Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Énergie

Stockage de l’énergie: vers des solutions propres dans les pays émergents?

Alzbeta Klein's picture
 IFC 
Le stockage est essentiel pour l’intégration
des énergies renouvelables dans les réseaux
électriques. Photo: IFC 

Depuis plus d’un siècle, on construit des réseaux électriques en pensant que l’électricité doit être produite, transportée, distribuée et utilisée en temps réel, parce que son stockage n’est pas économiquement rentable. Mais tout cela est en train de changer.

Le stockage à grande échelle dans des accumulateurs est en passe de devenir commercialement viable. C’est une bonne nouvelle d’abord pour le milliard de personnes dans le monde qui n’a toujours pas accès à l’électricité, mais aussi pour les énergies propres, car le stockage de l’énergie peut contribuer significativement à leur expansion.
 
Alors que la production d’énergie propre se généralise dans le monde, la variabilité et la fluctuation de cet approvisionnement intermittent commencent à avoir une incidence sur les systèmes électriques pour lesquels le stockage est un élément critique. Le stockage peut lisser les pics et les creux qui caractérisent le solaire ou l’éolien, et décaler la distribution d’électricité entre le moment de la production et celui du pic de consommation. Il n’existe pas de niveau d’approvisionnement en énergie renouvelable clairement défini pour éviter la discontinuité de la fourniture, mais, généralement, les exploitants de réseaux se mettent à investir dans des dispositifs de stockage lorsque 10 % de leur production provient du solaire ou de l’éolien.

Accès à l'énergie en Afrique : une nouvelle approche pour résoudre un problème de longue date

Masami Kojima's picture
 

« Ce qui pourrait vraiment m’aider à développer mon activité, c’est l’accès à un réseau électrique fiable », me disait récemment David, un petit chef d’entreprise de Lagos, au Nigéria.
« Je suis bien d’accord. Si seulement… », lui répondait un autre.

Et pour cause. La lanterne rouge en la matière est bien l'Afrique : seul un habitant sur trois a accès à l’électricité, soit deux fois moins qu’en Asie du Sud, région du monde qui occupe l’avant-dernière place du classement. Et le tableau est encore plus sombre lorsqu'au-delà de l’accès, on se penche sur la fiabilité des sources d’électricité.

Semaine du climat : ne perdons pas de vue l’essentiel

Mafalda Duarte's picture
Cette page en : Español
Composition photo: Curt Carnemark /Arne Hoel / La Banque mondiale.

Alors que se déroule à New York la Semaine du climat (a), le moment est propice à quelques rappels de faits récents.
 
La planète a encore battu des records de températures : selon la NASA (a), le mois d’août dernier a été le plus chaud de l’histoire. Et ce n’est pas tout : juillet a été le mois le plus chaud jamais enregistré. Nous ne sommes pas face à une anomalie : 15 des 16 années les plus chaudes depuis 1880 ont été enregistrées au cours de notre siècle.
 

Et si… nous pouvions aider les villes à mieux planifier un avenir décarboné ?

Stephen Hammer's picture
Cette page en : Español | Português

Disponible également en : EnglishChinese

Outil CURB Action climatique pour un développement urbain durable

Si le changement climatique était un puzzle, les villes seraient une pièce centrale du jeu. Ce constat a été corroboré par plus de 100 pays qui, dans leurs plans nationaux d’action climatique (les fameux engagements de contributions nationales ou INDC) soumis à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 2015, ont fait des villes un pilier majeur de leurs stratégies de réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES).

Depuis la signature de l’accord de Paris, ils s’emploient à passer à la vitesse supérieure afin de traduire en mesures concrètes ces plans d’action. Dans ce contexte, on peut imaginer combien il serait utile de disposer d’une solution efficace et rentable qui aide les villes du monde entier, dans les pays développés comme dans les pays en développement, à s’engager sur une trajectoire de croissance sobre en carbone.

Promouvoir la collaboration pour garantir la sécurité hydrique

Jennifer J. Sara's picture
Cette page en : Español

© Banco Mundial

La Semaine mondiale de l’eau (a) se déroule actuellement à Stockholm. « Eau et croissance durable » : c’est le thème retenu pour cette édition 2016. Il est d’autant plus d’actualité que nous nous mobilisons autour des nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) et que l’eau y occupe une place essentielle (a).

L’eau touche pratiquement tous les aspects du développement.  Elle alimente la croissance économique, participe à la bonne santé des écosystèmes et est indispensable à la vie. Mais elle peut tout autant compromettre la santé et la prospérité que leur être bénéfique. Les risques liés à l’eau (inondations, tempêtes, sécheresses…), aujourd’hui responsables de neuf catastrophes naturelles sur dix, devraient s’exacerber sous l’effet du changement climatique. De même, la surexploitation toujours plus importante des ressources en eau est susceptible d’accroître les risques de conflit et d’instabilité.

