Syndicate content

février 2019

Les avancées vers l’égalité entre les sexes : un nouvel indice passe au crible les réformes juridiques qui favorisent l’inclusion économique des femmes

Sarah Iqbal's picture

Trouvez-vous que le monde a fait des progrès en matière d’égalité des droits des femmes au travail ? Le dernier rapport Les Femmes, l’Entreprise et le Droit 2019 : une décennie de réformes (a) apporte un éclairage déterminant sur cette question, en se focalisant sur la loi. Car si la parité femmes-hommes exige, pour se concrétiser, le déploiement dans le temps d’un large éventail de mesures, les aspects juridiques et réglementaires constituent une première étape fondamentale pour favoriser la participation des femmes à l’activité économique.

Ce que mesure le nouvel indice

Le rapport présente un nouvel indice, construit autour de huit indicateurs qui couvrent tous les jalons de la vie professionnelle d’une femme et constituent des facteurs déterminants pour sa situation économique : déplacements, accès à l’emploi, rémunération, mariage, maternité, gestion d’entreprise, gestion d’actifs et prestations de retraite.

Les huit indicateurs mesurant l’influence des lois tout au long de la vie professionnelle des femmes

Source : Les Femmes, l’Entreprise et le Droit 2019 : une décennie de réforme

Si par exemple une femme ne peut pas quitter son domicile sans autorisation, peut-elle véritablement chercher un emploi ou se présenter à un entretien d’embauche ? En cas d’embauche, devra-t-elle quitter son travail si elle se marie ou si elle a des enfants ? Si tel n’est pas le cas, devra-t-elle accepter un emploi moins bien rémunéré pour concilier travail et famille ?

Teach : le changement ne fait que commencer

Ezequiel Molina's picture



Le 31 janvier 2019, à l’occasion du lancement de la Plateforme mondiale pour la réussite des enseignants, nous avons officiellement présenté Teach, un nouvel outil de la Banque mondiale conçu pour observer « ce qui se passe en classe » et évaluer les pratiques d’enseignement. Nous avons reçu depuis de nombreux messages et commentaires en ligne (voir ici et ici) de la part d’enseignants (Argentine, Colombie, Équateur, République dominicaine, Inde, Pérou, El Salvador), de responsables publics (Côte d’Ivoire, Colombie, Équateur), d’ONG (Jordanie, Libéria, Guatemala) et de chercheurs (Brésil, Philippines, Porto Rico, Sénégal, Pérou, Venezuela). Ces réactions portent pour la plupart sur deux grandes questions : 1) comment mettre en place l’outil Teach ? et 2) comment l’utiliser pour aider effectivement les enseignants et améliorer leurs pratiques d’enseignement ? Ce billet tente de répondre à ces interrogations. Si vous avez d’autres questions, nous vous invitons à consulter notre page web ou à adresser un courrier électronique à [email protected].

Les financements mixtes, une clé pour l’accès au logement en Afrique de l’Ouest

Martin Spicer's picture
Logements en cours de construction.  © John Hogg/Banque mondiale


L’accès à des logements abordables constitue un immense défi dans toute l’Afrique de l’Ouest, où moins de 7 % des ménages sont en mesure d’accéder à la propriété. La situation est particulièrement critique dans les huit pays qui constituent l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, où la demande de logements décents est largement supérieure à l’offre.

Mais les choses s'améliorent aujourd’hui dans la région : un nouveau dispositif mis en place par le Groupe de la Banque mondiale aide des milliers de ménages à accéder à des prêts pour enfin réaliser leur rêve d’accession à la propriété. 

Le défi de la mobilite urbaine à Abidjan

Jacques Morisset's picture

On me demande souvent comment je vois l’avenir économique de la Côte d’Ivoire. Une de mes certitudes est que le pays sera urbain. Déjà plus de la moitié de sa population vit en ville et cette proportion devrait atteindre deux tiers en 2050, notamment avec l’expansion d’Abidjan qui abritera plus de 10 millions d’habitants.

