Syndicate content

Environnement

#YouStink : le hashtag qui mobilise la jeunesse libanaise pour la cause de l’environnement

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية
 Shutterstock/ Nattapol Sritongcom

Le 17 juillet, la décharge de Naamé, au sud de Beyrouth, fermait sous la pression des habitants des localités alentours, exaspérés par l’afflux des déchets provenant de la capitale libanaise et de la région du Mont-Liban. Résultat, et à défaut d’alternative, les ordures ont commencé à s’entasser dans les rues de Beyrouth et des environs.

En Égypte, l’école donne l’exemple pour lutter contre les effets du changement climatique

Mohamed Ashraf Abdel Samad's picture
Cette page en : English | العربية
The Shagara project

Le Moyen-Orient souffre de maux si nombreux (graves difficultés économiques, guerres civiles, groupes extrémistes armés…) que la lutte contre le changement climatique n’y est généralement pas considérée comme une priorité. Mais cela pourrait changer étant donné l’ampleur des problèmes auxquels le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord doivent faire face aujourd’hui à cause du réchauffement de la planète induit par les activités humaines. 

#JournéeDeLaTerre : inondations, sécheresses et chaleur extrême menacent le monde arabe

Maria Sarraf's picture
Cette page en : English | العربية


Si la Terre se réchauffe trop au cours de ce siècle, la vie deviendra plus difficile pour la plupart des habitants de la planète. Mais dans quelle mesure sera-t-elle plus dure pour les personnes qui vivent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA), une région déjà connue pour ses climats chauds et arides ? Quand on parle de changement climatique, on pense généralement hivers rigoureux, étés brûlants, sécheresses prolongées et inondations spectaculaires Pour beaucoup d’entre elles, le changement climatique entraînera la perte des sources de revenus traditionnelles, des migrations forcées et une lutte de tous les jours pour joindre les deux bouts. Cependant, la Journée de la Terre met en lumière le lien qui existe entre l'impact du changement climatique sur la nature et le destin de l'humanité. 

MENA : la crise de l'eau en chiffres

Ghanimah Al-Otaibi's picture
Cette page en : English | العربية
Young boy in a rural area


Alors qu’elle abrite 6 % de la population mondiale, elle ne totalise que moins de 2 % des réserves d’eau renouvelables de la planète. Elle constitue ainsi la région la plus aride du monde en comptant 12 des pays ayant les ressources en eau les plus limitées au monde : Algérie, Bahreïn, Koweït, Jordanie, Libye, Oman, Territoires palestiniens, Qatar, Arabie saoudite, Tunisie, Émirats arabes unis et Yémen.

Des « villes intelligentes » en Afrique du Nord : un débat local sur une tendance mondiale

Mehrunisa Qayyum's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel l World Bank

Lorsque vous passez le comptoir d’enregistrement à l’aéroport international Mohamed V de Casablanca, un affichage numérique vous apprend que l’on a utilisé x quantité d’énergie solaire et économisé x quantité d’énergie grâce à l’installation de panneaux polycristallins qui alimentent la plate-forme de transit. Voilà peut-être de quoi surprendre agréablement une touriste qui n’aura pas encore eu l’occasion de constater d’autres progrès, comme le réseau de tramway de Rabat. Mais pour un citoyen du pays, il y a là matière à réflexion, car le terme « ville intelligente » évoque l’idée d’une amélioration de l’infrastructure et du recours à la technologie. Cependant, dans les pays du Maghreb, les attributs d’une ville « intelligente » sont plus souvent un sujet de discussion qu’une incitation à passer à l’action. 

Le Fonds pour l'environnement mondial et ses multiples impacts

Suiko Yoshijima's picture
Cette page en : English | العربية
 © Dana Smillie / World Bank

Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) est un mécanisme de financement indépendant qui dispose de son propre processus d’examen et d’approbation. Il a formé des partenariats avec plusieurs institutions, dont la Banque mondiale, en vue de la préparation, de la supervision et de l’exécution des projets qu’il finance dans les pays en développement. 

Le tournant de l’énergie propre au Maroc: de la volonté à la réalité

Fanny Missfeldt-Ringius's picture
Cette page en : English | العربية


En 2009, le Maroc a adopté un plan de développement du secteur de l’énergie avant-gardiste en s’engageant à accroître la part des énergies renouvelables pour la porter à 42 % de la capacité nationale en 2020. Aux yeux des autorités, la mise en place d’une politique d’atténuation du changement climatique, reposant sur l’introduction de technologies de production d’énergie propre, va contribuer au développement économique du pays. Vivement préoccupées par la sécurité énergétique du Maroc et sa dépendance aux importations d’énergie, les autorités tablent aussi sur cette approche pour faire en sorte que le pays ne soit plus le plus grand importateur d’énergie du Moyen-Orient. 

Chaque goutte d’eau compte : faire plus avec moins au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Inger Andersen's picture
Cette page en : English | العربية
Interview
L’eau est une ressource rare, il faut la préserver.

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) n’a guère le choix. Elle reçoit seulement 2 % des précipitations annuelles dans le monde et possède 1,2 % des ressources hydriques renouvelables de la planète, ce qui fait de l’eau une ressource particulièrement rare et précieuse dans cette région. Les statistiques sont cruelles : le volume d’eau consommé aux États-Unis s’élève en moyenne à 2 800 mètres cubes par personne ; au Yémen, il est de 100 m3 par personne.

Sur le sentier d’Abraham : randonner au milieu des amandiers en fleurs et des oliveraies pour donner du travail aux femmes et aux jeunes de Palestine

Stefanie Ridenour's picture
Cette page en : English | العربية
Sur le sentier d’Abraham

Imaginez le décor, avec ces oliviers et ces amandiers en fleur à perte de vue, ces prairies luxuriantes et ces petits villages blottis au sommet d’une colline ou au fond d’une vallée. Pour l’ambiance, ce sera l’odeur d’un petit feu que notre guide local a allumé à l’ombre d’un aqueduc millénaire, frais et sombre, pour une pause thé bienvenue. Quant à la nourriture, c’est ce repas savoureux à la fin de notre journée de marche, concocté par une famille du cru. Voici en quelques mots ce que nous avons vécu, avec des collègues de la Banque mondiale, lors de notre randonnée dans le Nord de la Palestine...

La géothermie : un nouveau chapitre pour Djibouti ?

Homa-Zahra Fotouhi's picture
Cette page en : English | العربية

Homa-Zahra Fotouhi - La géothermie : un nouveau chapitre pour Djibouti ?

Lors de mon tout premier entretien avec un représentant du gouvernement, ce dernier m’a demandé ce qu’il en était du soutien de la Banque mondiale à la production d’énergie géothermique et à la prospection, activité nécessaire à l’identification de sources viables. Je dois avouer qu’à l’époque je connaissais assez mal cette technologie. En revanche, j’ai vite appris : à chacune des réunions suivantes, mes interlocuteurs au gouvernement m’interrogeaient sur l’avancement de la préparation du projet géothermique.

Pages