est devenu plat et qui va vite »

Simon Thacker's picture
Cette page en : English | العربية
Students on university campus - Shutterstock l Zurijeta

Le monde va vite. Les trois grandes forces qui l’animent — la mondialisation, la Nature et la loi de Moore (c’est-à-dire la croissance exponentielle de la puissance de calcul, et donc de la numérisation) — ont toutes fait simultanément un bond si fulgurant que la plus grande difficulté pour la planète consiste désormais à savoir comment s’y préparer.

Économie en croissance, bonheur en déclin : le paradoxe du monde arabe

Elena Ianchovichina's picture
Cette page en : English | العربية
Shutterstock l arindambanerjee

Les événements du Printemps arabe ont pris le monde par surprise : à l'époque, aucun signe évident n'annonçait l'approche d'une tempête au Levant et dans le Maghreb. Les indicateurs objectifs (mesurés régulièrement pour nombre d’entre eux) révélaient une amélioration graduelle des économies dans ces parties du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord : une croissance économique raisonnable, des taux de pauvreté absolue peu élevés et en baisse, un niveau d’inégalité des revenus plutôt bas ou moyen, des taux de mortalité juvénile en déclin, un degré d’alphabétisation en hausse et une espérance de vie en progrès.

La part de responsabilité du changement climatique dans les crises au Moyen-Orient

Mohamed Abdallah Youness's picture
Cette page en : العربية | English
shutterstock l dinosmichail

La conférence sur le changement climatique qui se déroule à Paris confirme les interférences de plus en plus prégnantes entre, d’une part, les menaces à la sécurité « conventionnelle », de nature militaire et concentrées sur les nations, et, d’autre part, les menaces non conventionnelles, qui sont d’ordre environnemental, social et humanitaire et axées sur les sociétés et les individus. Le phénomène du changement climatique est ainsi à l’origine de menaces sécuritaires allant de l’instabilité au terrorisme en passant par les conflits intérieurs.

Lutte contre la corruption : la Tunisie, en tête des pays de la région mais exposée à un risque élevé dans les dépenses de défense

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية
Shutterstock l angelh l Tashatuvango

Des budgets militaires opaques, une supervision défaillante et aucune information sur les dépenses cachées : voilà ce que révèle Transparency International-UK (TI-UK) au sujet des dépenses de défense dans 17 États du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), dans le cadre d’un nouveau rapport international consacré à la corruption dans ce secteur. 

Pourquoi la COP21 est-elle importante pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord ?

Maria Sarraf's picture
Cette page en : English | العربية
Cairo - Yeul l World Bank

Plus de 25 000 personnes se sont rendues au Bourget, dans la banlieue parisienne, pour assister à un événement très attendu : la 21e Conférence des parties sur le changement climatique, la « COP21 ». Quelque 120 chefs d’État et de gouvernement, dont 11 en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (région MENA),  étaient présents aujourd’hui, première journée de la Conférence. Mais de quoi s’agit-il exactement ? 

Moyen-Orient et Afrique du Nord : de l’impact des innovations dans le secteur de l’énergie

Reem Muhsin Yusuf's picture
Cette page en : English | العربية
Traffic Jam in Casablanca, Morocco - World Bank l Arne Hoel

Nous assistons actuellement à de profondes évolutions dans les grands secteurs industriels, liées aux innovations technologiques rapides et à l’interconnexion de ces activités. C’est ainsi que le « mariage » entre transports et logiciels a donné naissance à des applications comme Google Maps, Waze ou Uber, que nous utilisons pour aller d’un point A vers un point B.

Pages