L’emploi, la voie la plus rapide pour sortir de la pauvreté

Sri Mulyani Indrawati's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文
Un ouvrier dans une centrale électrique à Port-au-Prince, Haiïi. © Dominic Chavez/Banque mondiale

L’accès à des emplois de qualité est la voie la plus sûre pour sortir de la pauvreté. Des études montrent que la hausse des salaires a permis de faire reculer de 30 à 50 % la pauvreté sur la dernière décennie. Mais, aujourd’hui, plus de 200 millions de personnes dans le monde sont au chômage, dont bon nombre de jeunes et/ou de femmes. Pas moins de deux milliards d’adultes, surtout des femmes, restent totalement exclus du marché du travail. En outre, trop de personnes exercent des emplois mal rémunérés et peu qualifiés, qui ne contribuent guère à la croissance économique. Par conséquent, pour mettre fin à la pauvreté et promouvoir une prospérité partagée, il faut des emplois non seulement plus nombreux, mais aussi de meilleure qualité, qui répondent aux besoins de tous les pans de la société.
 
Par où commencer ? Une croissance tirée par la productivité et par le secteur privé est la pierre angulaire de la création d’emplois, dans tous les pays. Mais ce sont les pays les plus pauvres de la planète qui ont le plus de mal à y parvenir. Si l’on veut que le secteur privé crée davantage d’emplois productifs pour les pauvres, trois facteurs sont essentiels.

Changement climatique : un risque accru pour les pays les plus pauvres

Sri Mulyani Indrawati's picture

Un ouvrier agricole marche dans une rizière inondée. © Nonie Reyes/Banque mondiale

Au Bangladesh, le littoral est menacé par le montée des eaux et, à mesure que la mer grignote les côtes, la salinisation des sols progresse inéluctablement. Pour les agriculteurs, cela se traduit par un recul des cultures ; les communautés se vident, les adultes partant travailler en ville ; les poissons d’eau douce disparaissent, ce qui réduit les apports en protéines pour les populations locales ; et, à la saison sèche, les mères rationnent l’eau qu’elles donnent à boire à leurs enfants (jusqu’à deux verres par jour seulement dans certains cas).
 
Les pays développés commencent enfin à prendre le changement climatique au sérieux même s’ils y voient, en général, une menace encore latente qu’il faudra gérer dans les années à venir. Mais pour les populations pauvres des pays pauvres, surtout dans les communautés installées le long des côtes, sur des deltas ou sur des îles, le danger est bien là, au quotidien — et conditionne de nombreux aspects de la vie.

Favoriser l’investissement dans les pays fragiles

Joaquim Levy's picture
Cette page en : English | العربية | Español

L’extension de la centrale thermique Azito en Côte d'Ivoire améliorera l’accès à l’électricité et appuiera la croissance économique du pays. © Rebecca Post/IFC

Selon les estimations, 1,2 milliard de personnes dans le monde (soit près d’une sur cinq) vivent actuellement dans une zone touchée par un conflit ou en situation de fragilité. Certains fuient la guerre, d’autres ont échappé à une catastrophe naturelle. La plupart essaient de gagner leur vie dans un environnement très difficile.

Nous ne parlons pas ici de chiffres abstraits, mais de personnes bien réelles, qui sont confrontées à des problèmes concrets. C’est pourquoi, tant dans le secteur public que dans le secteur privé, nous devons réfléchir à des stratégies susceptibles de les aider.

Nous savons que le secteur privé est indispensable à la croissance économique. C’est également vrai dans les pays qui sortent d’une crise. Ces pays ont besoin d’investissements pour créer des emplois, pour dynamiser leur croissance économique, pour engranger des recettes fiscales, pour développer leur infrastructure et pour redonner espoir à leurs citoyens. Et, pour dire les choses simplement, une société qui a tout intérêt sur le plan économique de vivre dans la paix risque moins de retomber dans un conflit.

Cependant, trop souvent, les investisseurs craignent de s’aventurer dans des pays fragiles ou touchés par un conflit. Ces pays sont certes en proie à des difficultés immenses, mais ils présentent aussi des opportunités.

La mobilité durable, le nouvel impératif

Pierre Guislain's picture
Cette page en : العربية | Español
Le métro de Sao Paulo, financé par le Groupe de la Banque mondiale Photo: Andsystem
Le métro de Sao Paulo, financé par le Groupe de la Banque mondiale
Photo: Andsystem
 

La mobilité est au cœur de toutes nos activités : éducation, emploi, santé, commerce, engagements sociaux et culturels. Mais elle se trouve face à des défis majeurs qu’il faut relever d’urgence si nous voulons remédier au problème du changement climatique : besoins accrus de mobilité avec plus d’un milliard d’êtres humains supplémentaires sur la planète d’ici 2030 ; doublement attendu du nombre de véhicules sur les routes d’ici 2050 ; émissions de gaz à effet de serre représentant près d’un quart des émissions totales liées à l’énergie et qui devraient augmenter si rien ne change ; et défi supplémentaire consistant à permettre au milliard de personnes toujours privées de routes praticables en toutes saisons et de services de transport efficaces d’y accéder.

Pages