MENA : 5 leçons pour améliorer la création d’emplois grâce au commerce

|

Cette page en:

Image
Deux employés dans une usine de verre.
Deux employés dans une usine de verre. Photo : Shutterstock.com/Chachamp

À la suite de la libéralisation des échanges au Moyen‑Orient et en Afrique du Nord (MENA) au début des années 2000, la région a connu un véritable boum économique. Entre 2000 et 2008, les échanges ont fortement augmenté, passant de 61 à 73 % du PIB régional (en excluant les pays à revenu élevé). Pourtant, la pauvreté, les inégalités, les bas salaires, l’économie informelle et la faible participation des femmes au marché du travail ont persisté durant ces années de croissance soutenue. Les gouvernements qui cherchent à promouvoir la stabilité au moyen d’une croissance économique durable et inclusive doivent impérativement améliorer les résultats sur le marché du travail.

La libéralisation des échanges (par la signature et la mise en œuvre d’accords commerciaux notamment) peut être un moteur de croissance économique, comme en témoignent de nombreux exemples à travers le monde. Un nouveau rapport publié par la Banque mondiale, intitulé Exportations : facteurs d’amélioration du marché du travail dans la région MoyenOrient et Afrique du Nord, explique pourquoi l’expansion du commerce international dans la région MENA n’a pas permis d’améliorer la situation sur le marché du travail. Dans ce rapport, nous avons analysé l’évolution des flux commerciaux, la relation entre les chocs commerciaux et la création d’emplois, et le comportement des entreprises face à la libéralisation des échanges. Et pour mettre en lumière les différences au sein de la région MENA, nous nous sommes penchés sur trois pays aux profils variés : l’Égypte, le Maroc et la Tunisie. Les résultats peuvent se résumer ainsi :

  • La conclusion d’accords commerciaux dans la région MENA a entraîné une hausse des échanges. Entre 1990 et 2019, les trois pays ont signé de nombreux accords commerciaux régionaux et abaissé les droits de douane, ce qui a entraîné une augmentation des flux commerciaux. Entre 1998 et 2022, par exemple, l’Égypte et le Maroc ont mis en œuvre sept accords commerciaux régionaux (ACR) chacun, et la Tunisie quatre. Comme on pouvait s’y attendre, la croissance économique a suivi la progression des flux commerciaux.
  • Mais le commerce n’a pas nécessairement donné lieu à une amélioration des résultats sur le marché du travail. Malgré les conséquences positives des nombreux ACR sur la croissance économique, le marché du travail ne s’est pas amélioré comme anticipé en Égypte, au Maroc et en Tunisie. L’évolution des flux commerciaux et la signature de nouveaux accords produisent des gagnants et des perdants. 

Le chômage reste élevé, en particulier chez les femmes et les jeunes. Comme le révèle le rapport, la hausse de la demande extérieure a été concentrée dans des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre masculine, ce qui a limité les possibilités d’emploi pour les femmes. Au Maroc et en Tunisie, les politiques commerciales ont réduit les activités informelles, mais ont dissuadé les femmes de rejoindre le marché du travail. Alors que la hausse des exportations a favorisé l’emploi en Égypte, les salaires réels ont baissé et on n’a pas observé d’amélioration significative sur le plan de l’informalité ou de la participation des femmes au marché du travail. En outre, d’après les estimations pour la Tunisie, une augmentation d’un milliard de dollars de l’ouverture aux exportations s’accompagne d’une diminution moyenne de 6,8 points de pourcentage du taux d’emploi des femmes par rapport à celui des hommes.

Les conclusions du rapport concordent avec les indicateurs globaux faisant état d’un accès aux opportunités d’emploi bien moindre chez les femmes de la région MENA que dans les autres régions en développement (voir figure 1). On peut principalement avancer deux explications :

  1. Les exportations ont favorisé les secteurs à forte intensité de main‑d’œuvre masculine.
  2. La segmentation sexuelle des métiers et des secteurs d’activité crée des obstacles qui limitent la capacité des femmes à accéder à des secteurs en expansion et à tirer parti de la croissance des exportations.



Les pays peuvent toutefois créer des marchés du travail plus inclusifs et plus durables s’ils mettent en œuvre les politiques ciblées présentées dans le rapport, en s’attaquant au chômage, aux biais sexistes et à la répartition inégale des bénéfices du commerce international :

