Syndicate content

Climate Change

Le Sénégal met à l’essai le financement carbone pour fournir l’accès à l’électricité

Kirtan Chandra Sahoo's picture
Cette page en : English | Español
Madame Sokhna Ndaw nous montre son réfrigérateur dans le village de Dioly, basé dans la communauté de Diokoul Mbelbouck dans la région de Kaffrine.

En mars 2016, mes collègues et moi nous sommes rendus dans plusieurs villages dans la région de Kaffrine au Sénégal, où des compagnies privées avaient obtenu des licences commerciales de fourniture d’électricité. Deux faits sont ressortis clairement de nos discussions avec la population locale. Le coût initial du raccordement au réseau était un problème de taille et dans plusieurs cas, le coût de l’électricité fournie par les compagnies privées (ou « concessionnaires ») était plus élevé que celui de la société publique d’électricité dans les zones voisines.

Le rideau se lève sur la plus grande centrale solaire à concentration du monde

Mafalda Duarte's picture
Cette page en : English

Also available in: العربية

 Banque mondiale
Avec une capacité de 500 MW, d'ici 2018 la centrale thermoélectrique de Noor-Ouarzazate devrait fournir de l'électricité à 1,1 million de Marocains. Photo: Banque mondiale


Si vous n’avez jamais entendu parler de l’énergie solaire concentrée, sachez que cette technologie est promise à un bel avenir. Moins connu que d’autres sources d’énergie renouvelable, elle n’en possède pas moins un fort potentiel de développement : selon l'Agence internationale de l’énergie, le CSP (pour concentrated solar power) pourrait être à l’origine de 11 % de la production mondiale d’électricité d’ici 2050. 
 
C’est une révolution qui s’annonce, qui placera les pays émergents et en développement du monde entier sur la voie d’une croissance sobre en carbone. Et le Maroc en a pris la tête : cette semaine, le roi Mohamed VI inaugure officiellement la première phase de ce qui sera à terme la plus grande centrale solaire à concentration du monde — le futur complexe de Noor s’étendra sur une superficie égale à celle de Rabat, la capitale marocaine.
 
En collaboration avec la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, les Fonds d’investissement climatiques (FIC) ont déjà fourni 435 millions de dollars en faveur de ce complexe solaire dont le développement se déroulera en trois phases.