Bamako Un moteur de croissance et de prestation de services

Sameh Wahba's picture
 

Bamako, capitale du Mali, domine le paysage urbain et économique du pays et est le centre névralgique de son économie. Elle a tout intérêt à devenir une ville productive et vivable. En l’état actuel des choses, elle est loin de donner au potentiel dont elle dispose sa pleine mesure. La ville n’est un moteur ni de croissance ni de prestation de services. Son développement urbain est fragmenté, ce qui constitue une entrave aussi bien pour la productivité – en restreignant les possibilités de rapprocher les personnes et les emplois – que pour la qualité de vie – en faisant grimper les coûts des infrastructures urbaines et de la prestation de services. Si la forme urbaine de la ville continue à se consolider de manière plutôt anarchique et fragmentée sur le plan spatial, Bamako et ses habitants se retrouveront prisonniers d’une urbanisation peu productive d’un point de vue économique et social. La résolution des problèmes de développement urbain dans la capitale aura des retombées sur le développement économique du pays.

Pour 800 millions de personnes dans le monde, le handicap est un enjeu essentiel du développement

Kristalina Georgieva's picture
 Flore de Préneuf/Banque mondiale/CC BY-NC-ND
Des hommes et des femmes à l’entrée d’une école qui accueille
des personnes handicapées en Roumanie. 
Crédit photo : Flore de Préneuf/Banque mondiale/CC BY-NC-ND
Lors du récent Forum économique mondial (a) de Davos, la question des inégalités dans le monde est souvent revenue dans les débats. Comment, se sont demandés les délégués, pouvons-nous combler l’écart abyssal qui sépare les 1 % les plus riches de la population mondiale et tous ceux qui sont en bas de l’échelle ?

Des données au service du développement : pourquoi il faut investir dans les données, les populations et les idées

Haishan Fu's picture
© Shutterstock
© Shutterstock
Nous savons que la disponibilité de données de qualité sur le développement est fondamentale pour définir des politiques pertinentes, pour répartir judicieusement les ressources et pour assurer l’efficacité des services publics. Malheureusement, alors que les nouvelles technologies permettent d’obtenir toujours plus de données et de les exploiter davantage, il reste beaucoup de zones d’ombre sur la carte mondiale des données.

Faciliter l’accès des femmes et des filles aux carrières scientifiques

Eliana Rubiano-Matulevich's picture

 

L’éducation joue un rôle déterminant pour permettre aux jeunes de réaliser leur potentiel, ce qui exige d’améliorer l’accès à l'éducation à la fois sur le plan quantitatif et qualitatif. À cet égard, l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM) est fondamental, non seulement pour répondre aux besoins de main-d’œuvre de demain, mais aussi pour former des chercheurs et des innovateurs qui contribueront à résoudre des problèmes a priori insolubles.
 
La sous-représentation des femmes et des filles dans les filières scientifiques est souvent soulignée, mais les données sur l’accès à l’éducation et sur sa qualité montrent que la situation est plus nuancée qu’il n’y paraît.

Hacker les politiques publiques, ou une approche délibérative pour aider les gouvernements d'Afrique de l'Ouest à élaborer de meilleures politiques

Alexandre Laure's picture
Cette page en : English


Que se passerait-il si vous mettiez tous les acteurs de l'écosystème entrepreneurial – fondateurs de start-ups, codeurs, étudiants, investisseurs et décideurs politiques – dans une seule pièce et facilitiez un dialogue ouvert sur l'amélioration de l'environnement des entreprises ? C'est exactement ce que la Banque mondiale a fait pendant une série de « policy hackathons »organisés dans toute l'Afrique de l'Ouest et plus récemment au Sénégal.

Cameroun : cinq mesures pour aligner les dépenses publiques sur la Vision 2035

Rick Emery Tsouck Ibounde's picture


Le Cameroun aspire à rejoindre, d’ici 2035, le groupe des nations industrialisées à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, avec de faibles taux de pauvreté, une croissance économique soutenue et une démocratie consolidée. Élaboré par le gouvernement dans ce but, le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi table sur un taux annuel de croissance du PIB de 5,5 % et la création de milliers d’emplois formels chaque année. Fort d’une économie relativement plus diversifiée que ses voisins de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, plus dépendants du pétrole, le Cameroun semblait, du moins jusqu’au milieu de cette décennie, en bonne position pour concrétiser ses objectifs. Mais une conjoncture extérieure moins favorable et des contraintes internes menacent les ambitions de développement du pays, où le taux de pauvreté reste élevé, à 37,5 % en 2014.


Pages