Syndicate content

Développement social

#Music4Dev avec Fantastic Negrito : célébrer l'identité ethnique et culturelle

Korina Lopez's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文
#Music4Dev avec Fantastic Negrito


Pour Fantastic Negrito (Xavier Dphrepaulezz dans le civil), la musique noire est un moyen de célébrer et de préserver la culture afro-américaine : « C’est la musique des esclaves noirs de l’Amérique sudiste. Je suis issu de cette tradition, et je ne considère pas qu’être descendant d’esclaves soit honteux. Cela fait partie de notre histoire. » Sa musique est aussi un hommage aux légendes du blues du Delta du Mississippi, comme R.L. Burnside ou Skip James. Surtout, sa musique rend compte de l’expérience des Noirs en Amérique : « Il n’y a pas un Noir aux États-Unis qui n’ait pas été confronté au racisme », explique-t-il. « Mais la ‘négritude’ mérite d’être célébrée, et c’est ce que je fais avec ma musique. »

Viet Nam : deux mères racontent le long chemin qu'elles et leurs enfants sourds ont dû parcourir

Huong Lan Vu's picture
Cette page en : Español
Mis en œuvre de 2011 à 2015 à Hanoï, Thai Nguyen, Quang Binh et Ho Chi Minh Ville, au Viet Nam, le Projet intergénérationnel d’éducation des enfants sourds (IDEO) a permis de préparer 255 enfants sourds de moins de six ans à une scolarité formelle, grâce à l’apprentissage de la langue des signes. Faisant appel à une approche novatrice, le projet constitue des « équipes de soutien familial » composée d’un tuteur également malentendant, d’un interprète en langue des signes et d’un enseignant entendant, dans le but d’enseigner la langue des signes aux enfants chez eux, avec leur famille. Découvrons l’histoire de ces deux mères, qui nous racontent ce qu’elles ont dû faire pour aider leur enfant sourd à s’exprimer par signes. 
Phuong Ha, Khoi Nguyen et sa petite sœur racontent une histoire en langue des signes lors
d’une manifestation organisée par la communauté des sourds de Hanoï. Photo : IDEO

Universités : comment répondre aux nouvelles attentes du marché du travail et de la société ?

Claudia Costin's picture
 
كيف يمكن للجامعات أن تلبي الاحتياجات الجديدة لسوق العمل والمجتمع

Les compétences sont l’une des clés de la participation à la population active et de la productivité du travail. Chacun sait qu’avec l’arrivée de nouvelles technologies, souvent liées aux TIC, et de changements dans l’organisation du travail, les postes impliquant des tâches routinières faciles à automatiser disparaissent progressivement tandis que les nouveaux postes exigent des compétences qui excluent la routine (analytiques, créatives, interpersonnelles) et pour lesquels les hommes dépassent encore les machines.

Cette initiative pour améliorer l’emploi des jeunes est une avancée majeure

Delores McLaughlin's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文



La Journée internationale de la jeunesse est l’occasion de s’intéresser à la situation des jeunes sur les marchés du travail. Jamais auparavant, il n’y a eu autant de jeunes exclus du travail, des études ou de la formation. Faute de débouchés, nombreux sont ceux qui, découragés, renoncent à chercher un emploi..  

3 pistes pour créer un partenariat mondial contre le chômage des jeunes

Andrew Devenport's picture
Susan Ogwengo vit à Kibera, l’un des quartiers défavorisés de Nairobi, au Kenya. Voici deux ans, elle a ouvert une garderie pour enfants, qui a connu un tel succès qu’elle a dû embaucher. Désormais, les parents peuvent partir au travail l’esprit tranquille, sachant que l’on s’occupera bien de leurs enfants.

Seule, elle n’aurait pas pu mener à bien ce projet.

Muhammad Yunus invite les jeunes à prendre leur avenir en main

Robert Hawkins's picture
Cette page en : العربية | Español


« Qu’est-ce que vous attendez ? Allez-y, prenez votre avenir en main ». Ce message qui exhorte à agir dans l'instant présent résume bien l’esprit de l’intervention de Muhammad Yunus, invité le 24 juillet dernier à s’exprimer à la Banque mondiale. Les messages qu’il a délivrés à propos des entreprises sociales et de l’entrepreneuriat ont suscité un certain nombre de questions sur la façon dont on envisage l’éducation, les compétences, l’emploi et les perspectives d’avenir des jeunes dans le monde.

L’amour fait loi : oui au mariage homosexuel aux États-Unis et dans le monde

Nicholas Menzies's picture
Cette page en : English
Groupe d’encadrement sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre*
Célébration devant la Maison Blanche,
​le vendredi 26 Juin.

​​Vendredi dernier, le 26 juin 2015, la Cour suprême des États-Unis rendait une décision historique en faveur de l’égalité, en légalisant le mariage homosexuel sur tout le territoire américain. Moment de joie pour des milliers de familles, cet arrêt capital vient aussi établir le sens du principe constitutionnel d’« égale protection de la loi ». La Banque mondiale est, comme son nom l’indique, une institution mondiale de développement ; en tant que telle, elle possède un personnel qui reflète la diversité de ses pays membres. Nous saluons cette décision de la plus haute instance judiciaire des États-Unis, non seulement pour la justice qu’elle rend ainsi au personnel LGBT mais aussi parce qu’elle illustre des principes fondamentaux pour un développement durable et sans exclus.


