Syndicate content

La migration : un phénomène multiforme

Jacques OULD AOUDIA's picture


La migration internationale des personnes s’inscrit comme la quatrième composante de la mondialisation, aux cotés des échanges de produits, des mouvements financiers et des flux d’information. De ces quatre dimensions, c’est celle qui présente les caractéristiques les plus complexes car elle relève avant tout d’une somme de pratiques sociales qui renvoient à des comportements individuels ou micro-collectifs, lesquels échappent largement aux politiques publiques ou au jeu des grands acteurs privés. Quitter ou retrouver son pays d’origine, accéder à un pays d’accueil, s’y établir, transférer des fonds, des droits ou des compétences relève de décisions qui ne se laissent pas facilement encadrer, orienter ou contraindre.

Un temps d'incertitudes économiques propice à de nouvelles percées

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文
Un commerce au Sri Lanka est éclairé grâce à des panneaux solaires. © Dominic Sansoni/Banque mondiale


​Alors que l’économie mondiale progresse, la nouvelle année s’accompagne d’une bouffée d’angoisse habituelle qui gagne du terrain et vient compliquer la mission que nous nous sommes fixé : favoriser la prospérité des 40 % les plus pauvres, mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 et éviter une débâcle sur le front du climat.

Une année d’opportunités pour lutter contre le changement climatique… et transformer nos économies

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文
Un glacier au Chili. © Curt Carnemark/Banque mondiale


​Selon les scientifiques, l’année passée a été la plus chaude que la Terre ait connue depuis 1880, date des premiers relevés de températures. Divers rapports constatent la fonte des glaciers et l’intensification des événements météorologiques extrêmes. Cette année, les dirigeants du monde entier doivent impérativement s’attacher à transformer leur économie afin de lutter contre le changement climatique.

Je vois chaque jour la violence meurtrière

Bassam Sebti's picture
Cette page en : English | العربية

Un jeune garçon pleurait devant un cadavre. Il n’arrivait pas à croire que son père, sorti prendre son petit-déjeuner, était mort, tué par une bombe humaine lors d’un attentat-suicide perpétré en 2005 dans l’un des restaurants les plus populaires de Bagdad, au plus fort de la guerre confessionnelle.

Je couvrais l’attentat pour le Washington Post (a) lorsque j’ai vu ce garçon devenir une victime de plus de la guerre. Dans les médias, l’enfant allait se fondre dans un chiffre. Mais en réalité il était devenu ce jour-là orphelin, et la perte de ce père allait venir s’ajouter à tous les obstacles qui entravent un développement durable.

Lorsque j’étais reporter en Iraq et que mon pays était déchiré par la guerre, il n’y a pas eu un jour où je n’ai pas vu la mort. La mort était partout, dans les écoles, les marchés, les bus et même les lieux de culte. Le pire, c’est que ça continue. Et pas seulement en Iraq, dans de nombreux pays aussi. Les conflits et les guerres, la haine sectaire et le racisme font désormais quotidiennement la une des actualités, et c’est vraiment très inquiétant.
 

Nous devons développer une nouvelle réponse mondiale face aux pandémies

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Une famille en Guinée. © UNICEF


Je suis à Davos, en Suisse, pour le Forum économique mondial, parmi de nombreux leaders du monde de l’entreprise, des États et de la sphère politique, des milieux artistiques et universitaires. Le Forum est un haut lieu des débats autour des risques mondiaux, dont une liste quasi exhaustive est dressée chaque année par le rapport Global Risks, publié à l’occasion de cet événement.

2015, une année plus sûre pour les femmes dans les transports publics ?

Priyali Sur's picture
Cette page en : العربية | English | Español
Une jeune femme de 21 ans, qui vient de s’installer à Gurgaon, prend un taxi collectif pour rentrer chez elle après sa deuxième journée de travail. « Quand le chauffeur a commencé à rouler dans des rues désertes, j’ai compris tout à coup que j’étais dans sa propre voiture, et pas dans un taxi, me raconte-t-elle, deux ans après. Il m’a emmenée dans un endroit où il n’y avait personne, il m’a frappée, menacée et violée. J’aurais dû me méfier. Si seulement il existait des moyens de transport sûrs. » 

 

#JeVoisChaqueJour le monde changer sous mes yeux. Et vous ? Que voyez-vous ?

