Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Éducation

Rétrospective : nos pages les plus populaires en 2015

Liviane Urquiza's picture
Cette page en : English | Español

Chaque année à la Banque mondiale nous publions un grand nombre d'articles, de communiqués de presse, de billets de blog, de vidéos, d'infographies et bien plus encore. Nous accordons beaucoup d'attention aux pages que vous consultez le plus et nous vous proposons aujourd'hui de voir, avec nous, quelles ont été les pages les plus lues en 2015 (classées par nombre de visiteurs uniques).

Vidéos sur YouTube

Les 5 vidéos les plus vues en 2015 révèlent que la question de l’environnement et, plus particulièrement, celle de la pollution urbaine étaient au centre de vos préoccupations cette année. À noter également, un vif intérêt pour notre série musicale #Music4dev qui invite des artistes internationaux à s'exprimer sur la lutte contre la pauvreté. Bonne nouvelle, la série se poursuivra en 2016 !

Voir toutes nos vidéos sur YouTube

L’idée à zéro roupie contre la corruption ordinaire en Inde

Alice Lloyd's picture
Cette page en : Español | العربية
Crédits photo. 5th Pillar

Un professeur de sciences physiques indien, qui vit à l’étranger, s’est retrouvé harcelé par d’interminables demandes de pots-de-vin alors qu’il était en visite dans son pays. Pour lutter contre la corruption en brocardant les fonctionnaires qui s’y livraient, il a imaginé un faux billet de banque, à zéro roupie.

Les billets sont identiques aux devises indiennes à l’exception de la mention « Éradiquons la corruption à tous les niveaux » et de la promesse suivante : « Je m’engage à ne donner ou accepter aucun pot-de-vin. »

Comment enseigne-t-on l’économie du développement dans les pays en développement ?

David McKenzie's picture
Cette page en : العربية | Español
Egalement en : English

Il y a quelques mois, j'ai publié un billet (a) concernant un projet de recherche que nous étions en train d’entamer avec Anna Luisa Paffhausen et qui a pour objectif d’analyser la manière dont l'économie du développement est enseignée dans les pays en développement. En partie grâce aux contributions de nos lecteurs, nous sommes parvenus à recueillir un corpus de programmes, de questionnaires et d’examens provenant de 145 cours universitaires de premier cycle dans 54 pays en développement et de 81 cours de deuxième cycle dans 34 pays en développement. Nous les avons ensuite comparés à des cours de premier cycle équivalents aux États-Unis, dans les 20 cursus les plus prestigieux du pays et dans 20 autres établissements en dehors de ce palmarès. Nous avons abouti à un document préliminaire (a) que j'aimerais soumettre à nos lecteurs afin qu'ils nous fassent part de leurs commentaires. Voici un résumé de nos principales conclusions et recommandations.

Genre et égalité des sexes dans les écoles thaïlandaises : sommes-nous ce que l’on nous a appris ?

Pamornrat Tansanguanwong's picture
Cette page en : العربية
Egalement en : English | ภาษาไทย

Alors que j’attendais un enseignant avec lequel j’avais rendez-vous pour une interview dans une école du fin fond de la Thaïlande, le spectacle des élèves en train de déjeuner m’a rappelé mes années d’écolière. Je me suis mise à discuter avec les enfants et je leur ai demandé ce qu’ils voulaient faire plus tard. « Docteur », a répondu un garçon. « Moi, quand je serai grande, je veux être infirmière », a dit une fille. Leurs réponses m’ont amenée à me demander à quel âge nos systèmes de valeurs masculin/féminin prenaient forme.
 
La famille et l’école sont les institutions clés au sein desquelles les jeunes enfants assimilent les normes sociales. L’école, en particulier, est le cadre dans lequel les enfants socialisent et découvrent les valeurs et relations sociales, et notamment celles qui sont associées aux sexes.
 
Si l’on croit savoir que l’école joue un rôle capital dans la formation de ces valeurs, il n’y a guère eu d’études empiriques consacrées à ce sujet en Thaïlande.

Lumières... Caméra… Action ! Quand les programmes de divertissement deviennent éducatifs

Anushka Thewarapperuma's picture
Cette page en : Español
Les campagnes appelant au changement des comportements sont omniprésentes. Elles sont là pour nous rappeler d'aller faire le vaccin contre la grippe, pour nous informer qu’il est interdit de manger et de boire dans les transports en commun et pour nous inciter à éteindre les lumières quand nous quittons une pièce. Elles utilisent un langage et des références qui nous sont familiers et qui nous paraissent acceptables, pour nous orienter, l’air de rien, vers l’adoption d’un meilleur comportement. L’émergence d’un ensemble de nouvelles technologies et de nouveaux moyens d’information de masse offrent une chance de sensibiliser des millions de personnes à des thématiques comme l’hygiène des mains, les pratiques sexuelles sans risque et la violence sexiste, pour n’en citer que quelques-unes. 

Cependant, bon nombre de ces campagnes restent peu convaincantes, ne parlent pas suffisamment au grand public, et sont véhiculées par des médias démodés et  obsolètes comme des panneaux d’affichage et des prospectus. Des études montrent que les interventions via des médias traditionnels échouent souvent à susciter un changement de comportement, en particulier à long terme. 

