Syndicate content

Environnement

L’Égypte se voit enfin délivrer des crédits-carbone pour son programme de mise à la casse des taxis

Juha Seppala's picture
Cette page en : English | العربية
 ChameleonsEye l Shutterstock.com

Certains d’entre vous se souviennent peut-être des billets de ma collègue Holly Krambeck (a) sur le Programme d’activités de mise à la casse et de recyclage de véhicules en Égypte (a). Nous étions alors en 2010, et cet ambitieux projet se donnait pour objectif de moderniser les parcs de véhicules de transport public en Égypte, en commençant par les taxis du Caire puis en élargissant cette initiative à d’autres modes de transport public, comme les minibus et les bus.

Gestion du risque de catastrophe et résilience climatique au Maroc : une initiative pilote de financement axé sur les résultats

Axel Baeumler's picture
Cette page en : English | العربية
Rain over Djemaa El Fna Square, Marrakech, Morocco - Shanti Hesse l Shutterstock.com

Un financement axé sur les résultats peut-il aider les pays à mieux anticiper les catastrophes naturelles ? Les incitations financières peuvent-elles favoriser la prévention des catastrophes plutôt que la réaction ? Des programmes d’assurance peuvent-ils atténuer les conséquences financières d’une catastrophe ? Avec le gouvernement marocain, la Banque mondiale a mis en œuvre sa première opération dans le cadre d’un Programme pour les résultats (instrument de financement de la Banque mondiale) afin d’améliorer la gestion des risques et la résilience.

Au Yémen, la corvée d’eau tue des enfants

Farouk Al-Kamali's picture
Cette page en : العربية | English
Oleg Znamenskiy l Shutterstock.com
Théâtre d’une guerre dévastatrice depuis l’an dernier, le Yémen pâtit également d’une crise de l’eau alarmante qui menace d’assoiffer la population et fait peser sur le pays, déjà miné par les conflits et les crises, la menace supplémentaire et toujours plus grande de l’insécurité hydrique. Avant la guerre, le Yémen figurait déjà parmi les pays les plus exposés aux pénuries d’eau ; les experts avaient tiré la sonnette d’alarme sur l’épuisement des nappes phréatiques dès 2017. La situation s’est largement détériorée depuis la guerre : parallèlement à l’instabilité du pays, à la vacance du pouvoir et à l’expansion du conflit armé, les pompages sauvages des nappes phréatiques se sont multipliés et les régies de l’eau se sont effondrées.
 

De la COP21 à la COP22 : il n’y a que la Méditerranée à traverser

Jonathan Walters's picture
Cette page en : English | العربية
Rabat, Morocco - Arne Hoel l World Bank

La France vient d’accueillir la COP21 et de mener à bien les négociations pour une issue qui a été qualifiée de franc succès : l’Accord de Paris de 2015. Ce texte a obtenu l’adhésion de 196 pays sur un des sujets les plus complexes de notre temps—le changement climatique. Il a réconcilié les intérêts divergents des pays en développement et des pays développés et effacé le clivage Nord-Sud qui est responsable de la difficulté à obtenir un accord sur le climat au cours des vingt dernières années. En comparaison, les négociations sur le commerce international ont l’air facile. La France être fière de ses talents en diplomatie. Chapeau !

La part de responsabilité du changement climatique dans les crises au Moyen-Orient

Mohamed Abdallah Youness's picture
Cette page en : العربية | English
shutterstock l dinosmichail

La conférence sur le changement climatique qui se déroule à Paris confirme les interférences de plus en plus prégnantes entre, d’une part, les menaces à la sécurité « conventionnelle », de nature militaire et concentrées sur les nations, et, d’autre part, les menaces non conventionnelles, qui sont d’ordre environnemental, social et humanitaire et axées sur les sociétés et les individus. Le phénomène du changement climatique est ainsi à l’origine de menaces sécuritaires allant de l’instabilité au terrorisme en passant par les conflits intérieurs.

Le monde perdu de l’île de Socotra n’échappe pas au changement climatique

Ahmad Lajam's picture
Cette page en : English | العربية
Boat trip in Socotra by HopeHill

Je ne me trouvais pas sur l’île de Socotra ni dans la ville d’Aden, au sud du Yémen, lorsque deux cyclones ont frappé cette région à la mi-novembre, mais de nombreux membres de ma famille et beaucoup de mes amis vivent là-bas. Suspendu aux informations, je pensais à l’impact cumulé des catastrophes naturelles et celles d’origine humaine, comme les conflits, sur le Yémen : pourquoi les populations pauvres de ce pays doivent-elles payer le prix fort pour des choses dont elles ne sont pas responsables ou qui parfois ne les concernent même pas ?

Le défi de l’eau en Jordanie

Khetam Malkawi's picture
Cette page en : English | العربية
Ministère de l'eau et de l'irrigation

La Jordanie figure parmi les dix pays les plus déficitaires au monde sur le plan des ressources hydriques renouvelables. Et, malgré cela, la consommation d’eau par les ménages dans leur espace domestique ne fait pas l’objet de mesures d’économies systématiques.

Pourquoi la COP21 est-elle importante pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord ?

Maria Sarraf's picture
Cette page en : English | العربية
Cairo - Yeul l World Bank

Plus de 25 000 personnes se sont rendues au Bourget, dans la banlieue parisienne, pour assister à un événement très attendu : la 21e Conférence des parties sur le changement climatique, la « COP21 ». Quelque 120 chefs d’État et de gouvernement, dont 11 en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (région MENA),  étaient présents aujourd’hui, première journée de la Conférence. Mais de quoi s’agit-il exactement ? 

#YouStink : le hashtag qui mobilise la jeunesse libanaise pour la cause de l’environnement

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية
 Shutterstock/ Nattapol Sritongcom

Le 17 juillet, la décharge de Naamé, au sud de Beyrouth, fermait sous la pression des habitants des localités alentours, exaspérés par l’afflux des déchets provenant de la capitale libanaise et de la région du Mont-Liban. Résultat, et à défaut d’alternative, les ordures ont commencé à s’entasser dans les rues de Beyrouth et des environs.

En Égypte, l’école donne l’exemple pour lutter contre les effets du changement climatique

Mohamed Ashraf Abdel Samad's picture
Cette page en : English | العربية
The Shagara project

Le Moyen-Orient souffre de maux si nombreux (graves difficultés économiques, guerres civiles, groupes extrémistes armés…) que la lutte contre le changement climatique n’y est généralement pas considérée comme une priorité. Mais cela pourrait changer étant donné l’ampleur des problèmes auxquels le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord doivent faire face aujourd’hui à cause du réchauffement de la planète induit par les activités humaines. 

Pages