Korina Lopez's picture
Cette page en : English | Español | العربية
Tous les jours, je vois que le monde change. Et vous ? Que voyez-vous ?

En 1968, à la suite de l’assassinat de Martin Luther King, certains quartiers de Washington ont été dévastés par les émeutes. Dans Georgia Avenue et aux alentours, le temps semblait s’être arrêté. Les immeubles et les boutiques avaient un côté délabré et rares étaient les personnes à s’aventurer par ici — exception faite des automobilistes qui empruntaient cette route, l’un des principaux axes entre le Maryland et la capitale fédérale.

Montrez-nous ce que vous aimeriez voir changer dans votre quotidien

Mario Trubiano's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文

Quel que soit l’endroit où vous habitez, vous voyez et vivez tous les jours quelque chose qui vous fait réfléchir, vous perturbe ou vous inspire, quelque chose que vous aimeriez changer et qui nourrit votre espoir. Au lieu de passer votre chemin ou de prétendre que tout va bien, nous vous proposons de photographier cette « chose » et de partager votre photo pour sensibiliser les autres à vos difficultés du quotidien.

Aujourd’hui, le Groupe de la Banque mondiale lance le concours #JeVoisChaqueJour (#EachDayISee) sur Instagram dans le but d’attirer l’attention sur les innombrables difficultés économiques et sociales qui frappent les communautés du monde entier et en appelle à vous, citoyens du monde : en partageant des photos de votre quotidien, vous exprimerez ce qui semble insurmontable : les problèmes d’accès à l’eau potable et d’assainissement, la corruption, la pollution due aux feux de cuisson, les inégalités hommes-femmes ou tout autre défi auquel vous êtes confrontés, chez vous.

#EachDayISee

Rétrospective 2014 : s’atteler aux défis les plus difficiles

Donna Barne's picture
Cette page en : English | Español | 中文 | العربية

Parviendrons-nous à mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 ? Pourrons-nous éviter les pires conséquences du changement climatique ou stopper l’épidémie d’Ebola ? Tels sont quelques-uns des défis les plus difficiles auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. En 2014, le Groupe de la Banque mondiale a mobilisé ses connaissances, ses moyens financiers et son influence pour s’atteler aux problèmes de la planète.
 
1) Agir pour la croissance économique
 
Après la crise financière internationale, les pays en développement sont devenus les moteurs de l’économie mondiale. Mais l’année 2014 a apporté son lot de nouvelles menaces : essoufflement de la croissance, baisse des financements et recul du prix des matières premières. À deux reprises, en janvier et en juin, la Banque mondiale a exhorté les pays en développement à assainir leur situation. Les pays ont besoin de projets pour maintenir une croissance capable de faire reculer de pratiquement de moitié la pauvreté extrême dans le monde en l’espace de quelques décennies. Selon le rapport semestriel Perspectives économiques mondiales, avec l’atténuation des effets de la crise financière, le moment est venu pour les pays en développement de renforcer leurs économies afin de poursuivre le combat contre la pauvreté.

10 ans après : raviver le souvenir du tsunami du 26 décembre 2004

Chulie De Silva's picture
Cette page en : Español | العربية
Après la dévastation causée par le tsunami, la route côtière a été reconstruite avec le soutien de la Banque mondiale. © Chulie de Silva

« Ce qui est logé au plus profond de ton cœur, la mort ne peut pas te l’arracher ». Cette phrase, écrite par ma mère, Manel Kirtisinghe, dans son journal intime, résume ce qu’elle a ressenti en perdant un être cher pendant le tsunami de 2004. « Le 26 décembre, Prasanna est parti, laissant un vide qui ne se refermera jamais et une douleur silencieuse qui me lance constamment. »
 
Prasanna, c’était mon frère. Cette année, ma mère ne sera pas avec nous pour accomplir les rites religieux en sa mémoire. Elle nous a quittés voici quelques mois. Prasanna, c’était notre rempart. Et sa disparition nous a tellement traumatisés qu’il nous a fallu sept longues années pour reconstruire notre maison chérie et y retourner. Ma mère était heureuse de retrouver l’endroit qu’elle avait découvert en 1944, toute jeune mariée. Mais elle a systématiquement refusé de s’asseoir dans la véranda à l’arrière de la maison ou d’aller marcher sur la plage — un rituel auquel elle sacrifiait deux fois par jour avant le tsunami.

Pages