C’est là qu’entre en scène le concept d’éducation par le divertissement...

Invitée de #Music4Dev, MzVee espère que ses chansons contribueront à mettre fin à la pauvreté

Korina Lopez's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Invitée de #Music4Dev, MzVee chante la lutte contre la pauvreté


Voilà quelqu’un d’engagé !
 
MzVee veut apporter sa contribution personnelle à l’élimination de la pauvreté, pas seulement dans son pays natal mais dans le monde entier. La chanteuse et compositrice d’origine ghanéenne a créé une chanson à ce sujet, intitulée comme il se doit « End Poverty ». La musicienne, récompensée à plusieurs reprises et nominée aux BET Awards, s’est entretenue avec Kafu Kofi Tsikata, chargé de communication à la Banque mondiale, pour évoquer son œuvre et son action.

Les femmes, les jeunes et les impôts au centre du débat sur les inégalités à Lima

Donna Barne's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Paraisopolis, São Paulo, Brésil. © Tuca Vieira

Peut-on mettre fin à l’extrême pauvreté dans un monde aux inégalités extrêmes ? Cette question a suscité un débat animé le 7 octobre, à l’approche des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI qui se déroulent cette année à Lima (Pérou). Au menu : la corruption, la fiscalité, les discriminations contre les femmes et la nécessité d’harmoniser les règles du jeu pour les plus jeunes.

L’expérience de l’Amérique latine a occupé une place de choix dans cet événement retransmis en direct sur le web en anglais et en espagnol. Intitulé « Inégalités, opportunités et prospérité » (a) et animé par la journaliste de CNN Español Patricia Janiot (a), le débat a réuni le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim, la Secrétaire générale ibéro-américaine Rebeca Grynspan (a) et le président d’Oxfam International Juan Alberto Fuentes Knight

Banque mondiale Live : suivez les Assemblées annuelles 2015 en direct

Donna Barne's picture
Cette page en : English | Español | العربية


La situation de l’économie dans le monde, le changement climatique, le déficit d’infrastructures ou encore les enjeux du système alimentaire mondial : ce ne sont là que quelques-uns des sujets d’actualité qui seront abordés à Lima (Pérou) du 6 au 11 octobre, en marge des Assemblées annuelles 2015 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

Le rassemblement annuel des ministres de 188 pays se déroule cette année deux semaines après que les Nations Unies ont adopté leurs nouveaux Objectifs de développement durable. Des objectifs d’une portée historique qui seront aussi à l’ordre du jour de la réunion du Comité du développement du Groupe de la Banque mondiale et du FMI, le 11 octobre.

Comment éviter la déscolarisation des adolescentes ? Une série en trois parties

Berk Ozler's picture
Cette page en : العربية
Également disponible en: English

Dans le cadre de travaux que nous menons en Zambie et au Malawi, on m’a demandé de compiler un résumé des interventions qui permettent d’améliorer la scolarisation des adolescentes. J’ai pensé qu’il pourrait être utile de le publier ici et comme cette note de synthèse fera in fine plus de 2 500 mots, j’ai décidé de la publier en trois parties. Voici la première, qui s’intéresse à l’amélioration de la rentabilité de l’éducation pour les femmes.

Les disparités entre garçons et filles dans le primaire ont disparu dans presque tous les pays. Dans le secondaire, les écarts se comblent rapidement et la situation s’est même inversée dans de nombreux pays, en particulier en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Asie de l’Est, et ce sont maintenant les garçons et les jeunes hommes qui affichent des taux de scolarisation moins élevés. Cependant, malgré les progrès accomplis de manière générale, les taux de scolarisation primaire et secondaire des filles restent bien inférieurs à ceux des garçons dans les populations défavorisées de nombreux pays d’Afrique subsaharienne et dans certaines régions d’Asie du Sud (Banque mondiale, 2012). L’une des idées-forces du Rapport sur le développement dans le monde : Égalité des genres et développement est que l’essentiel de ces progrès ont été possibles lorsque la levée d’un seul obstacle a suffi à réaliser de grandes avancées. On y est parvenu dans trois domaines : premièrement, l’amélioration de la rentabilité de l’éducation pour les femmes, deuxièmement, la levée des obstacles institutionnels et, troisièmement, l’accroissement du revenu des ménages. Dans cette note de synthèse, nous résumons les données existantes dans ces trois domaines et en tirons des conclusions pour la politique publique.

La discrimination à l’égard des femmes perpétue la pauvreté

Sri Mulyani Indrawati's picture
© Stephan Bachenheimer/Banque mondiale


​Dans 100 pays à travers le monde, les femmes n’ont pas la possibilité d’exercer un certain type de travail tout simplement parce qu’elles sont des femmes. Plus de 150 pays disposent encore d’au moins une loi discriminatoire envers les femmes, et seuls 18 pays n’ont aucune loi qui les désavantage.
 
Il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg que représentent les obstacles juridiques qui empêchent les femmes de réaliser pleinement leur potentiel économique.

Pages

Réagissez aux discussions du moment