Syndicate content

Burundi

Félicitations aux premiers diplômés du « Certificat en journalisme du développement »

Haleh Bridi's picture
Cette page en : English

Lorsque que je travaillais en Afrique, j’ai souvent remarqué que beaucoup de journalistes n’avaient pas reçu de formation spécifique en matière de développement. Cela pouvait parfois les empêcher de bien appréhender les problématiques liées au développement, et par extension, d’informer le public sur les choix et les activités de développement mis en œuvre dans les différents pays. Mon équipe et moi avons donc eu l’idée d’aider les journalistes à mieux se former sur les enjeux du développement de leur continent, pour leur permettre de « changer l’approche narrative de l’Afrique ».

C’est pour contribuer à ce changement que la Région Afrique de la Banque mondiale a mis en place avec succès une approche innovante : un cours en ligne et gratuit pour 100 journalistes d’Afrique francophone sélectionnés sur dossier.

 

Blog4Dev Burundi : changeons de mentalité, évoluons !

Bernice Nasangwe's picture
Cette page en : English
Photo: Sarah Farhat/Banque mondiale

« Pour réussir dans la vie, il te faudra bien étudier, obtenir ton diplôme avec mention pour qu’enfin tu puisses décrocher un travail bien payé », voilà ce que mon père me répétait constamment. Dans mon esprit de jeune fille tout était clair : un diplôme avec mention déboucherait automatiquement sur un travail procurant un revenu aussi élevé que celui de Bill Gates.

Susciter la passion et exploiter la technologie : deux moteurs incontournables du développement !

Christian Niyomwungere's picture
Cette page en : English



Je m’appelle Christian Niyomwungere et serai bientôt diplômé de l’université du Burundi. C’est là-bas, pendant mes années d’études, que j’ai pris conscience du problème de l’emploi.

Consolider la paix et le développement, faire ses adieux à un grand homme

Makhtar Diop's picture
Cette page en : English
 À l’heure où nous songeons à ce que l’année nouvelle réserve à l’Afrique, le lien indissociable entre paix et développement me semble plus que jamais évident.
 
Début décembre, j’ai assisté au sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique qui réunissait 53 dirigeants de pays africains,  les représentants des Nations-Unies, de l’Union africaine et l’Union européenne. Nous avons évoqué avec franchise les moyens de maintenir et favoriser la paix sur le continent.
 

Pleins feux sur l’Afrique : promesse tenue

Makhtar Diop's picture
Cette page en : English
Le projet de centrale hydroélectrique des Chutes du Rusumo : Fournir plus d'électricité dans la région des Grands Lacs en Afrique

En mai dernier, j'ai accompagné le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim et le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon durant leur visite à caractère historique dans la région des Grands Lacs en Afrique.  
 
Dans cette région épuisée par la guerre, nous avons vu à chacune de nos étapes, en ville comme à la campagne, des familles engagées dans une longue lutte pour maintenir la paix, trouver des emplois, nourrir et éduquer leurs enfants et leur offrir une vie meilleure.  

Les leçons de ce voyage historique

Makhtar Diop's picture



​ENTEBBE (Ouganda) - Nous arrivons au terme d’un voyage historique dans la région des Grands Lacs tant pour le Groupe de la Banque mondiale, présidé par Jim Yong Kim, que pour l’ONU, dirigée par le secrétaire général Ban Ki-moon. Ce voyage a été fascinant parce qu’il s’agissait de la première fois que les dirigeants de ces deux organisations se rendaient ensemble en Afrique. Regardez cette vidéo pour comprendre mon enthousiasme et mon optimisme quant à l'avenir de la région. 

Un voyage historique et porteur d’espoir pour les Grands Lacs

Makhtar Diop's picture

video platformvideo managementvideo solutionsvideo player

Dans cette vidéo, Makhtar Diop, vice-président pour la région Afrique de la Banque mondiale, explique, alors qu’il traverse le fleuve Congo, pourquoi ce voyage du président de la Banque mondiale et du secrétaire général des Nations Unies, est une occasion historique de renforcer le processus de paix dans la région.