Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Afrique

Enquête au Népal et au Sénégal : que deviennent les femmes quand les hommes quittent les exploitations agricoles ?

Anuja Kar's picture
Cette page en : English | العربية | Español

Kofi Annan en était convaincu : « aucun instrument de développement n’est plus efficace que l’autonomisation des femmes ». Et cela s’applique incontestablement à l’agriculture : il ne peut y avoir de croissance agricole durable et de transformation rurale équitable sans des femmes autonomes et responsables. En juin 2018, nous avons publié un rapport dans lequel nous analysons l’exode rural des hommes et ses conséquences sur le quotidien et les moyens de subsistance des femmes qui, elles, restent pour exploiter les terres. Premier d’une nouvelle collection de rapports sur la question, cet opus exploite des données d’enquête originales afin de réunir des éléments solides concernant l’impact de cette émigration rurale sur les femmes.

Pourquoi est-ce si important ? À l’échelle planétaire, les migrations soulèvent des enjeux de développement importants et sont, dans de nombreux pays, étroitement associées à l’agriculture. Selon les éléments disponibles, ce sont avant tout les hommes qui abandonnent le monde rural — un phénomène susceptible de peser fortement sur la situation socioéconomique dans les zones rurales et, notamment, sur la répartition traditionnelle des rôles entre les sexes. À partir de données d’enquêtes comparables conduites au Népal et au Sénégal entre août et novembre 2017, le rapport étudie l’impact du départ des hommes des zones rurales, essentiellement agricoles, sur le travail et l’autonomisation des femmes dans le secteur de l’agriculture et au sein des ménages.
 

L’indice du capital humain fait déjà bouger les lignes

Jason Weaver's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية
Des élèves de l'école primaire Zanaki à Dar es Salaam, Tanzanie. © Sarah Farhat/Banque mondiale


En octobre dernier, le Groupe de la Banque mondiale a dévoilé son tout premier indice du capital humain, un nouvel outil qui mesure la contribution de la santé et de l’éducation à la productivité de la prochaine génération d’un pays.

Cet indice cherche à répondre à la question suivante : « Quel capital humain un enfant né aujourd’hui est-il susceptible d’atteindre d’ici ses 18 ans, compte tenu des risques liés à la médiocrité des services de santé et d’éducation dans son pays ? ». À l’échelle mondiale, 56 % des enfants nés aujourd’hui seront privés de plus de la moitié de leurs revenus potentiels à l’âge adulte parce que les États et autres parties prenantes ne consentent pas les investissements nécessaires pour se doter d’une population éduquée, résiliente et bien portante, prête pour le monde du travail de demain.

Deux mois se sont écoulés depuis, et voici en quelques lignes les premiers progrès accomplis.

La lutte contre le changement climatique dans les pays les plus pauvres

Axel van Trotsenburg's picture
Paysage rural au Burundi. © Sarah Farhat/Banque mondiale

Comment aider les pays les plus pauvres à lutter contre le changement climatique ? Le défi est de taille.

Conscient qu’il est urgent d’intensifier les interventions, le Groupe de la Banque mondiale vient d'annoncer des cibles nouvelles et ambitieuses pour l'action climatique que nous menons avec les pays en développement. Nous venons non seulement de réaliser avec deux ans d’avance l’objectif de financements alloués à l’action climatique que nous nous étions fixé pour 2020, mais nous prévoyons également de multiplier par deux le volume de financements pour le climat, afin de les porter à 200 milliards de dollars sur les cinq ans allant de 2021 à 2025.

Grâce à l’appui solide de ses bailleurs de fonds partenaires, l’IDA contribue à l’intégration des questions climatiques dans la réforme des politiques et la planification du développement, de sorte que les pays parviennent à réduire leurs émissions de carbone, à renforcer leur résilience et à s’adapter aux enjeux du changement climatique. Sur le terrain, les projets de l’IDA aident les populations à adopter des pratiques climato-intelligentes dans l’agriculture et l’occupation des sols.

Solutions pour le capital humain : la Banque mondiale mise sur les idées neuves de 400 jeunes originaires de 117 pays

Alejandra de Lecea's picture
Cette page en : English | Español | العربية
Des participants à un atelier partagent leurs idées innovantes lors du Sommet de la jeunesse 2017 organisé par le Groupe de la Banque mondiale. © Banque mondiale

Comment résorber le déficit de capital humain dans le monde ? Cette question est le thème du Sommet de la jeunesse 2018, qui se tiendra la semaine prochaine à Washington. À cette occasion, le Groupe de la Banque mondiale rassemblera des jeunes du monde entier pour les encourager à participer à ce chantier et insuffler des idées neuves.

Pendant deux jours, 400 étudiants et jeunes professionnels originaires de 117 pays apporteront leur point de vie innovant sur la manière de développer le capital humain et d’améliorer le bien-être et les compétences des populations. Ils participeront à un programme de conférences et d’ateliers aux côtés d’experts du Groupe de la Banque mondiale et de l’ONU, mais aussi du secteur privé (IBM, Intel, etc.) et du monde universitaire (université Stanford, notamment).

En quoi la finance islamique peut-elle stimuler le développement des infrastructures ?

