Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Bien-être des réfugiés syriens et perspectives d’avenir

Paolo Verme's picture
Cette page en : English | العربية | Español


La crise syrienne fait désormais partie des pires crises humanitaires de notre temps. Les chiffres donnent le vertige : la moitié environ de la population que comptait la Syrie avant le conflit a été déplacée ; plus de 200 000 personnes sont mortes ; des millions de Syriens ont été blessés ou traumatisés ; et des millions d’autres se sont enfuis dans les pays voisins ou plus loin. Pourtant, nous n’avons que très peu d’informations sur les conditions de vie de toutes ces victimes. Rien ne filtre ou presque sur le sort des Syriens restés en Syrie. Les informations relatives aux Syriens partis vers l’Europe sont surtout anecdotiques, d’autant qu’elles confondent migrants fuyant la crise et autres types de migrants. Pour les Syriens qui se sont enfuis dans un pays voisin et qui sont enregistrés comme réfugiés, en revanche, les données ne manquent pas mais, à ce jour, elles n’ont guère encore été exploitées pour étudier la question de leur bien-être.

Un 
récent rapport coédité par le Groupe Banque mondiale et le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) tente de combler ces lacunes pour les Syriens ayant cherché refuge en Jordanie et au Liban, une situation relativement bien documentée. 
 

Rétrospective : nos pages les plus populaires en 2015

Liviane Urquiza's picture
Cette page en : English | Español

Chaque année à la Banque mondiale nous publions un grand nombre d'articles, de communiqués de presse, de billets de blog, de vidéos, d'infographies et bien plus encore. Nous accordons beaucoup d'attention aux pages que vous consultez le plus et nous vous proposons aujourd'hui de voir, avec nous, quelles ont été les pages les plus lues en 2015 (classées par nombre de visiteurs uniques).

Vidéos sur YouTube

Les 5 vidéos les plus vues en 2015 révèlent que la question de l’environnement et, plus particulièrement, celle de la pollution urbaine étaient au centre de vos préoccupations cette année. À noter également, un vif intérêt pour notre série musicale #Music4dev qui invite des artistes internationaux à s'exprimer sur la lutte contre la pauvreté. Bonne nouvelle, la série se poursuivra en 2016 !

Voir toutes nos vidéos sur YouTube

Rétrospective de l’année 2015 en 12 graphiques

Donna Barne's picture

Avec une chute historique du taux mondial d'extrême pauvreté, un accord majeur sur le changement climatique, et une baisse record de la mortalité infantile et maternelle, l'année 2015 a été jalonnée d'étapes majeures, de nouvelles tendances et de nouveaux commencements. Nous vous proposons une rétrospective de l'année racontée en graphiques et en données.

1. La pauvreté dans le monde passe sous la barre des 10 %

#Music4Dev en 2015 : relever le défi de l'extrême pauvreté en musique

Korina Lopez's picture
Cette page en : English | العربية | Español

Mettre fin à la pauvreté.
 
Il n'y a pas si longtemps l'idée semblait encore impossible, voire ridicule : qui aurait pu croire que l'on pourrait se fixer pour objectif de mettre fin à l'extrême pauvreté d'ici 2030 ? Mais des progrès considérables ont été réalisés en 25 ans, nous sommes passé de près de 2 milliards de personnes vivant dans l'extrême pauvreté à moins de 1 milliard. Pourtant, il y a toujours trop de gens plongés dans cette extrême pauvreté, et il nous reste donc beaucoup de travail à accomplir.

L'action commence par la sensibilisation. Si les gens ignorent quels changements sont nécessaires, alors ces changements ne se produiront jamais. C'est à cette fin que nous avons créé une série musicale, #Music4Dev, pour sensibiliser au défi de l'extrême pauvreté. Nous accueillons des artistes du monde entier venus partager leur musique avec nous à la Banque mondiale et avec vous tous qui nous suivez et relayez ces vidéos sur les réseaux sociaux.

En partageant leurs chansons, ces artistes internationaux participent à dffuser des messages de sensibilisation en lien avec les défis du développement, et espèrent insuffler à ceux qui les entendront l'envie de rejoindre l'action contre la pauvreté. Découvrez les artistes que nous avons reçus à ce jour, consultez leurs interviews et profitez de leur musique. Nous sommes impatients de rencontrer de nouveaux artistes en 2016 et de vous les faire découvrir ainsi que leur engagement contre la pauvreté. Nous vous invitons à rejoindre, comme eux, le mouvement #EndPoverty.
 

Rétrospective 2015 : votre participation sur les réseaux sociaux

Liviane Urquiza's picture
Cette page en : العربية | English
Nuage de mots-clés Twitter de @Banquemondiale généré par TweetRoot
Les mots les plus tweetés sur @Banquemondiale,
nuage généré par TweetRoot.
​Parce que ces outils nous permettent de dialoguer directement avec vous, chaque jour, à travers le monde ; parce qu'avec eux, vous pouvez réagir sur nos travaux, nos ébauches de stratégies, nos projets ; parce que grâce à eux, en partageant nos actualités sur vos profils, vous nous aidez à sensibiliser votre entourage et le monde entier aux défis du développement ; nous avons choisi de rassembler une sélection de contenus extraits de nos échanges sur les réseaux sociaux tout au long de l'année 2015. Voici donc une rétrospective de l'année 2015 sur nos réseaux communautaires.

