Syndicate content

exchange

China-Africa Learning: Take-away lessons

Philip E. Karp's picture
Le commerce illégal d'espèces sauvages augmente considérablement le risque de voir des maladies se répandre.


L'épidémie d'Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone continue de se propager malgré les efforts nationaux et internationaux pour la freiner et s’assurer qu’elle ne revienne pas. Au 1er octobre, 3338 personnes sont mortes et 7178 ont été infectés. Plus de personnes ont péri durant cette dernière épidémie d'Ebola que dans l’ensemble des précédentes épidémies du virus sur le continent. Outre le grand nombre de pertes humaines, et le rythme rapide des nouvelles infections, les trois pays les plus touchés souffrent de l’impact économique des restrictions sur le commerce et les déplacements, du manque de nourriture et d’autres effets négatifs. Alors que les travailleurs sanitaires, les organisations sanitaires internationales et les ONG travaillent avec acharnement pour contenir l'épidémie, nous devons aussi penser de façon stratégique aux moyens d’éviter de semblables épidémies à l'avenir. Quel pourrait être le premier pas? Mieux comprendre les origines animales du virus Ebola et d'autres maladies infectieuses afin que nous puissions empêcher qu’une épidémie de ce type ne se reproduise jamais.
 
Ebola est une zoonose – une maladie qui est transmise des animaux aux humains. Dans les épidémies passées, ceci s’est produit lors de la manipulation d’animaux sauvages – tels que des chauves-souris, gorilles, chimpanzés, singes, ou porcs-épics. L'hypothèse pour l’épidémie en cours est que la transmission est venue de chauves-souris, bien qu’une première piste étudiée ait été le trafic de primates passant par les capitales. Au-delà du chemin de transmission précis, il est clair que nous devons examiner les relations humaines avec la faune pour s'assurer que nous sommes protégés contre cette maladie et d'autres futurs risques.

Lessons from China for Africa - my take

David Dollar's picture

Thirty African officials visited China for 12 days in May on a pilot South-South knowledge exchange organized by the Chinese government with assistance from the World Bank.  My colleague, Phil Karp, has written about the program, including the study tour around China that he accompanied.  I met the officials in Beiji

China-Africa learning on development -- lessons for and from all involved

Philip E. Karp's picture

I recently had the pleasure of accompanying a group of 15 senior officials from East and Southern Africa on a field visit to Guangxi Autonomous Region and Guangdong Province.  Prior to the field visit, the officials had spent three days in Beijing at a workshop on China’s development experience.