Joaquim Levy's picture
Cette page en : English | العربية
Queen Alia International Airport, Jordan. © littlesam/Shutterstock


Le nombre d’infrastructures par habitant est très insuffisant dans beaucoup d'économies en développement. Par exemple, la capacité de production d’électricité par personne ne représente dans ces pays qu’un cinquième de celle des économies avancées. Or, on sait que la hausse des investissements infrastructurels dans les services économiques et sociaux est un moyen efficace de favoriser une croissance inclusive, mais aussi de renforcer la résilience des pays aux chocs mondiaux. Les investissements dans des infrastructures durables et de qualité, plus particulièrement, contribuent au financement de la transition vers un modèle économique décarboné et plus respectueux de l’environnement. Cela vaut notamment dans les secteurs des énergies renouvelables et des transports à faibles émissions. Mais, compte tenu de l’ampleur des ressources nécessaires pour remédier au déficit actuel d’investissements, il est devenu impératif de mobiliser le secteur privé à cette fin, en particulier dans les pays où les transactions financières dans le domaine bancaire et les marchés de capitaux se conforment à la loi islamique (ou charia).

Les règles de la finance islamique définissent un système d’intermédiation financière éthique. Une approche « entrepreneuriale » qui exige une grande transparence et incite à un suivi plus étroit des projets, ce qui accroît l’efficacité sur le plan de la construction et de l’exploitation des infrastructures.

Forum de Paris sur la paix : prévenir les conflits, 100 ans après l’armistice de 1918

Franck Bousquet's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Antonio Guterres, Emmanuel Macron et Angela Merkel au Forum de Paris sur la paix. © Ibrahim Ajaja/Banque mondiale


Le 11 novembre, nous commémorions le centenaire de la fin de la Grande Guerre. Cent ans après qu’un armistice a mis fin officiellement à la première des guerres mondiales et a incité les belligérants à déposer les armes et à rétablir la paix. Nombre d’entre nous — les chanceux — vivons aujourd’hui toujours en paix. Mais combien sont encore otages des tragiques réalités des conflits : la guerre fait toujours rage en Syrie, au Yémen et en Iraq, et la violence ruine la vie de communautés entières à travers le monde.

La même semaine, les dirigeants du monde entier se sont retrouvés en France pour le Forum de Paris sur la paix. En plus de célébrer le centenaire de l’armistice, les Chefs d’Etat et de gouvernement se sont réunis pour promouvoir le multilatéralisme et œuvrer pour apaiser les tensions internationales qui attisent la discorde. Le Forum a été le théâtre de promotion de multiples initiatives de prévention et d’échanges autour de : la coopération dans la lutte contre le changement climatique, la raréfaction des ressources, la mondialisation et les changements technologiques ; le renforcement des institutions pour mieux canaliser les rivalités entre puissances et administrer les biens publics mondiaux ; ou plus de justice pour atténuer les différends et les frustrations et une meilleure réglementation pour remédier aux inégalités et aux abus de pouvoir. 

Nous devons redoubler d’efforts pour mettre fin à la pauvreté dans toutes ses dimensions

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | العربية | Español
© Dominic Chavez/Banque mondiale
© Dominic Chavez/Banque mondiale

Chaque année, la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté est l’occasion pour le Groupe de la Banque mondiale de mettre en lumière les progrès accomplis vers l’atteinte de son double objectif : mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 et promouvoir une prospérité partagée parmi les 40 % les plus pauvres dans le monde entier. Mais, plus important encore, cette journée nous invite aussi à faire le point sur le chemin qu’il nous reste à parcourir.

Accélérer le progrès vers un capital humain renforcé et une meilleure inclusion financière

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : العربية | English | Español | 中文
© Banque mondiale
© Banque mondiale

La semaine dernière, plus de 11 000 délégués des pays membres du Groupe de la Banque mondiale (issus des secteurs public et privé) se sont retrouvés à l’occasion de nos Assemblées annuelles en Indonésie ce mois-ci pour réfléchir à la manière d’accélérer les progrès vers la réalisation de notre double objectif : mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 et promouvoir une prospérité partagée au profit des 40 % les plus pauvres dans le monde.  

Assemblées annuelles 2018 : suivez le guide !

Bassam Sebti's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文


Les Assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale sont chaque année un rendez-vous incontournable. Du 8 au 14 octobre 2018, retrouvez-nous pour un riche programme d'événements consacrés aux enjeux de l’économie mondiale, du développement et du système financier international. Cap sur Bali, en Indonésie, où se déroule cette nouvelle édition des Assemblées annuelles.
 
Le thème du capital humain occupera une place de premier plan dans les discussions. Les Assemblées feront également la part belle à l’innovation en accueillant pour la première fois de leur histoire une foire technologique, organisée sous l’égide du Groupe de la Banque mondiale, du FMI et du gouvernement indonésien. 

Préparez votre programme dès maintenant !

Crise des réfugiés : le rôle que peut jouer le secteur privé

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | Español | العربية
© Groupe de la Banque mondiale
© Groupe de la Banque mondiale

On compte actuellement 68,5 millions de personnes déplacées de force dans le monde, dont plus de 25 millions ayant le statut de réfugiés. Près de 85 % d’entre elles ont trouvé refuge dans des pays en développement disposant de ressources limitées. Jordanie, Éthiopie, Ouganda, Turquie ou encore Bangladesh : ces pays d’accueil ont énormément de difficultés à répondre aux besoins des réfugiés tout en poursuivant leur croissance et leur développement.

Lors de mes déplacements en Jordanie en 2014 puis en 2016, j’ai été frappé par la générosité et l’hospitalité de ce petit pays à revenu intermédiaire qui a accueilli plus de 740 000 réfugiés fuyant la guerre en Syrie ou d’autres conflits — et ce chiffre ne recense que les personnes officiellement enregistrées auprès de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). En 2017, la Jordanie comptait 89 réfugiés pour 1 000 habitants, ce qui correspond à la deuxième plus forte densité de réfugiés au monde. Cette situation mettait à très rude épreuve l’économie jordanienne et l’offre de services, tandis que les réfugiés eux-mêmes étaient désabusés par l’impossibilité de subvenir à leurs besoins.  

Pages

Réagissez aux discussions du moment