Syndicate content

octobre 2017

Au Sri Lanka, où les filles devancent les garçons

Harsha Aturupane's picture
Cette page en : English
Malgré les preuves que les filles réussissent mieux leur scolarité, une perception générale veut que les garçons soient naturellement plus doués que les filles et que, de ce fait, ils puissent consentir moins d’efforts aux études. (Photo: Harsha Aturupane/ World Bank)


Lorsqu’on parle de l’inégalité entre les sexes dans le système éducatif de pays en développement, surtout en Asie du Sud, on pense automatiquement aux contextes où les filles sont désavantagées par rapport aux garçons. Le cas srilankais nous oblige cependant à repenser nos préconceptions.
 
Tandis que l’écart entre les sexes favorise les garçons dans la plus grande partie de l’Asie du Sud, il semble qu’au Sri Lanka, les filles sont plutôt avantagées. À l’instar de leurs homologues dans la plupart des pays à revenu élevé, les filles sri-lankaises surclassent systématiquement les garçons, qu’il s’agisse du taux de participation ou du taux de réussite scolaire.

Sept recommandations pour mieux mener votre recherche sur le terrain

Kabira Namit's picture
Cette page en : English
Un élève interrogé par une recenseuse à Wewak, Papouasie-Nouvelle-Guinée. (Photo: Kabira Namit / World Bank)


Vous comptez donc vous lancer dans des travaux de recherche sur le terrain ! Qu’il s’agisse d’un essai randomisé contrôlé ou d’une analyse quasi-expérimentale, j’espère que les conseils suivants vous seront utiles…
 
Consacrez le temps et l’effort nécessaires pour recruter et former vos recenseurs. Quelqu’un a dit une fois que la formation des recenseurs est pour 95 pourcent dans la réussite d’une étude menée sur le terrain. À mon avis, ce chiffre sous-estime l’importance de cette phase critique ! L’enthousiasme et la ténacité des recenseurs peuvent avoir un effet multiplicateur sur les efforts consentis lors de l’élaboration du plan de recherche, tout comme le manque d’enthousiasme et de ténacité peuvent les anéantir. En règle générale, il faut au moins une semaine pour former les recenseurs et leur faire tester l’instrument.  Il est bon également de rappeler aux recenseurs l’ambition de l’étude : notre travail commun vise à améliorer, même à petite échelle, les résultats scolaires des enfants de par le monde… et on se doit d’en être fier.  Les étudiants universitaires, encore aux études ou fraîchement diplômés, font d’habitude d’excellents recenseurs, car ils ont encore une passion pour le voyage et les nouvelles découvertes, se sentent plus à l’aise avec les appareils technologiques, sont mieux à même de supporter le travail ardu et peuvent marcher les trois heures supplémentaires qu’il faut pour parvenir à l’école qui, tirée au sort, se trouve au fin fond du territoire. 
 

Les données interactives sur l’éducation sont maintenant au bout des doigts !

Husein Abdul-Hamid's picture
Cette page en : English
Les données interactives sur l’éducation sont maintenant au bout des doigts ! (Photo : Arne Hoel / World Bank)

Les statistiques, on peut les aimer ou les détester, mais il nous les faut pour mesurer et comparer des données et pour ensuite prendre les décisions qui s’imposent. À la Banque mondiale, nous sommes souvent contactés par des chercheurs, étudiants et journalistes qui cherchent des données sur l’éducation. « Le Brésil a-t-il connu une augmentation des effectifs universitaires en 2017 ? À combien s’élèvent les dépenses publiques pour l’éducation dans les pays de la Asie du Sud-Est ? Où peut-on trouver une base de données relative aux projets de la Banque mondiale dans le secteur de l’éducation ? »
 
Notre équipe fait de son mieux pour répondre à ces questions, mais vous pouvez accéder plus facilement et plus rapidement à ces informations en visitant EdStats.  Ce site web, récemment relooké, est le portail de la Banque mondiale pour les données concernant le secteur de l’éducation, et est parmi les sites les plus fréquentés par les experts en éducation de la Banque mondiale et de ses organismes partenaires. Le retour des utilisateurs est particulièrement positif : l’interface rénovée est plus claire, et parfaitement adaptée aux tablettes et mobiles.

Un devoir à remettre: des enseignants édifiants

Jaime Saavedra's picture
Cette page en : Español | English

Jaime, avec des enseignants qui s’engagent en faveur de l’éducation d’enfants vivant en situation de handicap au Dharabi Transitional Municipal School Corporation College (Mumbai, India). (Photo: Marcela Gutierrez Bernal / World Bank)


Mercredi dernier a vu le lancement du Rapport sur le développement dans le monde: apprendre pour réaliser la promesse de l’éducation. Le monde fait face à une crise d’apprentissage.  Dans beaucoup de pays en développement, les apprentissages sont insuffisants, les opportunités d’apprentissage sont inégalement réparties, et les progrès s’accumulent à un rythme trop lent. Que faire pour remédier à cette situation ? Faire en sorte que l’élève commence sa scolarité ayant eu une alimentation et une stimulation adéquates pendant les premières années de sa vie, que l’école, bien dirigée, offre un environnement propice aux apprentissages, que les ressources dont l’école dispose lui permettent de fonctionner avec efficacité, et, ce qui est le plus important, que l’enseignant soit motivé et bien formé.

Améliorer les infrastructures scolaires afin que les élèves apprennent mieux

Janssen Teixeira's picture
Cette page en : English | Română
Une salle de classe à Godineşti, département de Gorj, Roumanie. (Photo: Chiara Amato / World Bank)


Les infrastructures – bâtiments, salles de classe, laboratoires et équipements – constituent des éléments essentiels à l’apprentissage dans nos établissements scolaires et universitaires. Il existe de fortes preuves qu’une infrastructure de haute qualité facilite un meilleur enseignement, renforce les acquis scolaires et réduit l’abandon… entre autres.
 
Une étude récente, menée au Royaume-Uni, montre que des éléments environnementaux et architecturaux des infrastructures scolaires expliquent 16 pour cent de la variation de la réussite scolaire des élèves de l’enseignement primaire. Cette analyse montre par ailleurs que la façon dont une infrastructure scolaire est conçue a un effet sur les processus d’apprentissage en fonction de trois caractéristiques : elle doit être naturelle (ex. luminosité et qualité de l’air), stimulante (ex. couleurs et complexité), et individualisée (ex. flexibilité des espaces d’apprentissage).
 
Quoique les décideurs du secteur éducatif se concentrent de plus en plus sur la qualité de l’éducation et donc sur l’environnement scolaire, beaucoup de pays emploient encore une approche fragmentée dans les décisions concernant l’infrastructure scolaire. En Roumanie, par exemple, ces décisions ont été prises de façon décentralisée et non coordonnée, dans un contexte de besoins ponctuels et de ressources limitées… en l’absence totale de stratégie globale.