Syndicate content

Protection sociale et main-d`œuvre

Accéder à l'emploi en Tunisie : et si le choix était la solution ?

Heba Elgazzar's picture
Cette page en : English | العربية


Comment accroître l'impact des programmes d'emploi pour les citoyens peu qualifiés et vulnérables ? De manière assez inattendue, un projet mené récemment en Tunisie suggère que le fait d'avoir le choix constitue un facteur essentiel.

L'impact des réfugiés libyens de la classe moyenne en Tunisie

Omer Karasapan's picture
Cette page en : English | العربية
Libyan Flag

Le monde arabe est actuellement le théâtre de mouvements migratoires parmi les plus importants dans l’histoire moderne, avec 14 à 15 millions de réfugiés et de personnes déplacées dans leur propre pays. Cette estimation comprend plus de 10 millions de Syriens, près de deux millions d’Iraquiens déplacés et des centaines de milliers d’autres réfugiés qui ont fui pour la plupart vers la Syrie. À cela s’ajoutent deux millions de Libyens vivant à l’étranger, principalement en Tunisie, et 400 000 autres déplacés sur le sol libyen. La région est en outre sujette à de brusques mouvements de population : en témoigne le retour précipité de centaines de milliers d’Égyptiens qui résidaient en Libye, avec une première vague à l’été 2014, lors de l’intensification des combats, et une seconde, après la décapitation barbare de 21 de leurs compatriotes.

Ce billet a fait l’objet d’une première publication dans Future Development.

Les syndicats d’enseignants peuvent-ils améliorer la qualité de l’enseignement dans le monde arabe ?

Kamel Braham's picture
Cette page en : English | العربية


Dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, et ailleurs dans le monde, les enseignants, qui jouent un rôle central dans les efforts d’amélioration de la qualité de l’enseignement, ne sont pas formellement impliqués dans la conception des politiques et programmes de réforme du secteur de l’éducation.

Moyen-Orient et Afrique du Nord : d’où viendront les emplois ?

Marc Schiffbauer's picture
Cette page en : English | العربية


A former hotel owner in one of the region’s major cities, who wants to remain anonymous, tells a story that should have had a happy ending. Her 40-room hotel was doing well. It had built a reputation for excellent service. She decided to capitalize on her success and expand the business by adding a restaurant. This would have provided her with another revenue steam and allowed her to attract more customers, especially foreign tourists. Apart from expanding her business, the need for new kitchen and wait staff would have meant jobs for the local community. It would also have meant more business for local suppliers of everything from food to tablecloths.

With such a long list of potential benefits, who would want to stand in the way?

Le chômage risque de se traduire dans quelques années par une proportion très élevée de jeunes dans la population égyptienne

Jacob Goldston's picture
Cette page en : English | العربية
 James Martone l World Bank

Après avoir diminué pendant de nombreuses années, les taux de fécondité remontent depuis peu en Égypte. À l’âge de 25 ans, une femme née dans les années 1960 avait en moyenne 1,4 enfant. Un net recul des naissances est ensuite survenu, et cette moyenne est tombée à près de 1,1 enfant par femme pour les femmes nées à la fin des années 1970. Mais depuis, la fécondité est repartie à la hausse, avec, en moyenne, 1,2 enfant par femme pour les femmes nées entre le milieu et la fin des années 1990.

Abandonnez les subventions, créez des emplois !

Heba Elgazzar's picture
Cette page en : English | العربية


Qu’est-ce qu’un homme politique intelligent ? Jeffrey Frankel a son idée. Son récent billet est consacré aux subventions et au piège qu’elles constituent. Tout d’abord, un homme politique intelligent sait qu’il faut abandonner tôt ou tard les mesures qui sont mauvaises. Il en va de même dans le domaine de l’investissement et de la législation du travail. La démocratie économique est une grande et belle chose, mais il faut faire attention à ne pas emprunter de mauvaises pistes.

52 %, chiffre emblématique de la Libye

Heba Elgazzar's picture
Cette page en : English | العربية
 Heba Elgazar

Un Libyen sur deux, soit plus précisément 52 % de la population, est âgé de 24 ans ou moins.

Un combattant rebelle sur deux, soit plus précisément 52 % d’entre eux, était auparavant à la recherche d’un emploi ou étudiant.

Pourquoi ces chiffres sont-ils importants ?

Depuis mon dernier séjour à Tripoli, le conflit qui sévit en Libye est venu jeter une lumière crue sur ces pourcentages. Pourtant en avril dernier, de nouvelles perspectives, que j’évoquerai plus bas, avaient vu le jour. La Libye possède assurément un immense potentiel, du fait de ses ressources naturelles et de sa situation géographique. 

Les jeunes Egyptiens toujours en attente d'emplois

Raghada Abdel Hamed's picture
Cette page en : English | العربية
 World Bank l Kim Eun Yeul

L’éducation et l’emploi sont deux priorités essentielles aux yeux des jeunes Égyptiens. Alors que le pays conjugue ces promesses de changement au futur, les jeunes réclament plus d’emplois et une meilleure éducation maintenant.

Emploi et fécondité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : les mères à la rescousse ?

Farrukh Iqbal's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel

Dans la plupart des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), les nouveaux entrants sur le marché du travail sont confrontés à des structures et à des politiques économiques qui, depuis longtemps, ne produisent plus des emplois en nombre suffisant. Ces dernières années, environ 5 millions de personnes par an ont atteint l’âge de travailler mais seulement 3 millions d’entre elles ont trouvé un emploi. Malheureusement, les troubles politiques actuels, ainsi que les conditions et politiques économiques qui les accompagnent, laissent à penser que le problème du chômage continuera de s’amplifier sur les années à venir.  

Nouvelles technologies, nouveaux temps de travail : vers une stratégie de création d’emplois dans le monde arabe

Kara Schoeffling's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel

Ce n’est un secret pour personne : le taux de chômage des jeunes dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) est le plus élevé du monde, soit près de 30 % selon l’Organisation internationale du travail. Plus d’un jeune sur quatre est privé des moyens qui lui permettraient de prospérer sur le plan économique, les diplômes n’offrant malheureusement aucune garantie d’emploi. En dépit de ces sombres perspectives, une récente étude commandée par le géant des télécommunications qatari, Orredoo, laisse entendre que les jeunes gardent l’espoir d’un avenir radieux, espoir largement nourri par les innovations du XXIe siècle. L’enjeu est d’innover sur le plan technologique et de modifier notre façon de penser le travail afin de motiver les jeunes de la région MENA.

Pages