Après le récent référendum en Irlande, le mariage homosexuel est désormais célébré ou reconnu dans 24 pays du globe. Ces États représentent l’ensemble des régions du monde — à l’exception notable de la plupart des pays d’Asie —, de l’Afrique du Sud au Mexique en passant par l’Argentine et la Nouvelle-Zélande.

En quoi le mariage est-il important ? Si l’on se réfère aux conclusions du juge Anthony M. Kennedy, qui a rédigé cette décision historique de la Cour suprême au nom de la majorité, « aucune union n’est plus profonde que le mariage, car le mariage incarne les plus hauts idéaux de l’amour, la fidélité, la dévotion, le sacrifice et la famille. En formant une union maritale, deux personnes deviennent quelque chose de plus grand que ce qu’elles étaient auparavant. » Et à travers l’institution du mariage, les familles LGBT entrent sur les radars de l’État et peuvent donc bénéficier des avantages et des protections découlant d’une telle reconnaissance.

Mais la décision de vendredi dernier laisse un goût amer : les avancées obtenues aux États-Unis et ailleurs font d’autant plus ressortir la permanence, voire l’aggravation, des discriminations en de nombreux points du globe. Les personnes LGBT sont criminalisées à des degrés divers dans 81 pays. Dans de trop nombreux pays, des lois de « propagande homophobe » ont ravivé l’ignorance, la peur et les préjugés sachant que, dans dix pays, le simple fait d’être ce que vous êtes équivaut à une condamnation à mort licite.

Vers un Népal plus résilient

Ram Sharan Mahat's picture
Cette page en : Español | العربية
Disponible en English
 
Mujeres nepalíes reconstruyendo estructuras de viviendas
Photo: Laxmi Prasad Ngakhushi
Cinquante jours se sont écoulés depuis la survenue d’un séisme dévastateur au Népal le 25 avril, suivi d’une puissante réplique le 12 mai. Au total, 9 000 vies ont été emportées. Jamais dans l’histoire du Népal une catastrophe n’avait été aussi meurtrière. Un Népalais sur trois en a été affecté. Un Népalais sur dix a perdu son logement. Et 500 000 familles ont perdu leur moyen de subsistance ; ce sont, pour la plupart, des ménages pauvres qui pratiquent une agriculture vivrière. Personne n’a été épargné : hommes, femmes, enfants, vieillards et handicapés. De larges pans de notre pays sont en ruines.

Le Népal tient à exprimer toute sa gratitude aux pays amis de la communauté internationale pour la rapidité de l’aide humanitaire apportée. Nous vous sommes profondément reconnaissants pour votre générosité et votre courage.

Voir les migrations non pas sous le prisme de la peur mais comme une source de développement

Phil Hay's picture
Cette page en : Español

Également disponible en: English

Quelque 30 000 migrants pourraient périr en Méditerranée cette année en tentant de rejoindre l'Europe, a averti l'ONU. Selon les estimations des renseignements navals occidentaux, entre 450 000 et 500 000 réfugiés sont actuellement massés en Libye pour tenter cette périlleuse traversée au cours de l'été prochain. 

Dans le cadre du G7, organisé cette semaine en Allemagne, les dirigeants des pays les plus riches du monde ont discuté de la détresse qui pousse les jeunes migrants à fuir l'Afrique du Nord et le Sahel pour gagner l'Europe, en quête d'une nouvelle vie où ils espèrent trouver emplois et opportunités. 

Népal : faire classe autrement après le séisme

Dipeshwor Shrestha's picture
Cette page en : Español

Également disponible en: English

 Suresh Ghimire.
Biswash, 12 ans, qui vit dans le camp d’Uttar Dhoka, montre son collage de Dharahara.
Photo - Suresh Ghimire

Le 25 avril dernier, le jour du tremblement de terre, mes collègues et moi-même étions en train d’organiser une exposition des dessins d’élèves pour ce dernier jour d’une session scolaire de 12 semaines. Au moment de la secousse, nous étions avec 12 enfants et leurs parents. Notre premier instinct a été de les protéger. Sans perdre notre sang-froid, nous avons rassemblé tout le monde dehors et nous avons essayé de nous réconforter. Ce n’est que plus tard, après les dernières répliques, que nous avons découvert l’ampleur des dégâts. Nous avons immédiatement appelé nos proches et avons été soulagés de savoir que tout le monde allait bien.
 
Je suis enseignant chez Karkhana (a), une société qui conçoit et assure des cours pratiques en science, technologie, ingénierie, sciences humaines et mathématiques (STEAM) pour des élèves de collège au Népal.

Nous avons vite compris, 48 heures après le séisme, que sans vraie compétence spécialisée pour assurer les soins d’urgence et l’assainissement, reconstruire ou prendre en charge les blessés, nous ne pouvions guère contribuer aux secours immédiats.

La seule chose que nous sachions faire, c’est enseigner.​

Pages