Bienvenu NTSOUANVA (non vérifié)

janvier 12, 2018

J'ai vraiment apprécié le contenu de cet article et la problématique abordée. En ma qualité d'agent technique de terrain, j'ai eu à faire l'expérience des "Champs Écoles de Producteurs" au Congo-Brazzaville. Cette approche participative a captivé les bénéficiaires du projet par ce que les thématiques abordées dans les curricula de formation relèvent du vécu des producteurs.
Cependant, cette expérience a aussi révélé les faiblesses des systèmes de production en Afrique, qui sont principalement dues: au faible niveau d'organisation des producteurs et à l’inadéquation Recherche-vulgarisation. La recherche agricole dans nos pays abordent souvent des thèmes savants qui n'ont aucun lien avec les désidératas des producteurs, alors que beaucoup des sujets spéciaux des CEP devraient faire l'objet de recherche développement. Dans les CEP, le chercheur, le vulgarisateur et les autres intervenants travaillent ensemble pour satisfaire les producteurs et la cohésion sociale (jeunes-vieux; femmes-hommes) est au cœur de leur système de fonctionnement.
A mon humble avis, les CEP ont beaucoup d'atouts pour contribuer à améliorer les systèmes de vulgarisation en Afrique.
Par ailleurs, grâce aux TIC les bénéficiaires du projet, bien que celui-ci a déjà été clôturé, ont continué à échanger jusqu'à arriver à mettre en place un réseau des CEP.
Je suis donc très intéressé d'en savoir davantage afin d'intégrer les TIC dans les pratiques CEP.