Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

La Planète des Apps - Rendre les petites exploitations compétitives

Julian Lampietti's picture
Cette page en : English
Photo: Shutterstock

Les applications mobiles (ou « apps ») ont tout révolutionné dans nos vies : la façon de se rendre au travail, de garder le contact avec des amis lointains ou même de faire des rencontres (bien que le consensus ne soit pas encore établi sur cette dernier point). Les apps peuvent-elles être le salut des exploitations agricoles de moins de deux hectares - un groupe qui, de l'avis de beaucoup, risque de connaître le même sort que l'humanité dans le film la Planète des Singes (« Planet of the Apes » en anglais) ?

Les économies d'échelle dans l'agriculture (ou dans tout autre secteur) apparaissent lorsque le coût moyen par unité de production diminue au fur et à mesure que la taille de l'exploitation augmente et l’avis général est que les exploitations doivent s'agrandir pour être compétitives. Et c'est exactement ce qui se passe dans les pays les plus riches, bien que la tendance soit moins nette dans les pays plus pauvres.
 
L’agriculture est une activité complexe avec de nombreux intrants et produits et, quand on est petit, il est très difficile de concurrencer les plus gros au niveau des coûts. Les petits agriculteurs existent peut-être dans notre imagination en tant qu’hommes et femmes humbles, travailleurs, satisfaits de longues journées de travail et d’une vie saine, mais cette image n’est pas en adéquation avec la réalité : pour la majorité, le travail est éreintant et l'argent est maigre.

 

Ce que la plupart des gens ne savent pas, c’est que les petites exploitations peuvent être 50% plus productives que les grandes, selon « le portrait des petits exploitants » réalisé par la FAO. Ceci est connu comme la relation de productivité inverse et amène à se demander ce qui se passerait si le coût du « doing business » était plus bas pour les petits exploitants. Pourraient-ils devenir encore plus productifs, closant ainsi le débat sur la taille optimale des exploitations en faveur des « David » de ce monde, plus petits et plus agiles ?​

Les plateformes numériques peuvent être la solution. Pensez à la façon dont Amazon met tout un centre commercial à portée de main et imaginez les possibilités infinies offertes pour un secteur complexe comme l'agriculture. Les apps peuvent inverser les économies d’échelle traditionnelles en réduisant considérablement les coûts de transaction pour les agriculteurs, en diminuant effectivement la taille à partir de laquelle les agriculteurs sont viables et en assurant leur intégration sur de nouveaux marchés.
 
Ainsi, ITC e-Choupal, un conglomérat indien, montre la voie de cet avenir. Les « e-Choupal » sont des kiosques Internet situés dans des villages indiens et fournissant des informations sur les conditions météorologiques, la qualité des sols, les marchés, les intrants et les prix, sans frais pour les agriculteurs. Cette information gratuite leur permet d’accroître leur productivité et leurs revenus en améliorant leurs rendements, en développant des cultures plus adaptées et en réduisant le pouvoir de marché des intermédiaires qui achètent leurs produits. ITC n'offre pas seulement des informations et des services sur le marché, il propose également des sessions d'information qui enseignent aux agriculteurs les techniques agricoles modernes. Globalement, les kiosques e-Choupal sont situés dans plus de 40 000 villages en Inde, atteignant plus de 4 millions d'agriculteurs. Pensez aux bienfaits pour les petits agriculteurs si le modèle e-Choupal sautait des kiosques dans les villages et allait directement dans les poches des agriculteurs.
 
Imaginez à quoi ressemblerait le monde si les petits agriculteurs pouvaient effectivement concurrencer d’énormes entreprises agroalimentaires et l’impact potentiel sur le développement que cela aurait sur les populations rurales pauvres du monde. Tout en constatant que nous sommes restés sur la même planète, comme dans le film « Planet of the Apes », nous renverserions complètement les règles du jeu. Nous devons maintenant déterminer le rôle des politiques publiques dans la réalisation de cet objectif.

 
Nous espérons animer un débat mondial sur l’alimentation et la technologie dans le cadre de la série de blogs « What’s Cooking ? » («Qu’est-ce qui se mijote ? Repenser la politique agricole et alimentaire à l'ère du numérique »). Nous invitons des personnes de divers horizons et perspectives à nous rejoindre.

 

Commentaires

Soumis par françois Mukandila le

cette technologie expérimentée en Inde est appelée du pied aussi en Afrique. Or à ce jour l'Inde ne nous amène que la médecine pour soigner nos maladies au lieu de la technologie pour les prévenir.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.

Réagissez aux discussions du moment