Syndicate content

Éducation

Bienvenue à la génération Y ! Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les jeunes femmes portent le flambeau de la révolution start-up

Tobias Lechtenfeld's picture
Cette page en : English | العربية


L’économie des start-up au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est florissante. Les incubateurs et les accélérateurs qui essaiment dans la région, de Beyrouth (a) à Casablanca (a) en passant par Ramallah (a), Gaza (a) ou le Caire (a), acquièrent une reconnaissance au-delà des frontières régionales. Grâce à la plateforme pour la jeunesse de la région MENA, notre équipe observe les nouvelles tendances — et une chose est claire : pour la prochaine révolution, qui n’aura rien à voir avec les précédentes, les femmes seront à la pointe de l’innovation, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle (a). https://gazaskygeeks.comhttp://startup-meter.org/#/

Ma vie d’entrepreneur en Égypte

Mostafa Amin's picture
Cette page en : English | العربية

L’Égypte est un marché de plus de 100 millions d’habitants et un vivier d’opportunités pour un entrepreneur à l’œil averti. Comme dans nombre de pays en développement, les difficultés du marché du travail ont quelque chose de bon : alors que des millions de personnes sont à la recherche d’un emploi, nombreux sont ceux qui renoncent à trouver un travail et décident de prendre les devants en créant leur propre entreprise. Cela semble tiré par les cheveux, mais en réalité les pauvres dans les pays en développement sont doués d’un esprit d’entreprise remarquable et probablement supérieur à celui que l’on rencontre dans les pays développés. Le professeur Ha-Joon Chang a mis en évidence ce phénomène dans un ouvrage intitulé 23 Things They Don’t Tell You About Capitalism (a). 

En faisant le choix de rejeter l’offre d’emploi d’une grande compagnie pour me lancer dans l’aventure entrepreneuriale, j’ai pris l’une des meilleures décisions de ma vie. Cette aventure n’a pas été un long fleuve tranquille. Elle a été et reste semée d'embûches, mais l’essor de l’entrepreneuriat à travers tout le pays a été extrêmement stimulant. Je travaille dans l’écosystème des start-up égyptien depuis quelques années, et je pense avoir acquis une bonne connaissance de la situation. Aussi puis-je affirmer avec confiance que l’Égypte a connu ces dernières années une dynamique très prometteuse qui doit nous inciter à entreprendre davantage. 

L’éducation en Tunisie : la technologie, un outil pour améliorer l’école

Noah Yarrow's picture
Cette page en : English | العربية


En mai 2015, le ministère tunisien de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a lancé un programme baptisé « Solution numérique pour tous » dans le cadre d’un train de réformes plus large.

La rentrée scolaire, risques ou opportunités pour la Tunisie ?

Michael Drabble's picture
Cette page en : English | العربية
 Lyubov Timofeyeva | Shutterstock.com - Grandfather and granddaughter walking back from school in Sousse, Tunisia

Nous y voilà de nouveau. La rentrée des classes a eu lieu, et depuis peu, plus de deux millions d’élèves, collégiens et lycéens tunisiens ont repris le chemin de l’école, tout comme plusieurs centaines de millions d’enfants vivant dans l’hémisphère nord.

Au lycée des Eucalyptus, les élèves acquièrent les compétences du XXIe siècle grâce à un programme de tutorat entre pairs

Simon Thacker's picture
Cette page en : English | العربية


Le lycée des Eucalyptus se trouve à Nice, près de l’aéroport. Il est bordé à l’ouest et au nord par des quartiers ouvriers et à l’est par une zone où les classes moyennes sont plus nombreuses. Les effectifs du lycée sont hétérogènes et les groupes ne se mélangent généralement pas. Alors, quand une relation de travail s’instaure entre Marwan, un réfugié syrien de 12 ans qui vient d’arriver en France et parle très peu le français, et Charlotte, 17 ans et capitaine de l’équipe de tennis des filles, c’est quelque chose d’assez incroyable.

Rentrée des classes 2017 – Deuxième partie

Web Team's picture
Cette page en : English


Voici la deuxième partie de notre entretien avec Safaa El Tayeb El-Kogali, chef de service au pôle mondial d’expertise en Éducation de la Banque mondiale, consacré aux défis auxquels sont confrontés les systèmes éducatifs des pays de la région MENA et aux mesures prises pour les résoudre.

Rentrée des classes 2017

Web Team's picture
Cette page en : English | العربية


Dans le sillage du premier Rapport sur le développement dans le monde intégralement consacré à l’éducation, l’une des clés pour des sociétés stables et inclusives, nous inaugurons notre série annuelle « Rentrée des classes » sur l’état de l’éducation dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord par un entretien, en deux parties, avec Safaa El Tayeb El-Kogali, chef de service au pôle mondial d’expertise en Éducation de la Banque mondiale. Nous y abordons les défis auxquels sont confrontés les systèmes éducatifs dans la région et les mesures prises pour les résoudre.

Calculez vous-même l’impact économique du conflit syrien

Shanta Devarajan's picture
Cette page en : English | العربية
Homs, Syria - ART Production | Shutterstock.com

Chacun sait qu’un conflit grève lourdement l’économie d’un pays : destruction massive des infrastructures et des logements, perturbation des échanges commerciaux, des transports et de la production, sans parler des victimes et d’une souffrance généralisée. Pourtant, les estimations quantitatives des coûts sur l’économie sont rares.

Comment accueillir 200 000 jeunes réfugiés dans le système éducatif ? L’exemple du Liban

Noah Yarrow's picture
Cette page en : العربية
Tripoli, Lebanon (Hay al Tanak) - By Mohamed Azakir

Une fois par an, on célèbre la Journée mondiale des réfugiés, mais les raisons pour lesquelles cette journée a été instaurée sont, pour le Liban, un défi de tous les jours. Ce pays est celui qui accueille le plus grand nombre de réfugiés par habitant dans le monde. C’est pourquoi l’exemple libanais est riche d’enseignements importants.

L’école Sophie-Scholl à l’avant-garde de la prise en charge des adolescents réfugiés à Berlin

Simon Thacker's picture
Cette page en : English | العربية
 rkl_foto l shutterstock.com

Adnan a mis près de trois ans à retrouver le chemin de l’école. Après leur fuite de Syrie, un séjour plein d’incertitudes en Turquie, suivi d’un autre en Autriche, sa mère et lui ont finalement trouvé asile à Berlin en juin.

C’est sa première semaine d’école. Il est assis au fond de la classe, derrière 11 autres élèves, et contemple la scène avec attention. Il écoute et observe ce qui se passe, mais il ne comprend pas un mot de ce que le professeur dit en allemand. Pourtant, le simple fait d’être là le rend euphorique. Âgé de 15 ans, il est déjà grand et bien bâti. D’ailleurs, sa table est trop petite pour lui.

C’est un peu comme s’il avait grandi trop vite…

Pages