Commençons par les publications qui vous ont fait réagir sur Facebook
 où vous êtes plus de 900 000 à nous suivre (!)

Une nouvelle stratégie pour lutter contre les inégalités hommes-femmes

Sri Mulyani Indrawati's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文
void(0)Les données le prouvent : quand les pays accordent autant d’importance aux filles et aux femmes qu’aux garçons et aux hommes, quand ils investissent dans la santé, l’éducation et le développement des compétences de la population féminine, quand ils offrent aux femmes de plus grandes opportunités de participer à l’économie, de gérer les revenus, de posséder et de diriger une entreprise, les filles et les femmes sont loin d’être les seules à en bénéficier : les effets positifs s’étendent à leurs enfants et à leur famille, à leur communauté, à la société et à l’ensemble de l’économie.

Telle est la vision sous-tendant la nouvelle Stratégie pour le genre et l’égalité des sexes du Groupe de la Banque mondiale, qui définit une trajectoire ambitieuse pour améliorer les opportunités offertes aux filles et aux femmes — un impératif certes moral mais également vital pour le développement économique.

Élaborée après des mois de consultations dans 22 pays avec les pouvoirs publics, les organisations de la société civile, le secteur privé et d’autres acteurs, cette nouvelle stratégie s’appuie sur un corpus de données attestant du poids financier à l’échelle mondiale de la persistance des écarts entre les hommes et les femmes. Un surcoût évitable.

Couverture de santé universelle – l’heure est venue d’agir

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : Español | العربية
Enfermeras cuidan de los recién nacidos en Freetown, Sierra Leona. © Dominic Chávez / Banco Mundial

 

TOKYO, Japon — En 1961, le Japon a mis en place une couverture de santé universelle, accomplissement exceptionnel pour un pays sortant d’un conflit. Grâce à des services de santé de qualité largement et financièrement accessibles, la santé des Japonais s’est améliorée – ce qui leur a permis de profiter de vies plus longues et plus prospères que les habitants de pratiquement tous les autres pays du monde.

Pourtant, pour des milliards d’autres – en particulier ceux qui vivent dans des pays en développement – les soins de santé, y compris les plus basiques, demeurent hors de portée. Selon les estimations, 65 % seulement de la population mondiale avaient accès à des services de santé de base en 2013. 

Migrant ou réfugié : une distinction essentielle

Xavier Devictor's picture
On n’arrête pas les mouvements de population. Dans de nombreuses régions d’Europe, les gares ferroviaires et les points de passage des frontières sont envahis par une vague humaine sans précédent. Les responsables politiques ont beau courir d’un sommet à l’autre à la recherche de solutions, ils sont dépassés par les événements. Des personnes désespérées prennent des risques immenses et traversent des épreuves indicibles pour avoir une chance de poser le pied dans l’Union européenne. Même à l’approche de l’hiver, le flux ne semble pas diminuer.

S’agit-il de migrants ou de réfugiés ? Au vu des événements tragiques, il peut sembler déplacer de poser des définitions et de se perdre en subtilités. Cependant, les mots ont leur importance, car ils définissent largement le contexte politique et juridique dans lequel évolueront ces populations.  

En tant qu’acteurs du développement, comment faire face à la crise des déplacements forcés de populations ?

Xavier Devictor's picture
Cette page en : Español

Egalement disponible en: English | العربية

La question des déplacements forcés a longtemps été considérée comme relevant de l’humanitaire. Mais avec le nombre sans précédent de personnes déplacées contre leur gré, de plus en plus de voix appellent les acteurs du développement à s’impliquer.

L’envergure et la nature même du problème viennent mettre en exergue la nécessité d’un tel engagement. Il y a environ 60 millions de personnes dans le monde qui ont dû fuir à cause de violences et de violations des droits humains, qu’il s’agisse de réfugiés, qui ont franchi une frontière internationale, ou de personnes déplacées au sein de leur propre pays. Ces gens passent bien souvent des années, voire des décennies, loin de chez eux, avec peu de perspectives sur le plan économique. Et cela a des retombées indirectes sur un nombre encore supérieur de personnes, particulièrement dans les pays d’accueil, au niveau national aussi bien que local.

Ne fermez pas votre porte aux réfugiés

Bassam Sebti's picture
Cette page en : English | Español | العربية
L’auteur le jour de la remise de son diplôme pour sa maîtrise à l'Université Saint-Joseph de Philadelphie en 2008.
Photo: Jenny Spinner

J’ai marché parmi des corps déchiquetés par les bombes. J’ai esquivé des grêles de balles. J’ai failli mourir entre les mains en colère de quelqu’un qui pleurait la disparition d’un proche. Comme des millions d’Iraquiens, j’ai tenté de survivre à une réalité dont la brutalité semblait sans fin.

Je ne parviens toujours pas à chasser ces images de mon esprit. Je sens encore l’odeur des cadavres. J’étais dans l’obligation d’aller là où la mort sévissait parce que j’étais reporter. Ce métier a emporté les vies de nombreux journalistes, dont mon ancien collègue au Washington Post.

Pages