Syndicate content

OMD 5 : Malgré les progrès accomplis, améliorer la santé maternelle reste un défi

Haruna Kashiwase's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية | Español

Ce billet, qui s'appuie sur les données de l'édition 2015 des Indicateurs du développement dans le monde, est le cinquième d'une série consacrée aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).
 
L'objectif du Millénaire pour le développement n° 5 est d'améliorer la santé maternelle. La mesure et cible de cet objectif consiste à « réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle » et à « rendre l'accès à la médecine procréative universel d'ici à 2015 ».
 
En 2013, 99 % des 289 000 décès maternels dans le monde se sont produits dans les pays en développement

La probabilité de mourir en couches est largement plus élevée en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne

Selon l'OMS, chaque jour, environ 800 femmes perdent la vie avant, pendant ou après leur accouchement. En 2013, plus de la moitié du total des décès maternels se sont produits en Afrique subsaharienne, et environ un quart en Asie du Sud.

Les pays de ces deux régions ont néanmoins fait d’importants progrès en matière de réduction du taux de mortalité maternelle. En Asie du Sud, celui-ci a chuté de 550 pour 100 000 naissances vivantes en 1990 à 190 en 2013, soit une réduction de 65 %. En Afrique subsaharienne, où ces taux sont plus de deux fois supérieurs à ceux enregistrés en Asie du Sud, ils ont également chuté de près de 50 % sur la même période.

Si ces réussites sont impressionnantes, le recul des taux de mortalité maternelle est plus lent que la cible fixée par les OMD, à savoir une réduction de 75 % sur la période 1990-2015. En dehors d'une poignée de pays, aucune région en développement ne devrait, en moyenne, atteindre ce résultat. Toutefois, le taux de réduction annuel moyen s'est accéléré, passant de 1,1 % sur la période 1990-1995 à 3,1 % entre 2005 et 2013.

Le risque de décès maternel encouru par une femme tout au long de sa vie peut être jusqu'à 100 fois supérieur dans les pays en développemen

La réduction des risques encourus par les mères

Le taux de mortalité maternelle est une estimation du risque de décès maternel à chaque naissance, ce risque étant amplifié à chaque grossesse. Comme les femmes des pays pauvres ont davantage d'enfants, dans des conditions plus risquées, le risque de décès au cours de leur vie peut être au moins 100 fois plus élevé que pour les femmes des pays à revenu élevé.

L'amélioration des systèmes de soins et la baisse des taux de fécondité ont réduit ce risque dans toutes les régions. Pourtant, en 2013, les femmes d'Afrique subsaharienne âgées de 15 à 49 ans restaient confrontées à un risque de mourir en couches de 2,6 %, en recul par rapport aux plus de 6 % observés en 1990. Au Tchad et en Somalie, deux États fragiles, le risque de mortalité maternelle au cours d’une vie reste supérieur à 5 %, ce qui signifie qu'en moyenne, une femme sur 20 décède en couches.


Adopter une approche globale de la santé génésique des femmes

Chaque mère nécessite des soins

La réduction de la mortalité maternelle nécessite une approche globale de la santé génésique des femmes, en commençant par la planification familiale et l'accès à la contraception. Dans les pays pour lesquels des données sont disponibles, plus de la moitié des femmes mariées ou vivant maritalement utilisent une méthode de contraception. Néanmoins, environ 225 millions de femmes souhaitent retarder ou mettre un terme à leur grossesse, mais n'ont pas recours à des méthodes efficaces de planification familiale (FNUAP et Institut Guttmacher).

Nombre de problèmes de santé qui touchent les femmes enceintes sont évitables ou traitables par le biais de consultations prénatales auprès de professionnels de santé qualifiés. L'un des aspects essentiels de la réduction de la mortalité maternelle est de fournir du personnel de santé qualifié pour assister les accouchements et d'améliorer l'accès aux soins en milieu hospitalier. En Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, seule la moitié des naissances sont assistées par des médecins, des infirmières ou des sages-femmes qualifiées.

Indicateurs et codes utilisés dans ce billet :
Taux de mortalité maternelle - SH.STA.MMRT
Risque de décès maternel au cours d'une vie - SH.MMR.RISK.ZS
Naissances assistées par du personnel de santé qualifié - SH.STA.BRTC.ZS  

Références :
FNUAP et Guttmacher Institute, 2014, Adding It Up 2014: The Costs and Benefits of Investing in Sexual and Reproductive Health (a)
OMS, 2014, « Mortalité maternelle » - Aide-mémoire N° 34


Vos questions et commentaires (soumis à modération)