  1. Poursuivre l’expansion des échanges : Puisque les accords commerciaux semblent fonctionner, il convient d’encourager l’élargissement du portefeuille d’accords pour les partenaires de la région MENA. L’intégration commerciale régionale est essentielle, car plus la distance augmente, moins les accords commerciaux sont efficaces.
  2. Réduire la segmentation sexuelle et les biais sexistes dans les secteurs d’activité et les métiers : Les réformes devraient viser à créer un environnement favorable qui permette aux femmes d’accéder à un plus grand nombre de secteurs et de possibilités d’emploi. La réduction de la segmentation sexuelle des marchés du travail peut permettre d’atténuer les effets des chocs de demande étrangère sur les inégalités entre les hommes et les femmes. En effet, si les secteurs d’activité n’étaient pas segmentés au départ, les chocs extérieurs n’auraient pas d’effets différenciés selon le sexe. Par exemple, les secteurs qui se sont développés au moment de la libéralisation du commerce étaient plutôt capitalistiques, ce qui nécessite souvent une formation plus poussée dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM). Subventionner l’éducation et la formation des femmes à ces compétences dans les secteurs exportateurs à forte demande peut permettre de faire tomber les barrières et de diffuser plus largement les bénéfices des accords commerciaux.
  3. Réduire les coûts d’ajustement pour les travailleurs en activité, en particulier les femmes : Les femmes ont été confrontées à une baisse relative de la demande sur le marché du travail lorsque les secteurs à forte intensité de main‑d’œuvre féminine ont subi une concurrence accrue des importations et une diminution de la demande d’exportations. Nombre d’entre elles ont alors préféré quitter le marché du travail plutôt que de se tourner vers d’autres secteurs. Ce constat laisse à penser que les coûts de transition d’un secteur ou d’un métier à l’autre sont élevés pour les travailleuses en activité. Une réduction de ces coûts les aiderait à tirer parti de l’évolution de la demande extérieure et contribuerait à diffuser plus largement les avantages des accords commerciaux. Parmi ces mesures figurent notamment l’aide à la recherche d’emploi (information), la formation et d’autres politiques actives du marché du travail.
  4. Approfondir les réformes pour maximiser les bénéfices des échanges : Pour tirer pleinement parti des avantages du commerce, les pays doivent entreprendre des réformes plus profondes : améliorer l’environnement des affaires, abaisser les barrières à l’investissement (en particulier pour les investissements directs étrangers), réduire les coûts pour la régularisation des entreprises informelles et rendre le secteur privé plus attractif que le secteur public en termes de salaires et de sécurité de l’emploi. Ces réformes aideront les pays à s’intégrer dans les chaînes de valeur mondiales et à promouvoir les industries à forte intensité de main‑d’œuvre.

Auteurs

Nadir Mohammed

Directeur régional Croissance équitable, finance et institutions pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

Roberta Gatti

Chief Economist, Middle East and North Africa, World Bank Group

Gladys Lopez-Acevedo

Économiste principale, pôle mondial Pauvreté et équité, Banque mondiale

Raymond Robertson

Professeur d'économie, Bush School of Government and Public Service

Prenez part au débat

Serge NGANDU
08 septembre 2023

1. Promouvoir le commerce équitable : Encourager les échanges commerciaux basés sur des principes de justice sociale, de respect des droits des travailleurs et de protection de l'environnement.

2. Investir dans la formation : Mettre en place des programmes de formation professionnelle pour les travailleurs afin de les rendre plus compétitifs sur le marché du travail.

3. Favoriser l'entrepreneuriat : Soutenir les entrepreneurs en leur fournissant des ressources, des formations et des financements.

4. Renforcer les chaînes de valeur locales : Promouvoir l'intégration des (PMEs) dans les chaînes de valeur mondiales en facilitant leur accès aux marchés internationaux.

5. Favoriser la diversification économique : Pour réduire la dépendance à un seul secteur

En mettant en œuvre ces leçons, les gouvernements et les acteurs du commerce peuvent contribuer à créer des emplois de qualité, à réduire la pauvreté et à favoriser le développement économique durable.

SIDIBE
08 septembre 2023

Bonjour

Je sollcitie une interview avec M. Nadir Mohammed, Directeur régional Croissance équitable, finance et institutions pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au compte du journal l'Opinion (lopinion.ma). Cordialement

KOUAME ASSOUAN JEAN ARNAUD
08 septembre 2023

C'est encourageant toutes ces reformes.Cependant je souhaite qu'il y ait Il faut un reel engagement de la part de nos dirigeant Africains.

Mohammed SABEK
08 septembre 2023

L'éducation est à la fois importante cause et vertueuse solution au phénomène endémique du chômage. En effet, l'analphabetisme, la sous-qualification et l'absence ou le manque de compétences transversales et relationnelles influent négativement sur l'emploi.
Par ailleurs, L'éducation, comme ressource immatérielle et non-quantitative, doit préparer les jeunes autant à la science, l'emploi que la vie. Le progrès est tributaire plus à la somme des comportements positifs des l'individus dans la société notamment matière d'équité, d'efforts et de respect que de la quantité des connaissances ingurgitées.
Les éléments d'analyse et les mesures préconisées dans cette article sont pertinents. Ils peuvent guider les concepteurs de curricula et de politiques éducatives. Les articles des auteurs de la BM sont aussi une source didactique pour l'enseignement. Merci pour votre attention.

𝐘𝐨𝐮𝐬𝐬𝐨𝐮𝐟 𝐁𝐞𝐫𝐭𝐡𝐞
24 octobre 2023

𝐁𝐨𝐧𝐣𝐨𝐮𝐫
𝐜'𝐞𝐬𝐭 𝐦𝐢𝐞𝐮𝐱 𝐪𝐮𝐞 𝐧𝐨𝐬 𝐝𝐢𝐫𝐢𝐠𝐞𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐬'𝐞𝐧𝐠𝐚𝐠𝐞𝐧𝐭, 𝐬𝐮𝐫𝐭𝐨𝐮𝐭 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐫𝐞𝐝𝐮𝐢𝐫𝐞 𝐥𝐞 𝐭𝐚𝐮𝐱 𝐝𝐞 𝐜𝐡𝐨𝐦𝐚𝐠𝐞.𝐏𝐨𝐮𝐫 𝐜𝐞𝐥𝐚 𝐢𝐥 𝐟𝐚𝐮𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐟𝐨𝐫𝐦𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐜𝐨𝐧𝐭𝐢𝐧𝐮𝐞 𝐞𝐭 𝐩𝐫𝐨𝐟𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧𝐧𝐞𝐥, 𝐟𝐢𝐧𝐚𝐧𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐬𝐮𝐫𝐭𝐨𝐮𝐭 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐥𝐞 𝐦𝐢𝐥𝐢𝐞𝐮 𝐫𝐮𝐫𝐚𝐥.