Service national de la jeunesse et avenir de l’économie numérique au Nigeria

|

Cette page en:



L’économie numérique, d’après Wikipédia, est une économie qui repose sur les technologies informatiques et numériques. Au Nigeria, on s’attend à ce que l’économie numérique génère 88 milliards de dollars et trois millions d’emplois pour les citoyens d’ici 2021. Désormais la question qui brûle les lèvres est la suivante : « Comment préparer les jeunes à cette économie numérique émergente ? »

Eh bien, nous ne sommes peut-être pas préparés à l’heure actuelle, mais le Service national de la jeunesse (National Youth Service Corps, NYSC) constitue en tout cas la pépinière idéale pour préparer les jeunes à l’avenir numérique du monde du travail.

Chaque année, le NYSC voit s’inscrire au moins 250 000 jeunes diplômés désireux d’acquérir une expérience professionnelle tout en servant dans des régions qui leur sont inconnues. Et pourtant, les décideurs n’ayant pas encore saisi son potentiel, ce programme n’est pas mis à profit comme il le devrait.

Pour rompre avec cet état de choses, mon idée est de créer une plateforme numérique destinée aux membres du NYSC pour qu’ils puissent s’inscrire en tant qu’Ambassadeurs de l’économie numérique (AEC). Cette plateforme apportera des opportunités de réseaux et de financements, des ressources d’apprentissage et des stratégies spécifiques pour que les membres du NYSC puissent promouvoir la numérisation durant leur année de service national.

Mise en œuvre

Pour assurer la promotion de l’économie numérique et la préparation à l’avenir du monde du travail, les ambassadeurs du NYSC pourront employer divers moyens :

  • Enseigner les outils numériques : La majorité des membres du NYSC sont affectés par l’État à des postes d’enseignement dans des établissements primaires et secondaires de tout le pays. Cela leur fournit une occasion en or de transmettre à leurs élèves une connaissance du monde numérique. Ces enseignants du NYSC peuvent également créer des clubs dans les établissements où ils sont affectés. À travers eux, les membres du NYSC pourront préparer les jeunes élèves à l’économie numérique en utilisant les ressources d’apprentissage disponibles sur la plateforme des AEC.
  • Lancer des projets numériques : Pendant leur année de service national, les membres du NYSC sont encouragés à entreprendre des projets individuels. C’est un excellent moyen de démarrer des projets portés sur le numérique. Par exemple, lors de ma propre année de service national, j’ai initié un programme sur mon lieu de travail, le « Zeb Internship program ». Grâce à lui, j’ai assuré des formations sur des logiciels auprès de stagiaires universitaires afin qu’ils restent compétents dans les métiers de l’urbanisme. Les membres du NYSC doivent être prêts à innover dans des projets d’impact similaire, lors de leur année de service.
  • Affûter leurs compétences numériques : Le NYSC possède un programme appelé Acquisition de compétences et développement de l’entrepreneuriat (SAED). Le SAED propose de nombreuses formations : TIC, sciences de l’ingénieur... Or il existe un besoin de mettre davantage de compétences numériques à la disposition des membres du NYSC et de les rendre plus attrayantes à leurs yeux. La plateforme des Ambassadeurs de l’économie numérique (AEC) fournira le contexte théorique qui sous-tend les compétences enseignées par le programme SAED et guidera les membres du NYSC pour qu’ils fassent des choix éclairés et pertinents.
  • Créer des start-ups dans le domaine numérique : À la fin de l’année de service national, l’État propose des prêts à taux zéro aux membres du NYSC qui ont des idées d’entreprise intéressantes. Pour les membres du NYSC, c’est une opportunité de financement toute trouvée. Ils pourront mettre en place des entreprises numériques qui créeront des emplois et stimuleront directement l’économie numérique du pays. La plateforme des AEC apportera également une liste régulièrement mise à jour d’autres opportunités de financement disponibles et de réseautage afin que les membres du NYSC puisse fonder des entreprises à plusieurs.

Si l’État, le secteur privé et surtout la jeunesse répondent à l’appel et mettent en œuvre comme il se doit les stratégies que j’ai exposées, alors le NYSC aura le potentiel d’impliquer environ un million de jeunes Nigérians et de les préparer, en matière de numérique, pour l’avenir du monde du travail de 2021.

Auteurs

Damilola Adeniran

Lauréat du concours régional Blog4Dev 2019 au Nigéria, organisé par la Banque mondiale.

Prenez part au débat